Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Falconnier

Falconnier

Tous les commentaires de ce membre (61 publications)
Pour aller dans votre sens, au début au moins, rappelons que Mussolini a défini le fascisme comme "tout par l'état, tout pour l'état, rien sans l'état, rien contre l'état), ce même Mussolini dont Lénine avait dit : "ebnfin un vrai socialiste à la tête du parti socialiste italien".
Mais il y a quelque chose que les libéraux, même quand par extraordinaire ils sont bien élevés, comme Vincent Bénard, ne parviennent pas à comprendre, c'est que le libéralisme, s'il fonctionne alors que le socialisme ruine systématiquement les sociétés où il est implanté (bien que Hjalmar Schacht soit à l'origine du plus énorme succès d'un politique, passer de l'Allemagne ruinée de 1933 à l'Allemagne conquérante de 1940 !), DOIT être précédé d'une période où les perdants de la situaution socialiste sont pris en charge par l'état.
C'est ce que je crois Bernard Monot à compris. https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Monot
Il se définit comme libertarien et est responsable du programme économique du FN.
Bien sûr Marine, à la différence de son père (renseignez-vous !), n'est probablement pas libérale, et Philipot est un énarque, donc certainement perdu pour cette cause.
Tant que vous vous présenterez comme opposés à l'ASS, la CMU et le RMI pour les Français, vous serez - à juste titre ! - haïs par ceux-ci.
Tant que vous condidérerez le FN comme d'extrême droite, vous ne ferez que colporter la programmation des merdias et vous vous condamnerez à ne penser que là où on veut bien que vous le fassiez.
En fait, le FN est la seule solution crédible d'éviter la guerre civile - pour encore quelques temps.
Le facteur de disparition des abeilles dont vous ne parlez pas, et sans doute le pire, c'est le fait qu'on a fait venir des reines de partout, d'Indonésie en particulier, pour bénéficier de leurs qualités (productivité, moindre agressivité...).
Elles sont venues avec leurs microbes, mais sans être résistantes à ceux d'ici.

Mais, bien sûr, les gros apiculteurs, qui en sont responsables, ne s'en vantent pas !
Et puis l'immigration est une chance pour la France, n'est-ce pas ?

D'autre part, la fumée ne calme pas les abeilles.
Elles interprètent ceci comme un départ de feu, et là, l'important n'est plus la défense de la ruche avec le couvain et le miel, mais la préparation au déménagement ; l'instinct territorial est court-circuité, comme lors de l'essaimage.
Je suis apiculteur moi-même - mais amateur.
Vous parlez des journalistes comme s'ils disaient, comme vous, ce qu'ils veulent.
Certes, la plupart sont stupides - ils ont d'ailleurs été sélectionnés pour ne pas pouvoir créer de problèmes.
Mais surtout, ce sont des pions de la ploutocratie.
Et s'ils évoluent dans le monde mental du crétin gocho, c'est bien parce que c'est ce que veut la ploutocratie :
  1. l'état n'est pas le problème, car plus il y a d'état, plus il y a d'argent public, plus il y a de prétexte à impôt, à contrôle, à QE qui bénéficie aux premiers servis, leurs banques tout en dévaluant l'épargne de ceux qui l'ont méritée...
  2. le trader est le bouc émissaire, bien pratique pour stériliser la rage.
L'information délivrée par ce reportage, c'est la mise en forme de ceux qui ne se satisfont pas du vlabla habituel, le contre-feu pour détourner la colère de sa destination.

C'est donc bien qu'il y a une solution, puisque les ploutocrates nous craignent et paient ces pisse-copies !

> tout politicien digne de ce nom et soucieux réellement du bien être de ses citoyens-électeurs devrait (...) réfléchir à une philosophie de la norme moins coûteuse
Certes.
Poussez donc votre raisonnement plus loin : pourquoi ne le font-ils pas ?
De quoi sont-ils donc soucieux ?
De qui sont-ils les agents?
La république actuelle permettra-t-elle l'avènement de la solution ?
Qu'est-ce qui permettrait à votre mini parti d'agir ?
Vous voyez les choses de façon négative.
Si les Américains ont peu d'argent, c'est qu'ils le dépensent ; ils brûlent constamment leurs vaisseaux, comme des conquérants qu'ils sont.
Nous épargnons, mais dans de l'assurance vie qui ne fait que permettre à l'état et de vieilles boîtes d'avoir des moyens - utilisés prétendument pour "relancer" la croissance, ce keynésianisme poussé à l'absurde qui ferait certainement honte à Keynes lui-même.
Ils ont Uber puis Google cars quand nous avons les gréviculteurs de la RATP et les chauffeurs de taxi mal embouchés.
Eux permettent directement à leurs entreprises de vendre, aux idées de trouver un marché, ils ont une destruction créatrice qui fonctionne, quand nous n'avons que la destruction  - retardée par  les interventions ruineuses de l'état, qui empêche l'ajustement de se faire au quotidien et fait croire aux crétins d'électeurs de gauche qu'ils ont raison de refuser le futur.
Pourquoi ne parlez-vous pas de la productivité déplorable de l'agent SNCF ?
Comparez avec les CFF suisses, vous verrez !

Que les chemins de fer régionaux soient gérés par les régions, elles verront elles-mêmes s'il est préférable d'avoir des bus ou des trains.

Autant je suis d'accord que les opportunités d'achat se créent avec une baisse, autant je ne peux que plussoyer avec Imhotep sur l'agression préalable des USA contre la Russie.

Dans cet article, http://www.soueich.info/2014/11/la-vulnerabilite-de-la-russie-aux-sanctions.html , outre un bon rappel historique, on voit que les dirigeants russes vont enfin devoir se poser les bonnes questions et réformer une économie fondée sur l'exploitation des matières premières et non sur la fabrication, comme les autres Européens.

Alors, acheter des actions russes, certes, mais lesquelles ?

De Charles Gave :

"Ce que je dis est assez simple : La crise qui s’annonce devra amener à un changement des élites. Historiquement, ces changements d’élites peuvent se passer de façon démocratique ou de façon révolutionnaire, ce que l’on a fort bien vu dans les années 30 en Europe.

De façon générale, quand cela se produit, il vaut donc mieux être investi dans des pays qui ont de longues traditions démocratiques, c’est-à-dire en Europe du Nord ou dans les pays de Droit Anglais plutôt qu’en Russie.

 

On peut aussi essayer d’identifier les pays où les zones géographiques qui ont compris le danger et essaient de prendre de la distance avec la catastrophe qui parait s’annoncer. C’est dans cet esprit que je recommande depuis un certain temps d’investir en Asie parce que la Chine est en train de revenir à des prix de marché pour ses taux d’intérêts et ses taux de change tout en développant les outils d’une solidarité régionale, ce qui devrait atténuer le choc. En revanche, puisque le cœur du problème est aujourd’hui dans l’Europe de la monnaie commune, il parait sage de mettre le plus de distance entre soi et le vieux continent"

extrait de : http://institutdeslibertes.org/reflexions-dactualite-sur-la-monnaie/