Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
philbp

philbp

Tous les commentaires de ce membre (15 publications)
La première idée reçue à combattre au sein d'une opinion publique française complètement lobotomisée, est la croyance que la plupart des maladies chroniques de civilisation sont la faute à pas de bol. La deuxième idée reçue à combattre au sein de l'EHPAD géante qu'est la France, est la croyance que le système de santé a pour objectif de soigner durablement les malades. Si l'objectif du système de santé était réellement de soigner durablement les malades chroniques, celui ci mettrait le paquet sur la médecine préventive, sur le diagnostic et le renforcement du système immunitaire de la population, sur la responsabilisation des gens qui deviennent acteurs de leur propre santé. Mais en fait l'objectif du système de santé est d'assurer des emplois et de préserver un fonds de commerce. Or la maladie est un fonds de commerce. J'ai 55 ans. Les seules visites médicales que j'ai eu à faire durant ma vie d'adulte m'ont été imposées pour l'obtention de Visas. Je n'ai jamais ingurgité aucun médicament. Et depuis 20 ans je n'ai plus de rhume. RIEN. C'est ce qu'on appelle l'immunité croisée. Si toute la population était comme moi, le système de santé serait complètement désoeuvré. Sauf les professionnels de la médecine préventive comme le docteur Saldmann.
  Traiter le consortium Air Liquide, Valeo, PSA, Schneider de bandes de corrupteurs corrompus, vous y aller un peu fort.

Le fait est que ces entreprises ont un énorme problème de sous-activité et qu'il est essentiel que ces derniers fleurons français ne sortent pas trop affaiblis de cette immense pantalonnade qu'est l'arret complet pendant 2 mois de l'économie.

Vous dites que ces respirateurs sont rétrogrades, obsolètes: oui tout à fait, et les canadiens prétendent meme que le recours au respirateur quelquesoit sa modernité, n'est pas la réponse adéquate pour traiter les cas graves du Covid.
Le Covid serait une maladie du sang qui provoquerait l'asphixie par l'arret de la véhiculattion de l'oxygène qui se fait via les particules de fer contenues dans l'hemoglobine. Voir lien ci dessous. 
https://www.lessymboles.com/coronavirus-une-maladie-de-lhemoglobine/
Et maintenant ce sont les médecins libéraux qui réclament un bail out (mail que j'ai reçu d1une revue médicale en ligne)



 
France --- Depuis le confinement, les patients ont déserté les cabinets médicaux et l’activité des médecins libéraux s’est considérablement réduite, menaçant la survie économique de certains. La situation devient tellement critique que le directeur général de l'assurance maladie, Nicolas Revel, a promis de nouvelles aides qui devraient intervenir en mai. Seront-elles de nature à compenser les pertes ?

Le chiffre d’affaires des praticiens est en chute libre 

Malgré les messages de prévention diffusés ces derniers temps par le directeur général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, enjoignant les Français à ne pas déprogrammer ou annuler leurs rendez-vous médicaux, l'activité libérale dégringole et de nombreux syndicats tirent la sonnette d'alarme, à commencer par le Syndicat des médecins libéraux (SML). « La mise en œuvre des centres Covid, les aménagements de salles d’attente, les rendez-vous espacés afin qu’on ne se croise pas… rien n’y fait, les patients ont préféré renoncer à se soigner plutôt que de consulter leur médecin(Lire aussi Patients : retournez chez le médecin !). Rajoutez à cela les déprogrammations d’interventions dans les établissements privés pour cause de plan blanc et les messages maladroits du Gouvernement, conseillant de limiter les déplacements aux seuls soins urgents, le chiffre d’affaires des praticiens est en chute libre », s'inquiète le SML, qui chiffre la perte d'activité à 40% environ pour les généralistes et à 70% pour les spécialistes. La Fédération des médecins de France (FMF) est autrement plus alarmiste. Dans un communiqué publié ce 19 avril, elle menace : « Si rien n'est fait, demain, après la crise, la France se réveillera avec 5,10,20% de cabinets en moins. Et une situation sanitaire dégradée ». Les spécialistes CSMF constatent aussi « depuis un mois, au sein des établissements de soins privés, une déprogrammation massive voulue par la pandémie à coronavirus ».

La CSMF s'inquiète tout particulièrement de la situation des médecins à exercice particulier (MEP) « dont certains ont dû cesser totalement leur activité dès l’annonce du Premier ministre le 14 mars alors que d’autres subissent une chute conséquente du nombre de leurs actes suite au confinement ».



L’activité des généralistes a chuté de 44% et celle des spécialistes de 71%

Étrangement, les pouvoirs publics sont restés silencieux sur les données concernant la perte de chiffre d'affaires des médecins libéraux et c'est Doctolib, la plateforme de prise de rendez-vous médicaux, qui en a fait la recension la plus chiffrée. Les données de Doctolib corroborent d'ailleurs celles du SML : d’après leurs chiffres, « l’activité des médecins généralistes a chuté de 44% et celle des médecins spécialistes de 71% entre janvier et avril 2020 ». Du côté des patients, la baisse brutale du nombre de rendez-vous médicaux pris sur Doctolib est de 66%, ce qui s'explique « par un renoncement massif aux soins de la part des patients ». « Parmi les raisons invoquées, ils sont 38% à citer la peur d’être contaminés, 28% la crainte de déranger leur médecin dans la période d’épidémie et 17% la fermeture du cabinet ». En région Paca, la situation semble intenable. La hotline sociale du conseil départemental de l'ordre des médecins baptisée Sinexial réceptionne une quarantaine de dossiers de médecins qui demandent des aides, contre 4 à 5 avant la période épidémique, informe l'UPRS Paca.

Versement d’une aide fin avril, début mai

La situation devient tellement critique que le directeur général de l'assurance maladie, Nicolas Revel, interrogé au Sénat sur cette question mercredi 15 avril, a promis de nouvelles aides qui devraient intervenir en mai. La Fédération des médecins de France (FMF) les détaille dans un communiqué publié ce 19 avril. Nicolas Revel a confirmé une baisse d'activité de 40% chez les médecins généralistes depuis le début du confinement le 14 mars, et a averti que cela devrait encore durer un certain temps. Il a proposé de mettre en place le versement d'une aide fin avril, début mai, pour prendre en charge une partie des charges fixes des médecins libéraux. « La CNAM part sur le principe d’une compensation (partielle) des charges fixes des cabinets médicaux, prenant en compte les aides éventuellement déjà versées (chômage partiel et indemnités journalières !) et la baisse prévisible des cotisations sociales (pour dans deux ans !) consécutive à la baisse d’activité », résume la FMF.
Je ne vois pas dans ce qui nous arrive, de grand dessein des milliardaires qui nous gouvernent. Je vois plutot des élections qui arrivent aux USA en 2020, en Allemagne en 2021, en France en 2022. Et d'apres les gouvernants en place dans ces pays vieillis (et dont les populations croient religieusement que tout va se régler grace à un remède médical miracle), le sort de ses élections va se jouer sur le thème. "le gouvernement a su sauver tant de vie!! Votez pour nous. A cela s'ajoute la surenchère sanito-sécuritaire de leur opposants politiques (et des chaines info, style CNN).

Je crois que, ce qu'on voit aujourd'hui dans nos sociétés hautement médicalisées qui il y a un mois encore se croyaient invulnérables, c'est la panique du péquin riche ou pauvre souvent gavé de ce qu'il ne faut pas pour lutter contre le COVID (antibiotiques, anxiolythiques,antidouleurs, antidiabetes, anti-arythmie, anticholesterol, glucides),  d'etre terrassé par un coup du sort, alors qu'il y a un passeport relativement sur pour la survie: ETRE NATURELLEMENT SAIN

Pour résumer la régénèration de la santé repose sur  trois pilliers:
1.Sommeil naturel (sans benzodiazepine),
2. alimentation contenant les nutriments essentiels
3. Exercice physique
Bien sur, si on mettait cela en application on ferait des économies énormes dans nos dépenses de pseudo médecine, mais:
A)Les Français croient encore en la pseudo médecine qui nous maintient en vie (ou pas) tels des animaux de laboratoire
B)Les réseaux de Big Pharma, praticiens, caisse et mutuelles dont la maladie est le fond de commerce lèveraient de concert leurs boucliers et sonnerait  l'halali pour la  chasse aux  "charlatans".

PS Merci de m'avoir fait découvrir, par l'un de tes posts sur le Cancer, Thierry Casasnovas: je le suis uniquement sur le plan de ses thèses du respect du vivant, et beaucoup moins sur  ses visions peace and love de catho de gauche.
Avait on un remède (ou un traitement efficace) contre le sida de 1983 à 1997. Non, on  avait juste le préservatif comme mesure barrière. On n'a pas interdit les boites, la drague, les one night stands pour autant, alors que la dangerosité du sida était plus forte à l'époque que celle du Covid 19 pour les population saine et d'age inférieur à 70 ans.

Aujourd'hui contre le Covid 19 on a juste les gestes barrière et la distanciation sociale. Et on sait que si on est parfaitement sain, la probabilité de passer sous un respirateur apres l'avoir contracté est de 1 pour 10 000.

Je crois que, ce qu'on voit aujourd'hui dans nos sociétés hautement médicalisées qui il y a un mois encore se croyaient invulnérables, c'est la panique du péquin riche ou pauvre souvent gavé de ce qu'il ne faut pas pour lutter contre le COVID (antibiotiques, anxiolythiques,antidouleurs, antidiabetes, anti-arythmie, anticholesterol, glucides),  d'etre terrassé par un coup du sort, alors qu'il y a un passeport relativement sur pour la survie: ETRE NATURELLEMENT SAIN
Pour résumer la régénèration de la santé repose sur  trois pilliers:
1.Sommeil naturel (sans benzodiazepine),
2. alimentation contenant les nutriments essentiels
3. Exercice physique
Bien sur, si on mettait cela en application on ferait des économies énormes dans nos dépenses de pseudo médecine, mais:
A)Les Français croient encore en la pseudo médecine qui nous maintien en vie tel des animaux de laboratoire
B)Les réseaux de Big Pharma, praticiens, caisse et mutuelles dont la maladie est le fond de commerce lèveraient de concert leurs boucliers et sonnerait  l'halali pour la  lchasse aux  "charlatans".

PS Mon grand pèree était chirurgien, ma tante est radiologue
-


Bonjour Henri,

Vous savez pour ce qui concerne la santé, chacun voit midi à sa porte.

Je prends mon cas.
- j'aurai  55 ans en mai
- 10 km de jogging en moyenne par jour
- je n'ai jamais pris de médicaments
- je ne me souviens meme plus si ma dernière angine date de 1998 ou 1993
- les seuls médecins que j'ai rencontré dans ma vie sont ceux des visites médicales d'entreprise obligatoires pour les expatriations
- pour ce qui concerne la médecine préventive que je m'applique vaguement, je m''inspire parfois des videos de Thierry Casasnovas (www:regenere.org)

Pour ce qui concerne le virus, celui-ci ne m'inspire aucune crainte, Ces cas de profils dits sains qui subitement doivent endurer une intubation, je n'y cois pas. Il y a forcément une cause (gavage d'antibiotiques, d'antidiabéte ou d'antidouleurs, leucémie, addiction quelconque, vapotage).

Ce que je crains, c'est que la grande majorité de la population va réclamer plus de soins, plus de médicaments ultra-puissants, plus de médecins partout. En dehors du fait que tout cela a un cout supplémentaire qu'on pourra encore moins se permettre au coeur d'une dépression économique, je suis d'avis que cela n'amènera pas une amélioration globale de fond de la santé des Français. Je suis meme d'avis que la pratique médicale occidentale est contre productive et que le maintien des gens dans leur état de zombies  asure aux big pharmas un extraordinaire fond de commerce.
L'Allemagne qui dispose des équipements médicaux en nombre suffisant à la  différence de la France a également arretée plus ou moins son économie et la vie en société.

Si l'on voulait éviter le recours massif à l'intubation en coma repiratoire qui ne garantit pas la vie et laisse souvent des séquelles graves (nous allons observer les rééducations des septuagénaires intubés dans les prochaines semaines...), il faudrait améliorer drastiquement le niveau foncier de la santé des Français notamment sur les critères suivants: hypertension, diabète type 2; obésité, cancer en tous genres.

Et pour provoquer une amélioration substancielle de cette santé foncière, il n'est pas besoin de multiplier les urgences sur le territoire, il n'est pas besoin de faire revenir dans les villages les généralistes souvent à la solde des big pharmas ("Prenez donc ce tout nouveau régulateur cardiaque de Roche..."), il suffirait de manger différemment et de dormir naturellement et ceci est à la portée de la majorité des retraités.
Pour ce qui concerne la révolution russe, il faut lire "Lénine, l'inventeur du totalitarisme" de Stéphane Courtois. Les circonstances qui ont sorti Lenine de son exil en Suisse (ou il criait famine sur la fin) et celles qui ont permis aux bolchéviques de gagner un peu de crédibilité au soviet de Pétrograd avant la pseudo prise de pouvoir d'octobre, n'ont rien a voir avec une acceptation du peuple.
Les peuples ne bougeront pas, et surtout ne veulent rien comprendre. Une majorité de Français croit franchement qu'il y a un magot de richesse caché au chateau ou que l'argent peut pousser sur les arbres grace à la planche à billets ou encore que ces égoistes de boches doivent payer.car ils auraient profité de l'union douanière en étant trop productifs...
La cause des morts de la crise du COVID n'a presqu'aucun rapport avec les masques, les moyens de test et les respirateurs délocalisés. 

Les morts sont attribuables presqu'uniquement aux comorbidités au premier rang desquelles on a le duo diabete type 2, hypertension. Bref c'est une hystoire de malbouffe couplée à un zeste de gavage de médicaments qui tuent le système immunitaire.

Si dans un an il n'y a ni traitement ni vaccin, les diabétiques allemands qui auront réchappé de la première vague, seront menacés par une éventuelle seconde vague du Virus.
«DébutPrécédent12SuivantFin»