Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Productivité

Productivité

Entreprises ; Etats ; Hommes

Toute l'actu traitée par Objectifeco dans le domaine de la productivité à la recherche de l'excellence.

Comment réfléchir à produire plus, plus vite ou en consommant moins de temps et d'énergie, les logiciels et stratégies en vogue, les dernières recherches, les témoignages d'expérience...

Web marketing - 6 astuces pour développer ses capacités rédactionnelles et produire du contenu de qualité

Audience de l'article : 5342 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votre muse a déménagé et a quitté la ville sans laisser d'adresse ? Vous êtes là, à regarder un écran vide, à essayer de comprendre comment vous allez pouvoir faire face aux délais. Une situation bien trop récurrente, avec beaucoup de sujets à écrire et littéralement rien qui coule du cerveau pour remplir cette foutue page blanche.

web-content-writer

Vous avez essayé tous les trucs et astuces que votre entourage vous a recommandés : faire des pauses, aller marcher pour s’aérer les neurones, téléphoner à un ami, j’en connais même qui parte faire la vaisselle dans ces cas là. Mais rien. Ça coince. Ça bloque. Et ça ne veut définitivement pas sortir. L’angoisse de la page blanche redoutée par tous. Un sale moment vécu par beaucoup.

Sauf qu’il ne faut pas se tromper d’enjeux. Dans la cadre du Web marketing, vous n’êtes pas un écrivain, ni un romancier… mais un rédacteur. Un rédacteur pro avec des cadres marketing spécifiques.

Voici 6 astuces vraiment pratiques que vous pouvez utiliser dès maintenant, sans même quitter votre clavier.

1. Ne commencez pas à partir d’une page blanche

Alors justement, l’angoisse de la page blanche laissez là aux écrivains. Ce genre de prise de tête c’est pour eux, pas pour vous.

07-07 Angoisse page blanche

Ouvrir son traitement de texte ou son CMS (Content Management System) et se retrouver face à un écran vide est toujours angoissant et nuit à votre productivité. C’est le meilleur moyen de mal commencer. Cet écran vide est intimidant.

Au lieu de cela, vous pouvez par exemple débuter votre travail rédactionnel la veille avant d'aller vous coucher, par des notes, des schémas, des cheminements d’idées sans forcement composer de phrases. Le lendemain matin, si vous avez ne serait-ce que quelques lignes sur votre page, ou lorsque que vous allumez l’écran au moment que vous jugez opportun, votre état d’esprit se transforme. Vous mettez votre cerveau dans une toute autre perspective : vous ne débutez plus une tâche ou une corvée mais – bien au contraire - vous la finissez, vous bouclez un travail. 

Ce n’est pas un tour de passe-passe mais de la psychologie. C’est la magie de l’effet Zeigarnik, qui nous aide à terminer les tâches en cours.

Cela peut sembler un peu fou, mais d'un point de vue psychologique, vous êtes dans une posture bien meilleure. Les mots suivront et les phrases s’enchaineront. Supposons que vous avez un billet ou un édito à écrire sur un placement financier ou une stratégie de Web marketing. Une fois vos recherches effectuées, vous devez établir votre plan. Allez-y et écrirez votre premier point ou le dernier, peu importe lequel. Il s’agit plus de coucher des idées sur le papier que de rédiger à proprement parlé. Maintenant, fermez-le et faites autres choses. Si vous êtes partis vous coucher, vous verrez que lorsque vous ouvrirez votre écran le lendemain matin, les choses s’enchaîneront beaucoup plus rapidement.

2. Faites une pause au milieu, pas à la fin

Cela peut sembler contre-productif. Après tout, si vous prenez une pause, vous devrez y revenir. Il vous faudra retrouver votre concentration et relire ce que vous avez écrit, si vous savez où vous vous étiez arrêté.

Cependant, il s’agit encore une fois de mettre à profit l’effet Zeigarnik. Certes, cela peut prendre quelques minutes de plus de relire ce que vous avez déjà écrit.

Mais ce recentrage viendra stimuler votre pensée et vous fournira des idées supplémentaires, des éléments qui ne seraient pas venus si vous vous étiez entêté à finir un pavé rédactionnel avant de quitter votre clavier. De plus, c’est le même principe que l’on retrouve dans l’effet Zeigarnik. Arrêtez-vous au milieu, revenez-y et finissez le paragraphe, et commencez à attaquer le point suivant avant d’à nouveau prendre une pause.

3. Avoir plusieurs projets en cours à la fois

Bien qu'il existe encore une énorme controverse autour du comportement multitâche, quand il s’agit de l'écriture, aucune règle ne dit que vous devez passer d'une tâche à l'autre dans un ordre séquentiel.

Si vous êtes à sec d’inspirations et que vous avez 4 articles ou édito à écrire, commencez-les tous. Si vous calez sur l'un d’eux, passez à un autre avant d’y revenir. L'idée ici, c’est que vous serez toujours en train de rédiger. C’est beaucoup plus productif que de faire surchauffer ces nerfs à vouloir lutter, coute que coute, à terminer un passage avant de commencer le suivant.

4. Passez à la lecture

Vous avez peut être effectué une bonne quantité de recherches pour votre sujet du moment. Si vous calez, toutefois, revenez en arrière et cherchez des sources que vous n'avez pas lu auparavant, soit sur le sujet lui-même ou sur des thèmes qui lui sont proches.

lire


Julian Wright, fournisseur de contenu pour les blogs de petites entreprises et rédacteur en chef de Cool Essay, raconte son anecdote. Elle avait un client dans le secteur de l'immobilier qui ne parvenait justement pas à trouver une idée de sujet pour son prochain billet. « À l'époque, j’avais également la volonté de changer la déco de mon salon, » explique-t-elle. « Alors j’ai surfé sur des sites de décoration de maison pour y faire un peu de recherche. Quand j’ai regardé les plans et les idées de conceptions, cela m’a frappé. Je pourrais très bien écrire un post sur comment utiliser le home staging pour mieux vendre une maison et se démarquer des autres biens sur le marché. Ce que je retiens, c’est que la lecture - même sur des sujets qui ne semblent pas apparemment liés - peut générer de grandes idées.

5. Imaginez que vous écrivez un e-mail

Si vous écrivez un e-mail à un ami, vous ne vous inquiétez pas du titre du sujet, de votre grammaire et de votre orthographe, ni de votre syntaxe ou encore de votre style. Vous écrivez un point c’est tout. Vous écrirez pour simplement dire ce que vous avez à dire, sans autres préoccupations. Dans cette posture, vos mots coulent de source.

Au lieu d'écrire un article ou un édito sur un sujet, faites comme s’il s’agissait de raconter une belle histoire à un ami. Racontez-lui en quoi ce dernier outil de Web marketing est top. Les informations, la hiérarchisation de votre pensé, ainsi que vos idées, suivront. Bien sûr, vous n’enverrez pas votre e-mail en l’état, mais vous pouvez le copier et coller dans un traitement de texte. Maintenant, vous avez juste à le nettoyer un peu et vous avez une belle histoire captivante.

6. Gardez vos idées dans des fichiers pense-bêtes

Si vous écrivez généralement sur 3-4 créneaux différents (es indices boursiers, les stratégies marketing, l’immobilier, etc.), vous devriez toujours avoir un fichier – un pense-bête –pour chaque, avec des idées de sujet que vous collectez au fur et à mesure un peu partout.

Coolendar-laptop


La raison est évidente. Mais où trouvez-vous ces idées ?

Utilisez Feedly afin d’organiser le contenu des média web que vous parcourez régulièrement et recevez des brefs résumés de leurs publications.

Surfez sur Topsy et Buzzsumo pour dénicher les derniers contenus tendances.

Vérifiez QuoraReddit et les groupes de discutions sur LinkedIn  pour être à la page, analyser les dernières discussions à la mode et contrôler les questions les plus fréquemment posées.

Ecrivez des articles dérivés des éditos les plus populaires que vous avez publiés à ce jour. 

Vérifiez Google Trends et greffez-vous sur les dernières tendances de recherches sur Internet.
lead-enrichir-25000
Poster un commentaire