Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Productivité

Productivité

Entreprises ; Etats ; Hommes

Toute l'actu traitée par Objectifeco dans le domaine de la productivité à la recherche de l'excellence.

Comment réfléchir à produire plus, plus vite ou en consommant moins de temps et d'énergie, les logiciels et stratégies en vogue, les dernières recherches, les témoignages d'expérience...

promospeciale

4 produits complexes qui peuvent désormais être produit par l'impression 3D - la révolution est en marche

Audience de l'article : 3292 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
La technologie d'impression 3D livre de nouveaux champs d’applications toujours plus incroyables. Le domaine médical l'utilise pour imprimer des organes et des prothèses, les geeks utilisent la technologie pour imprimer leurs maquettes avant le prototype grandeur nature, les entrepreneurs l’utilisent pour imprimer des structures modulaires préfabriquées. Et la liste ne s’arrête pas là. Il y a eu ce fameux pistolet imprimé en 3D et son fichier mis à la disposition du public qui a fortement déplu aux autorités…

Tellement de choses impressionnantes sont imprimables en 3D, à condition d’avoir les bons modèles (de fichier) et les matériaux adéquats. Voici un petit tour d’horizon des quelques gadgets captivants qui ont été créés avec des matériaux imprimés en 3D.


1. Un reflex imprimé en 3D

Cet appareil photo imprimé en 3D peut être fabriqué par quiconque. Le guide et le fichier d’impression sont disponibles sur le site instructables.com. Un projet open-source que l’on doit au Français Léo Marius.

On vit peut-être dans un monde numérique et au siècle de l’impression 3D, l’OpenReflex est un appareil photo analogique traditionnel (35mm), avec visée reflex et obturateur classique. Le seul élément qui ne soit pas imprimé est l'objectif, que vous devez acheter et installer séparément après avoir imprimé la bague de fixation.



Si vous êtes bon avec les logiciels de conception, vous pouvez même apporter quelques modifications à la conception initiale. Le plus étrange et excitant dans cette histoire, c’est de pouvoir imprimer un reflex analogique à l’ère de la photographie numérique.



2. La guitare acoustique

Scott Summit, un passionné de l’impression 3D connu pour son travail sur des prothèses, a décidé de secouer un peu la 3D en imprimant une guitare acoustique. Sa première guitare a été imprimée avec de la poudre de nylon, ce qui améliore son look et lui donne une finition de type céramique.

Il pensait à l'origine que sa guitare ne fonctionnerait pas, parce que tous les éléments sont imprimés en plastique, y compris le couvercle de la rosace et la fixation du manche à la caisse qui sont généralement en métal.



Scott Summit a déboursé un total d’environ 3000 $ pour imprimer la guitare que vous voyez dans la video ci-dessus.

Dans l'avenir, il veut offrir des conceptions améliorées qui permettent aux gens de personnaliser le son de l’instrument qu'ils impriment. Par exemple, ceux qui cherchent à imprimer leur propre guitare pourraient choisir celle qui offre les graves les plus profonds ou les aigus les plus stridents.


3. La tondeuse à gazon


Hans Fouche, ingénieur sud-africain, a fabriqué tout un tas de gadgets soignés avec une imprimante 3D. Il a créé une imprimante à grande échelle dans son garage qu’il a surnommée Cheetah. Il l’a utilisée pour créer des objets comme des meubles, un aspirateur et le prochain gadget dont nous allons parler : une tondeuse à gazon imprimée en 3D.



Tout sur la tondeuse d’Hans Fouche a été imprimé en 3D, sauf le moteur qui a été emprunté sur une vieille tondeuse. Les composants tels que les roues, les poignées, le coupe-circuit de sécurité, les lames et les arbres de roues ont tous été imprimés en 3D. Au total, il aura fallu à notre ingénieur 9 heures pour imprimer toutes ces pièces.


La tondeuse marche très bien, et grâce à son imprimante 3D qui fonctionne plus rapidement que les autres, il est parvenu à fabriquer son gadget dans un temps relativement court. De plus, sa tondeuse qui nécessite seulement 5,6 kg de matériau a permis à Hans Fouche de faire tomber son prix de revient à…13,83 $.


4. Le drone SULSA


Des chercheurs de l'université de Southampton ont créé un drone imprimé en 3D appelé SULSA, acronyme de Southampton University Laser Sintered Aircraft.

Presque tous les composants sont imprimés avec du plastique, à l'exception de l'électronique, et cet objet volant sans pilote peut être assemblé en 10 minutes environ. En outre, parce que le drone est fait de plastique, il est silencieux en vol. Il est composé de cinq pièces aérodynamiques distinctes qui s’emboitent pour créer l’appareil final. Il existe ni vis ni de fixations pour maintenir les pièces ensemble, elles s’emboitent tout simplement.

Vous êtes curieux de savoir quels autres matériaux sont nécessaires ? Dans ce cas, la liste des pièces compte seulement quatre éléments structurels, un circuit pour l’ensemble de l’avionique, un moteur et son hélice, deux batteries, quatre servomoteurs avec ses courroies, un récepteur et un pilote automatique. Soit au total : 14 éléments pour construire cet avion.

Quand il virevolte dans le ciel, il peut atteindre la vitesse maximale de 90 miles par heure (145 km/h) et il dispose d’une autonomie d’environ une demi-heure. 



Avec tous ces exemples, imaginez ce que les amateurs d'impression 3D pourront obtenir d’ici quelques années. La révolution 3D poursuit sa marche à grandes enjambées.


lead-enrichir-25000
Poster un commentaire