Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Ludovic Matten

Ludovic Matten

Pourquoi écrire sur la location immobilière ?

Pour se faire plaisir, pour vous faire plaisir. Pour aider, partager, commenter. Nul ne connaît la vérité, mais en s’informant, on apprend et on évite les erreurs. Dans l’immobilier, plus qu’ailleurs, il faut tout faire pour minimiser les risques. Surtout en temps de crise.
 

      BOUTIQUE 
    LUDOVIC MATTEN


PDF-location-saisonniere 

Tout ce qu'il faut savoir pour se lancer sur cette niche rentable dans l'investissement locatif. Cliquez ici pour découvrir le sommaire complet

Investir dans l'immobilier locatif à Lisbonne

Audience de l'article : 1694 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Il y a des propriétaires qu’on a plaisir à rencontrer, des loueurs qui font tout pour que l’on se sente chez soi. Chloé Daquet est l’un de ceux-là. Cette jeune trentenaire, née à Lille d’un papa français et d’une maman portugaise, a grandi dans le Nord avant de s’envoler, il y a quinze ans, pour l’Algarve, puis de se poser à Lisbonne.

« J’ai suivi mes parents. Ma sœur est retournée en France pour suivre des cours de théâtre. Moi, je suis restée à Lisbonne. » Après avoir laissé tomber ses études d’architecture, Chloé a appris le travail du bois à la Fondation Ricardo Espirito Santo. Aujourd’hui, elle restaure les meubles anciens.

Très attachée à la France, où elle conserve de nombreux amis, Chloé s’est doucement fait à son nouveau pays. « Je pense continuer à vivre ici, où je me sens enfin chez moi », témoigne-t-elle. La Nordiste y a fait son nid. Avec l’aide de ses parents, elle a acquis un bel appartement, spacieux, dans une très belle bâtisse classée du Lisbonne historique. « L’appartement était divisé en deux. Une partie qui est notre résidence principale. Et une ancienne boutique de perles (d’où le nom de perola do Castelo) qui a été transformée en studio de35 m2, qu’on loue. » Pratique, la partie locative est accolée au magnifique appartement de Chloé. « C’est vrai que cela facilite les choses, quand il s’agit d’accueillir les touristes. » Mais Chloé ne s’arrête pas là. Elle offre une vraie proximité à ses clients, qu’elle guide souvent dans les rues de Lisbonne. « Cela arrive que l’on mange ensemble. Et certains deviennent de très bons amis… »

35m2 dans le centre historique pour 90 000 euros
« Si on a transformé la boutique de perles en studio, c’était avant tout pour rentabiliser notre achat, témoigne Chloé. Puis pour nous assurer une petite rentrée financière. Le studio a coûté 90 000 euros. Cela fait un peu moins d’un an que nous le louons, après l’avoir restauré, avec l’aide de ma mère, architecte. »

Un espacé très aéréUn espacé très aéré



Les anciens meubles ont trouvé leur place...Les anciens meubles ont trouvé leur place…



Un studio rénové avec goûtUn studio rénové avec goût



Tout y est. Le beau côtoie le… très beau

« Alors que nous n’avions pas fini les travaux, en février 2011, une Allemande, qui passait dans la rue, nous a demandé si nous ne louerions pas le studio. Elle était à Lisbonne pour trois mois. Nous lui avons laissé pour 450 euros par mois, avec la possibilité de finir les travaux. » Une fois le bien prêt, Chloé s’est lancée dans la location saisonnière. « Cela fonctionne au-delà de nos espérances, indique-t-elle. On a loué le studio trois mois à cette Allemande, qui est devenue une véritable amie. Puis, on n’a pas eu une semaine de libre jusqu’en novembre. Ça s’est calmé depuis. Mais il ne me reste déjà que peu de disponibilités pour février, mars et avril. Et des réservations tombent pour cet été. » Le cocktail vieilles pierres, emplacement idéal et prix raisonnable fait merveille. « On loue les semaines entre 250 et 280 euros. En été, on passe à 350 euros », confie Chloé, ravie de pouvoir accueillir tant de nationalités différentes. « Cette location nous a permis de faire de très belles rencontres, sourit-elle. Nous avons souvent pu leur montrer les charmes de Lisbonne, leur faire découvrir une ville splendide. »

Et que pense-t-elle de ses locataires ? « Les Français sont souvent les plus ch… », rigole-t-elle en guise de conclusion. Même au Portugal, les locataires bien de chez nous sont « exigeants ». Etonnant ?
Poster un commentaire