Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

S'enrichir est si facile au risque de passer pour un provocateur

Audience de l'article : 2339 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
Bonjour Charles,

J'ai acheté une formation chez vous il y a un certain temps, et je pensais que mon identifiant et password en tant que client pouvaient me permettre de commenter vos articles. Il semble que non, mais aucune importance, du coup je vous écris ici.

J'ai 65 piges, je suis retraité de la banque mais j'ai fait mille autre choses dans ma vie, y compris sur le plan manuel, donc je ne suis pas juste un col blanc intégré dans un système à la con. Mais bon ce n'est pas le sujet du jour.

J'ai lu votre réponse au post du petit jeune de 25 ans, et surtout la dernière phrase où vous parlez de transformation de produits agricoles.

Je ne vous apporterai rien de bien révolutionnaire mais juste un témoignage. Il y a quelques années, je participais, en tant que dirigeant de banque, à la sélection des étudiants de la Business School de Sophia Antipolis.

On demandait bien entendu aux futurs étudiants quels étaient leur projets d'avenir. Et là, au milieu d'une brochette de petits branleurs fils à papa qui venaient juste cramer les tunes des parents, une gamine, mignonne mais mal fagotée, (on voyait quel avait pas de gros moyens) s'est présentée avec un projet tout simple, précis et tellement évident.

La gamine venait des Comores (pas de Mayotte qui est département français), mais du reste de l'archipel.

Elle avait tout simplement noté que les Comores importaient la quasi-totalité des jus de fruits consommés là-bas (d'autant qu'en pays musulman on consomme (ça reste à prouver) plus de jus de fruits que de binouzes).

Donc les Comores exportaient les fruits pour trois francs six sous, et importaient au prix fort le produit fini.

Elle avait un business plan tout simple, et j'ai découvert que le process production-transformation de jus frais ou semi-frais ne coûtait pas si cher que ça, les Comores, à la différence de Mayotte, n'étant pas soumises à tout le cortège de normes et de réglementations européennes à la con. Elle commençait par vendre son jus aux Comores, avec en ligne de mire l'exportation vers Madagascar et d'autres pays incapables jusqu'alors de transformer les superbes  produits au plan qualitatifs et qu'on trouve à profusion là-bas. Je ne sais pas ce qu'elle a pu réaliser au final, mais j'ai toujours gardé ce souvenir dans un coin de ma tête.

A mon âge, je ne vais pas me lancer dans le business, mais je vous confirme que vous êtes dans le vrai et que votre projet concernant les fruits est très pertinent.

Je suis comme vous fan de produits et de fruits tropicaux, et j'aurais adoré faire un métier que j'aime vraiment plutôt que de m'emmerder avec les swaps, les options et autres joujoux virtuels qui rendent dingue ceux qui ne savent pas prendre du recul.

Alors si vous réalisez ce truc, vous remplirez à la fois votre porte monnaie et votre coeur, et j'en serai très heureux pour vous.

Merci pour ce que vous écrivez. Je lis tout, et même si je ne suis pas d'accord avec tout, ça aide à réfléchir et à éviter de se scléroser la cervelle.

Bien à vous


Oui la boutique Objectif Eco est totalement indépendante du site Objectif Eco media où les articles sont publiés. Ce ne sont même pas les systèmes d'exploitation identiques. Et encore moins les serveurs. Nous avons transpiré plus d'une fois d'ailleurs côté serveur quand 500 clients déboulent sur quelques minutes pour consulter une alerte de Loic par exemple. Les modules membership consomment énormément de ressources au moment de la connexion. Bref.

Concernant le fond du message, il est l'illustration parfaite que l'enrichissement est facile dans notre monde. Ce qui ne l'est pas est de s'autoriser à s'enrichir. C'est toute la subtilité.

Comment peut on s'enrichir ?

Comment je me suis partiellement enrichi moi également même si j'ai dépensé beaucoup et privilégié l'expérience de vie au détriment du score ?

Comment j'ai proposé aux clients des 3S de s'enrichir également ?

Toujours de la même manière...

Comme cette femme qui a regardé le monde dans lequel elle vivait et a tout de suite pigé à quel point les humains sont perturbés, à exporter à bas pris des fruits et à importer à haut prix des fruits transformés... j'ai fait le même constat partout où je suis passé dans ma vie. Autour de moi, je ne vois que dissonnance, incohérence et irrationnalité. Dans la gestion des besoins et les réponses.

Si on rajoute la variable internationale dans l'équation, c'est une explosion quotidienne d'opportunités que je vois partout du matin au soir. 

Si on rajoute la variable pays émergent, alors là, les amis, cela devient philosophique. On commence à se poser des questions sur ce qu'est l'homme...

J'ai un tableau dans les 3S https://formation.objectifeco.com/charles-dereeper-les-3-s-formation/ qui est probablement la denrée la plus importante du programme qui traque les devises par PPA et les écarts, tous les jours.

Quelqu'un qui veut s'enrichir sans souffrance et ne pas vivre (donc accepte implicitement de se déplacer dans le monde avec 2 valises en mode digitale nomade) pendant quelques années peut en quelques heures piger où est l'inefficicence structurelle du marché dans le monde, commencer à chercher l'inefficience locale des offres et en quelques jours maxi élaborer un plan pour faire du pognon sans se casser le cul. 

Quand vous prenez une inefficience de monnaie et que vous rajoutez un business modèle basique efficace qui casse pas la baraque, vous obtenez un edge si énorme que cela devient difficile de se planter même en n'étant pas un tueur de l'entrepreneuriat.

Vous me croirez si vous le voulez, mais très peu de gens, une infirme minorité en réalité, se livre à de telles démarches.

Ce qui ramène à ma proposition initiale qui est que les humains doivent s'autoriser à s'enrichir en premier lieu. Sans cette autorisation intérieure, leur cervelle perturbée va les emmener sur des chemins de traverse pour les empêcher de concrétiser.

J'ai mes démons comme tout le monde. En fait non, j'ai des démons intérieurs largement supérieurs à ce que le commun des mortels expérimentent. J'avais le full package. Donc je suis bien placé pour savoir que les perturbations humaines impactent presque tout le temps les trajectoires de vie. Conséquence... la question pour tous est de savoir quelle réponse on apporte quand nos démons intérieurs viennent flinguer nos vies. La réponse la plus généralisée est de fuir et consommer des béquilles, puis de tourner en rond pendant 40 ou 50 ans et ensuite d'adopter le statut des victimes et la faute à pas de chance au moment de la vieillesse pour justiifier les choix et l'échec. Je ne vous le recommande vraiment pas. 


Pour moi, il faut aller au contact de la merde et la bouffer puis sortir par le haut. Est ce facile ? Définitivement non !

Charles

Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Harry Haller mercredi, 27 janvier 2021 09:51 Posté par harry

    Très bon exemple de truc aussi bien prometteur que super casse gueule.

    Le produit : A Madagascar les jus naturels sont vendus mixés à la demande ou préparés un peu à l'avance ; en tetrabrik très peu de chose locales à part l'import qui est un produit de faire valoir vu que dégueux comparé à un jus pressé.

    Pourquoi ça peut ne pas marcher (l'idée) : manque de fiabilité des fournisseurs, disparition des employés, vol, jalousie.

    Pour que ça marche : être 24h/7j sur place pour tout surveiller.

    :)