Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Malta4seasons

Malta4seasons

Tous les commentaires de ce membre (38 publications)
Le marché a dorénavant intégré dans le prix une intervention des banques centrales illimitées avec des taux plancher. Ce qui se passe maintenant est inédit. En cas d'excès de pessimisme, il n'y aura plus de baisse de taux d'intérêt et les marchés vont rester insensible à un QE de même niveau. Les banques centrales vont être poussées dans leur dernier retranchement mais la baisse pourrait se poursuivre en attendant que l'on trouve des solutions (peut être émission de Droits de Tirages Spéciaux). 
Le scénario de baisse de plus de 40% des marchés en une seule vague baissière est possible dans ce contexte.
L"optimisme béat ambiant et la manipulation des marchés par des investisseurs inexpérimentés ou maniputés par les banques centrales et par Trump me dirige vers ce scénario.
Je n'ai jamais été aussi baissier qu'aujourd'hui. J'ai renforcé mes positions baissières hier et je les maintiendrai aussi longtemps que le marché n'aura pas marqué un nouvel excès de pessimisme. C'est pour moi le seul placement rationnel. Mais il faut être prêt à supporter la volatilité et être patient. 

 
Ne condamnons pas le scénario baissier trop vite. 
La bulle actuelle est aussi due à l'ennui des jeunes investisseurs confinés. C'est de l'analyse technique et spéculative. Cela n'a rien de fondamental.
Les banques centrales ont déjà joué beaucoup de leurs cartes. Les investisseurs ont déjà intégré dans le prix un soutien illimité de celles-ci. 
Je pense que des surprises à la baisse sont tout à fait possibles et même très probables. Une perte espérée sur une valeur fait chuter le prix de celle-ci quel que soit le taux d'intérêt sur le marché. La nuance est que lorsque les taux d'intérets sont faibles, un rendement espéré légèrement positif suffit à enclencher une hausse. Il suffit que les investisseurs craignent que le rendement espéré des actions devienne négatif à cause par exemple, d'une reprise moins rapide que prévu, une deuxième vague d'épidémie, ou que le nombre de chômeurs ne baisse pas suffisamment rapidement pour que la spirale baissière s'enclenche. Une fois que la spirale baissière est enclenchée, les AT vont se mettre à vendre très rapidement et les banques centrales vont devoir déployer énormément de force pour stopper la baisse. 

C'est là que le grand test aura lieu.
Je suis mort de rire.
Et a côté de cela, ils prennent Warren Buffet pour un imbécile.
Tous ces abrutis feraient mieux de jouer aux jeux vidéos. lls vont peut être se calmer en reprenant le chemin de l'école ou du travail avec la fin du confinement.


Merci beaucoup Charles pour cette vidéo. Cela me fait rire jaune et me comforte dans mon analyse.

L'equity put call hier était à 0,37!!! C'est du jamais vu depuis la bulle des années 2000. 
Autant la valeur de 1,12 le 12/03 annonçait quelques séances à la hausse très fortes, autant cette valeur et les valeurs récentes (toutes en dessous de 0,45) est annonciateur d'une grosse correction.

Ceux qui ont des positions baissières devraient rester patients car c'est inédit un tel pic d'optimisme dans un contexte pareil. Les dettes des entreprises ou des pays n'ont pas disparus que je sache, c'est juste que la Fed ou la BCE qui  les rachète. Fondamentalement cela n'a rien changé. Une dette reste une avance de richesse sur le futur. Tôt ou tard il va falloir combler le fossé entre le présent et futur. On vit dans l'illusion que le futur n'existe pas. A un moment donné le futur va demander au présent de payer l'addition parce qu'il n'a plus confiance dans ses paroles vaines. 

Je ne serais pas surpris d'une baisse rapide et soudaine qui laisse tous les petits porteurs sur place en quelques séances.

Restons zen et faisons confiance à nos analyses



La bourse finit toujours par suivre l'augmentation de la productivitié sur le long terme car c'est le seul moyen de créer de la richesse durable.
Les ratios de valorisations aujourd'hui (même en faisant abstraction de la chute du PIB en Q2 2020) sont tout simplement affolants alors que le chômage approche (ou a déjà atteint) les 20% aux USA.
 
Les investisseurs (et maintenant la population) deviennent complètement accrocs au cash gratuit (qui sont en fait des dettes déguisées). Il n'est plus nécessaire de produire ou de travailler, car l'argent tombe du ciel. Les bourses acceuillent même les mauvaises nouvelles favorablement.

L'endettement a atteint des sommets et n'oublions pas que cet endettement constitue une avance sur nos richesses du futur. Tôt au tard, il va falloir payer l'addition. Il est difficile d'imaginer pour moi un deleveraging d'une telle ampleur sans un choc économique important (destruction créatice).

La Fed a joué ses dernières cartouches. Elle ne pourra pas aussi facilement neutraliser le prochain excès de pessimisme sur les marchés. 

Je ne sais pas ce qui pourra enclencher la baisse des marchés (résultats Q3, 2ème vague d'épidéme,...) mais je ne pourrais pas parier sur une hausse durable des marchés sans un déleveraging significatif.

Les américains sont puissants mais beaucoup de leurs alliés ne sont que des alliés de façade et ne seront pas contre la fin de leur hégémonie. Les américains ne pourront pas lutter tout seul contre l'apparition d'un nouvel ordre mondial même avec leur armée surpuissante. Ce nouvel ordre mondial commence de toute façon à se mettre en place. Après toutes les maladresses des américains, les chinois et les asiatiques en général sont de mieux en mieux considérés.  


Les valorisations sont délirantes et le marché est en excès d'optimisme. Ca va corriger. Il faut juste être patient. Ca peut démarrer la semaine prochaine ou encore augmenter un peu pendant quelques semaines avant de plonger fortement.
 
Il faut que les investisseurs américains s'habituent aux taux nuls et prennent conscience que ce n'est pas parce que la Fed est très active que le placement en actions est sans risque. 

La reprise en V, je pense que même les acheteurs actuels n'y croient pas. Ce sont majoritairement des placements spéculatifs à court terme basée sur l'analyse technique. Ils seront les premiers à pousser sur le bouton rouge au moindre déraillement technique.




Encore une fois une article intéressant. Quelques remarques toutefois : 
- certaines personnes n'épargnent pas que pour eux-mêmes mais aussi pour leur descendance, dans ce cas de figure on peut considérer que l'espérance de vie d'épargnant est beacoup plus longue (peut être infinie pour certaines familles)
- lorsque les personnes n'épargnent plus et consomment, ils relancent la machine économique et donc quelque part ils contribuent à la hausse des marchés

Ceci dit, les investisseurs sont effectivement obligés de prendre de plus en plus de risque pour trouver un rendement plus naturel. La prise de risque crée des bulles qui finissent toujours un jour ou l'autre par éclater



Sans être un spécialiste des virus, je pense aussi qu'il y a des manipulations.
En 1968 et 1969, une épidémie avait touché l'Europe et fait 1 millions de morts dans le monde....et n'avait pas causé d'inquiétude
https://www.lalibre.be/planete/sante/en-1968-cette-epidemie-avait-touche-l-europe-et-fait-1-million-de-morts-dans-le-monde-sans-causer-d-inquietude-5eb110bbd8ad580d3d87be90
Notre corps est sans cesse en contact avec des virus, des bactéries et les combat la plupart du temps très bien. Certains bactéries sont mêmes indispensables à notre bon fonctionnement. Le paradoxe est que l'on a besoin de combattre des virus pour rester en bonne santé.  Ce virus, de la famille de la grippe, est peut-être plus violent que la grippe saisonnière, et mériterait certainement d'isoler les malades et de protéger les plus faibles mais ne justifie en rien tout ce cirque. Le confinement et la peur rendent ce virus en réalité plus dangeureux. C'est comme les personnes hypercondriaques qui vivent dans un monde aseptisé mais qui sont le plus susceptibles de tomber malade vu que leur corps n'a pas appris à reconnaître et combattre les microbes.  

Tout va trop vite. Une histoire de pouvoir qui nous échappe. L'enjeu financier est énorme, on voit bien les entreprises qui vont en profiter et aussi . C'est évident. Il n'y a pas suffisamment de cohérence pour que ce soit honnête
Alors que l'économie française est une économie de services , on vient d'annoncer un PMI services à 10. Et les marchés ne bronchent pas. Déni total de la situation comme au mois de janvier quand l'épidémie était annoncée en Chine et que cela ne représentait pas de danger pour nos économies.

Comment peut-on encore croire à une reprise en V avec tous ces indicateurs plus affreux les uns que les autres?

L'évolution des cours ressemble effectivement de manière imagée à "un rebond de chat mort". Il n'y a plus grand chose de vivant dans cette économie.

Vu que l'on est en début de récession (dépression) économique, j'attends la chute des actions au mois de mai pour prendre positions sur le tracker pétrolier. J'espère que les maturités à échéances plus longues pourront chuter pour limiter l'effet contango et pour ainsi acheter le tracker au prix le plus attractif.

Je pense qu'il faut être très exigeant sur les seuils dans ce contexte ou atteindre le bon moment quand la reprise économique se rapproche.

Le risque c'est les saoudiens qui diminuent leur production mais en même temps le problème des stocks n'aura pas disparu le mois prochain. 

Mon intuition me dit que le mois de mai sera le moment parfait

Qui vivra verra




C'est bien beau le technique mais il vaut mieux s'engager dans le sens des fondamentaux et choisir le bon moment grâce aux outils techniques. Le niveau des bourses actuelles ce n'est que de la spéculation, à cause des taux d'intérêts faibles, de la fuite en avant, et de la croyance folle que le monde va reprendre de l'endroit où il s'est arrêté avant la crise du coronavirus.

Ca me démange de prendre une position baissière mais j'attends car mes indicateurs me disent qu'il est encore trop tôt. Je n'ai pas non plus envie de m'engager dans une position haussière car tous les fondamentaux sont désormais baissiers. Donc je reste patient 100% cash et j'attends que mes indicateurs techniques m'indiquent avec une probablilité suffisamment élevée que je peux m'engager dans un trade baissier. 

Tout est une question de proba et de ne pas tomber effectivement dans les pièges psychologiques. 
«DébutPrécédent1234SuivantFin»