Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

L'erreur numéro 1 de la majorité des dirigeants d'entreprise selon un grand coach américain - les petits comme les grands la font...!

Audience de l'article : 4034 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Je dois confesser que je la fais aussi cette erreur et que je suis concerné par le souci.

Pour tous les pro du développement des entreprises, la clef de la réussite passe par la création et le lancement de nouveaux produits et par la recherche de nouveaux clients. C'est la base de la base d'une entreprise qui marche, le secret de la croissance.

Il se trouve que la majorité des dirigeants ne consacrent pas une part très importante de leur emploi du temps à cette tâche alors qu'elle est fondamentale.

Il arrive même assez souvent que ces dirigeants se concentrent essentiellement à gérer les problèmes internes, les requêtes du team, les urgences, ou les relations externes. Le peu de temps qui restent est consacré aux clients déjà existants. Au final, on obtient pour une majorité d'organisation, une croissance faible parce que les moyens et l'énergie ne sont pas concentrés sur la base de la base de la croissance organique !

Le coach a donc imposé à tous ses clients PDG d'entreprises de consacrer la première heure chaque matin de leur journée exclusivement à la capture de nouveaux clients et la mise sur le marché de nouveaux produits, en traitant ces tâches d'urgence absolue prioritaire sur toutes les priorités.

Evidemment, au bout de quelques mois de ce régime draconien, il a constaté une envolée des résultats et des performances de ses clients entrepreneurs...

Il écrit aujourd'hui pour nous dire à tous : faîtes l'expérience. Chiche ! Et vous verrez comment les choses vont changer dans vos vies pro !

J'ai trouvé son message particulièrement intéressant. Je n'échappe pas à la règle. Je suis même à considérer comme un très mauvais manager en phase de rédemption. Je vais appliquer sa recommandation pour tester ! Mais mon petit doigt me dit déjà que ce gars a entièrement raison...

Charles Dereeper

PS : je souhaiterais vous signaler un édito de Charles Gave exceptionnel qui a échappé à tous à cause de Paques. En plus Charles Gave est un auteur ultra doué qui a le défaut de ne pas titrer sexy ses éditos. Du coup, vous êtes nombreux par moment à zapper ses articles qui valent vraiment le détour, des bijoux, parce que le titre est fondamentalement repoussant. A lire donc http://www.objectifeco.com/economie/inflation-deflation/monnaie/john-law-richard-cantillon-et-la-bce.html

Et j'ai lu aussi un édito qui m'a rappelé mes interrogations quand j'étais en France en 2008 et que je ne me sentais plus à ma place dans le système gocho haineux vis à vis des entrepreneurs et du capital. Henri Dumas a écrit un truc qui vaut le détour ici http://www.objectifeco.com/economie/politiques-economiques/liberalisme/l-ombre-de-la-mort.html
J'ai eu à nouveau ce sentiment évoqué par Henri Dumas, quand j'ai lu des réactions Facebook sur mon profil où j'étais un beauf parce que je créais des entreprises dans des pays tropicaux. De la haine bête et basique, aveugle, qui m'a perturbé 2 minutes (pas plus, parce que je m'en branle fondamentalement vu ma position et mon expérience de vie plus qu'agréable), mais ce qui est destructurant est que la création de valeur est le fondement de notre société. Une part non négligeable de la France hait par idéologie en toute inconscience le socle des avantages dont ils bénéficient tous. Jean Rivière a également écrit la dessus aussi récemment, comme Henri Dumas, sous un autre angle http://www.webmarketingjunkie.com/oui-je-cherche-a-men-mettre-plein-les-fouilles-et-jen-suis-fier-pourquoi-largent-ca-nest-pas-sale.php




Poster un commentaire