Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Startup

Startup

Que font les autres ?

Les expériences des entrepreneurs.

Les français qui lancent leur startup.

Les tendances dans les autres pays à adapter en France.

Les idées de produits et de services.

Comment développer les entreprises, leur faire vendre plus...

promospeciale

8 tendances dans la techno à surveiller pour 2016

Audience de l'article : 2946 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Plus d'une fois, vous avez sans doute regardé certains nouveaux développements du monde numérique ou quelques innovations technologiques - et vous vous êtes demandé : «Comment j’ai pu passer à côté de ça ? »

Afin de tracer la meilleure voie à suivre, il faut s’efforcer de comprendre les tendances émergentes : ce qu'elles sont, ce qu'elles ne sont pas, ce qu’elles impliquent et comment elles fonctionnent. Ces tendances sont plus que de simples accessoires pour geek : elles incarnent les manifestations de changements durables au sein d'un secteur de l'industrie, de la société, et dans le comportement humain en général. Les tendances émergentes sont une façon de voir et d'interpréter notre réalité actuelle, en fournissant un cadre utile pour organiser notre réflexion. Surtout lorsque nous chassons l'inconnu dans la jungle techno. Car les modes passent. Et les tendances nous aident à prévoir l'avenir.

Pour identifier ces tendances émergentes, on peut utiliser une méthodologie en six points, en commençant par rechercher celles à la marge, de l'expérimentation singulière aux recherches inhabituelles. Ensuite, on compare ces structures aux modèles de notre grille de lecture, cela permet d’identifier à l’avance : les contradictions invisibles, des inflexions, des pratiques, des hacks, des extrêmes et des raretés. On en vient alors aux questions pratiques : la cartographie des trajectoires que ce sont susceptibles d’emprunter ces tendances, la construction de scénarii, et on finit par tester ses conclusions.

À la fin de chaque année, on applique son modèle de prévision pour révéler les tendances technologiques émergentes les plus importantes dans les mois à venir. Sur Objectif Eco, on adore chasser ces tendances, que ce soit en marketing (9 tendances à comprendre pour 2016) ou dans des cadres bien plus larges (10 évènements qui vont changer nos vies à horizon 20 ans - des idées de startup pour profiter de ces tendances ?).

Les tendances offrent des alertes précoces et des opportunités pour les entrepreneurs dans tous les secteurs.

Voici huit tendances dans la techno à surveiller pour 2016.

1. Des algorithmes pour évaluer nos personnalités

Saviez-vous, par exemple, que certaines compagnies d'assurance-vie tentent d'évaluer votre personnalité, par l'intermédiaire de vos abonnements à des magazines et des sites Web, les photos que vous publiez sur les réseaux sociaux, etc.

personnality scores

Avec d’autres multiples paramètres, cela constitue une foule de données qui permettent à l’assureur de déterminer si vous êtes un investissement à risque ou non. Certains créanciers utilisent déjà des algorithmes pour estimer les traits de personnalité afin prédire vos futures transactions financières. Les données montrent ainsi que si l’on observe deux personnes dans des mêmes circonstances professionnelles et privées, celle avec les meilleures notes en fac sera plus susceptible d’honorer une dette.

Les nouveaux algorithmes permettront d’exploiter des données personnelles afin de déterminer le succès d'un candidat à un poste donné, ou encore de prédire comment un employé est susceptible de rebondir d’un emploi à l’autre.

2. Les bots et l’automatisation logicielle 

Les logiciels qui exécutent des tâches automatisées sont appelés des « bots » dans le jargon. Exemple le plus connu avec Google, qui, pour fournir ses résultats de recherche, scanne les pages des sites Web via des lignes de codes automatisées, des « bots d'exploration » (appelés spiders).  Ces fameuxbots, nommés plus largement « software substitution » par Bill Gates, vont pousser beaucoup de personnes hors du marché du travailà horizon 20 ans.

bots-spiders-

D’ici là, 2016 apportera une foule de bots créatifs qui vont suralimenter notre productivité, nous tenir compagnie, et nous aider à suivre ce que font les autres. Parmi les nouveautés, nous aurons la possibilité de les utiliser et de les programmer nous-même. A l’image du bot expérimental de Microsoft, Xiaolce (disponible en mandarin), une sorte d’assistante et de compagnon virtuel pour réseaux sociaux avec qui on peut discuter, un chatbot pour Windows mobile qui s’adapte aux sujets de conversation mais qui sait également faire preuve d’humour et d’empathie. C’est comme si XiaoIce vivait à l'intérieur du smartphone à travers les conversations intimes avec son utilisateur, parce que le programme est capable de se souvenir des détails de conversations antérieures. 

Ces bots font plus qu’offrir des conversations. Les agences de presse vont bientôt utiliser des bots pour collecter, classer et sélectionner des articles en temps réel. Nous verrons des bots encore plus évolués jongler simultanément sur les réseaux sociaux et les cours de la bourse. Les services de renseignement pourraient déployer des bots pour la surveillance et la diplomatie digitale. Les responsables RH peuvent utiliser les bots pour former les employés. Entre-temps, à mesure que la plateforme de travail collaborative Slack continue à prendre de l'ampleur et à gagner en popularité, les bots dans l’environnement de travail aideront à automatiser des réunions et les mises à jour de projets, entre autres. Des bots plus performants grâce à des algorithmes d'apprentissage, qui offriront des gains de temps et augmenteront la productivité.

3. Les Glitches et autres (gros) « pépins » informatiques

Attendez-vous à en apprendre davantage sur les « glitches » en 2016. Il est vrai que l’on a toujours connu des pépins informatiques, mais ce à quoi nous assistons maintenant est un tel déferlement rapide de nouvelles technologies mises en ligne - sans les tests préalables habituels -, que nous ne savons pas à l'avance ce que les interactions provoqueront.

Glitch freeze NYSE

En 2013, des problèmes informatiques ont provoqué un arrêt de trois heures au Nasdaq. L'année dernière, un pépin logiciel a cloué au sol 5 000 vols United Airlines pendant deux heures. Récemment, des problèmes informatiques ont provoqué l’arrêt des transactions au New York Stock Exchange. Ces glitches causent des pannes temporaires - et des grands maux de tête - pour les fournisseurs tels que Sling TV Dish, qui a interrompu son service pendant la première diffusion de Fear the Walking Dead, le spinoff de la série Walking Dead. En 2014 chez Netflix, les glitches ont provoqué des pannes ainsi que des résumés emberlificotés de différents films

Dans de nombreux cas, ces problèmes sont liés à des réseaux dégradés, des problèmes de saturation et de congestion, ou des erreurs de calcul de la bande passante nécessaire. Mais dans un grand nombre de fois, ces problèmes ont à voir avec les nouvelles technologies, des pépins que nous apprenons de manière inattendue. Les glitches ne sont pas les bugs (bogues) logiciels, qui peuvent être testés et rectifiés. Les glitches sont un phénomène récent, et sont difficiles à prévoir à l'avance. Ce n’est pas un argument contre la technologie, c’est une recommandation pour une surveillance accrue des systèmes informatiques et pour ne pas oublier d’avoir des conversations régulières avec les responsables IT.

4. Les Backdoors ou portes dérobées

Les backdoors sont des lignes de code intentionnellement installées par les développeurs dans le firmware afin que les fabricants puissent mettre à jour en toute sécurité nos appareils et nos systèmes d'exploitation. C’est la façon dont fabricants peuvent entrer dans votre système pour résoudre un problème sans vous interrompre. Le défi, c’est que les portes dérobées peuvent également être utilisés subrepticement pour exploiter tout, de nos webcams à nos données personnelles.

Certains gouvernements préconisent un ensemble de « golden keys », des clefs de chiffrement qui permettraient aux forces de l'ordre d’ouvrir ces backdoors comme ils le souhaitent. Rappelons que ces intrusions par les forces de l'ordre sont déjà possible en France, indépendamment du pouvoir judicaire, avant même l’état d’urgence (loi du 24 juillet 2015 relative au renseignement).Cela n’aura pas seulement une incidence sur les cibles habituelles de l’espionnage étatique, tels que Facebook et Google.

backdoor

En 2016, toute entreprise qui stocke des données clients pourrait être visée par une demande d’ouverture de porte dérobée. Cela pourrait inclure des banques, des groupes de défense, des agences de voyages, des compagnies hôtelières, etc. Les défenseurs des libertés affirment que le simple fait de créer une porte dérobée laisserait les utilisateurs ordinaires vulnérables face aux attaques de hackers, même ceux les moins qualifiés.

Si votre société est cilbée l'année prochaine, que ferez-vous ? Avez-vous un une stratégie de défense pour répondre aux backdoors ?

5. La Blockchain ou chaîne de blocs

Pour faire simple, la blockchain est une base de données distribuée où personne ne peut contrôler toutes les informations. Jusqu'à présent, l'application la plus connue de cette technologie est le bitcoin. Dans ce cas, la blockchain est une base de données contenant l'ensemble des transactions effectuées dans cette crypto-monnaie.

L'équipe de cryptographes de Blockstream a récemment lancé son premier prototype, les sidechains, qui fonctionnent comme un grand registre distinct avec son propre code. Ces sidechains permettent une authentification plus facile. Les sidechains sont des réseaux peer-to-peer décentralisés qui fournissent un niveau de sécurité efficace face aux risques, et apporteront des performances améliorées aux systèmes mondiaux d'échange de valeur - le tout, sans la nécessité de passer par des intermédiaires (banques centrales ou autres tiers). Une plateforme universelle qui peut être utilisée pour tout ce qui requiert des signatures électroniques ou des authentifications. Une techno qui va bouleverser des secteurs entiers de l’économie.

21 Bitcoin Computer

La blockchain permet aux personnes de participer à des opérations « en toute confiance », éliminant la nécessité d'un intermédiaire entre acheteurs et vendeurs. Et elle élimine potentiellement la nécessité de tous les intermédiaires, dans la plupart des transactions, même celles en dehors du monde de la finance. Le 21 Bitcoin Computer, basé sur Linux, est le premier ordinateur dans lequel les composants et le système d'exploitation s’appuient sur le protocole Bitcoin. Les développeurs l’utilisent pour construire des applications et des services (jeux, musique ou tout contenu en ligne) payables en bitcoins. Ce tout petit ordinateur minimaliste a le potentiel d'éliminer des milliers d'intermédiaires, tels que les sociétés de services de paiement.

6. Des espaces aériens pour les drones

En 2015 en Californie, deux drones ont par inadvertance empêché les pompiers de circonscrire un feu de forêt se propageant rapidement (il a traversé une autoroute et détruit une dizaine de véhicules). Actuellement, la Federal Aviation Administration (FAA) ne permet pas aux drones de voler près des espaces aériens des aéroports. Mais partout à travers les Etats-Unis, tout le monde se demandera en 2016 si l'ensemble de l’espace aérien doit être réglementé pour les amateurs et les pilotes de drones à usage commercial.

UAV lanes

Ce qui est sûr, c’est que cela va provoquer des débats houleux entre l’Etat, les technophiles, les chercheurs, les fabricants de drones, les entreprises et l'industrie de l'aviation - puisque chacun a un intérêt économique dans l'avenir de ces véhicules sans pilote. Certains prévoient bientôt de diviser le ciel : les pilotes du dimanche feront voler leurs drones sous le plafond des 200 pieds, tandis que les entreprises et les pilotes professionnels auront un accès exclusif à un espace aérien compris entre 200 et 400 pieds d’altitude.

7. L'informatique quantique et les qubits

Pour faire court, les ordinateurs quantiques peuvent résoudre des problèmes de calcul qui sont trop complexes pour un ordinateur classique, qui ne peut traiter que des informations binaires, faites de suites de 1 et de 0. Dans l'univers quantique, ces 1 et 0 octets peuvent exister dans deux états (qubits) à la fois, ce qui permet d’effectuer des calculs en parallèle. Par conséquent, si vous construisez deux qubits, ils sont capables de traiter quatre valeurs dans le même laps de temps : 00, 01, 10, 11. Les ordinateurs quantiques sont non seulement plus puissants par rapport à tous ce que l’on connait à ce jour – mais ils nécessitent des algorithmes spéciaux capables de faire de nouvelles choses. Par exemple, les ordinateurs quantiques nécessitent des programmes spéciaux comme l'algorithme de Shor - inventé par Peter Shor du MIT - qui peut factoriser un nombre premier. La National Security Agency (NSA) prévoit déjà que la cryptographie actuellement utilisée deviendra totalement obsolète une fois que les ordinateurs quantiques vont se répandre.

qbits

Les scientifiques ont entamé des recherches sur l'informatique quantique depuis des décennies. Le défi a été de prouver que la machine quantique est bien en train d’effectuer des calculs quantiques. En effet, dans un système quantique, l'acte même d'observer des informations en transit change la nature de ces données.

Certes, vous ne serez pas en mesure d'acheter un ordinateur quantique en 2016, mais c’est une tendance à surveiller.

Des chercheurs de l’équipe d'informatique quantique d’IBM ont commencé à débloquer des problèmes difficiles dans ce domaine, telles que les erreurs de détection. Récemment, D-Wave Systems a annoncé qu'elle a brisé la barrière des 1000 qubits. Si cela se vérifie, cela veut dire qu’ils ont entre les mains l'ordinateur le plus puissant de la planète. Maintenant, IBM, Microsoft, Hewlett-Packard et Google, ainsi que D-Wave, essaient de comprendre comment avancer et comment commercialiser cette techno.

8. Des facultés cognitives augmentées

Nous ne le reconnaissons pas en tant que tel, mais nous vivons dans un âge de la télépathie numérique. Un monde où nous pouvons envoyer des informations directement aux cerveaux des uns des autres par l'intermédiaire d’Internet.

Les scientifiques de l'université de Stanford travaillent sur une prothèse neuronale cognitive qui peut restaurer et améliorer la fonction de mémorisation. Cette recherche a un but pratique et altruiste : aider les victimes d'accidents vasculaires cérébraux, ou d’autres lésions cérébrales traumatiques, à retrouver leurs capacités cognitives et leurs fonctions motrices. 

cognitive neural prosthesis stanford

Plutôt que d'avoir à réapprendre, il leur suffira de recharger leurs souvenirs. Mais cela implique qu'un jour vous pourriez être en mesure d'augmenter vos capacités mentales – un peu comme les exosquelettes qui permettent d'accroître notre force physique – via un dispositif informatique. On pourrait alors lancer et promouvoir un produit avec les compétences ultra-intuitives de Steve Jobs. 

Ce qui pose une question : Dans l'avenir plus lointain, que signifiera le terme « apprendre » ? Quelle sera la différence entre avoir des connaissances et simplement les acquérir ?

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire