Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Laurent Conte

Laurent Conte

Je m'intéresse à tout ce qui a trait à l'immobilier et l'économie. J'ai une prédilection pour les prix immobiliers, la tendance dans le neuf et l'ancien, les indicateurs de marché, les avantages fiscaux, que ce soit pour la France, mais en Europe et dans le reste du monde. J'espère vous faire partager ma passion à travers des news originales qu'on ne lit pas ailleurs dans les circuits traditionnels des grosses machines à informer.

Mon blog est : http://www.immobilier-finance-gestion.com/

"La bulle immobilière chinoise risque d'éclater bientôt"

Audience de l'article : 1486 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Crise du système bancaire, bulle immobilière, ralentissement de l'activité... L'économie chinoise est-elle aussi solide qu'affichée, et peut-elle évoluer vers un modèle davantage fondé sur la consommation intérieure que sur les exportations ? Mylène Gaulard, économiste, qui vient de publier "Karl Marx à Pékin" (éd. Demopolis), répond.

Pékin prépare un nouveau plan de relance pour soutenir son économie. La banque centrale chinoise va accorder un montant total de 500 milliards de yuans (62,8 milliards d'euros) de liquidités aux cinq principales banques du pays,relevait le Wall Street Journal, mardi 16 septembre. Mylène Gaulard, maître de conférences en économie, décrypte pour La Tribune les remises en questions de la Chine sur son système économique et les origines de ses difficultés.

La Tribune : Les plans de relance successifs sont-ils les signes d'un essoufflement de l'économie chinoise?

Mylène Gaulard : Ces plans de relance, mis en place par les autorités publiques, sont les réponses au ralentissement de l'économie chinoise. Depuis le fameux plan de 500 milliards de dollars de 2008, en pleine crise internationale des "subprimes", le gouvernement chinois s'inquiète sérieusement de ce fléchissement, avec une croissance du PIB qui était supérieure à 9% jusqu'en 2011 pour n'atteindre plus que 7,7% en 2012 et 2013.

Lire la suite et source la Tribune par Jean-Yves Paillé
Poster un commentaire