Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Vincent Benard

Vincent Benard

Vincent Bénard est analyste à l'Institut Turgot (Paris) et, depuis mars 2008, directeur de l'Institut Hayek (Bruxelles). C'est un spécialiste du logement et  de la crise financière de 2007-2008 (subprimes). Grand défenseur du libéralisme économique, Vincent décortique tous les errements des Etats providence !

L'occident est en route pour le déclin économique

Audience de l'article : 3058 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions

 

La différence de revenus entre salariés des pays "occidentaux" établis et des pays émergents reste palpable, quand bien même certains de ces derniers opèrent des rattrapages fulgurants. Mais cette suprématie semble toucher à sa fin, et cette fin là pourrait être plus brutale que nous ne le souhaiterions...
 
 La wealth machine de l'occident
 
 Qu'est-ce qui faisait et fait encore pour un temps qui nous est compté la supériorité de nos économies ? Sans aucun doute, l'antériorité de notre conversion à l'économie de marché, qui a permis de maximiser dans nos pays les gains d'innovations technologiques que nous avons su faire naître, et dont les pays qui ont refusé ce modèle n'ont pu récolter que les miettes.
 
 Cette conjonction de facteurs favorables a créé une osmose qui a permis de fabriquer du capital productif mais aussi et surtout le savoir humain permettant de le faire fonctionner et de l'améliorer. Ce second point est souvent sous estimé, mais il est absolument essentiel. Lorsqu'un Chavez ou un Morales exproprient les compagnies pétrolières exploitant leur sous-sol, ils constatent très vite que les dirigeants et techniciens locaux installés à la hâte au sommet des nouvelles compagnies n'arrivent pas à extraire du sol la même quantité de combustible, avec pourtant la même technologie parfaitement en place. Lorsque Robert Mugabe lance une vaste campagne d'expropriation brutale des fermiers blancs du Zimbabwe, il oublie que les amis politiques  qu'il installe à la tête des exploitations ne savent pas traire une vache ou ensemencer un champ dans les règles de l'art, et provoque une chute drastique de la production agricole précipitant sa population dans un désastre humanitaire. Le capital n'est rien sans le savoir. Et vice versa.
 
 Cette fabrication du savoir n'est pas seulement nécessaire à la production industrielle existante, mais à l'innovation permanente qui a longtemps été la marque de fabrique quasi exclusive de l'occident capitaliste.
 
 Mais aujourd'hui, dans nombre de pays autrefois considérés avec condescendance par l'occident riche, la production de savoir faire industriel bat son plein, et surtout, les politiques fiscales de ces pays tendent à favoriser la formation de capital qui permet à leurs entreprises de ne plus être de simples copieurs ou suiveurs, mais de véritables innovateurs. La Corée, Taïwan, Singapour, la Malaisie, mais aussi la République Tchèque ou la Pologne sont aujourd'hui capables de fabriquer les élites créatives et techniciennes indispensables pour accroître leur productivité, et les politiques fiscales de ces pays tendent à permettre à leurs industriels de se doter d'outils de recherche et de production capables de faire fructifier ce potentiel humain régénéré. La Chine a le potentiel pour suivre le même chemin. Et le Brésil. Et la Russie. Et une partie de l'Inde également.
 
 Quand bien même ces pays ne sont pas totalement exemptés de difficultés - par exemple, l'éclatement de la bulle immobilière chinoise risque de leur faire très mal à court terme -, cette évolution à la japonaise de pays considérés il y a peu comme relativement arriérés économiquement n'en reste pas moins le phénomène marquant de ces deux dernières décennies, au point que certains n'hésitent pas à parler de la naissance d'un nouvel ordre économique mondial.
 
 La pierre philosophale du capitalisme occidental a été cette capacité unique à faire rencontrer le capital physique et l'intelligence humaine, et de catalyser cette réaction grâce à l'esprit d'entreprise.
 
 On a perdu la pierre philosophale
 
 Or, l'occident capitaliste "ancien" est en train de perdre cette faculté catalytique. Tant l'Amérique autrefois triomphante que l'occident européen semblent avoir totalement perdu le sens de ce qui a fait autrefois leur force.
 
 Nous continuons à confier une part croissante de nos économies à un acteur économique, l'état, qui se révèle invariablement peu productif, simplement parce que les structures d'incitations en son sein obéissent à une logique démagogique et corporatiste, et non à une pure logique de marché, qui tend à obliger chacun à se maintenir au meilleur niveau de compétitivité.
 
 Nous laissons nos éducations dépérir, tant du fait de la mainmise de syndicats et de pseudo-pédagogues sur le corps enseignant, que de celui du triomphe des théories de l'excuse permanente qui tendent à absoudre l'élève de toute obligation d'effort et de discipline, sous le regard enamouré de parents totalement démissionnaires et qui considèrent toute tentative de démonstration d'autorité contre leurs petits chéris comme une intolérable ingérence dans leur droit imprescriptible et inaliénable à l'enfance heureuse.
 
 Malgré l'obsession de certains systèmes scolaires à détruire toute trace d'excellence, il existe encore des élèves capables d'atteindre un niveau  permettant de tirer la société vers le haut, mais le fossé avec les élèves maintenus dans la médiocrité par la déliquescence ambiante ne cesse de se creuser.
 
 Pire encore, dans la vieille Europe, nous faisons tout pour qu'une part croissante de ces élèves au dessus de la moyenne aille goûter l'herbe des autres pour voir si elle est plus verte, mais nous échouons misérablement à provoquer un mouvement inverse dans la même proportion. Certes, les USA échappent encore à ce mouvement, et arrivent toujours à attirer des brillants cerveaux dans leur R&D, mais pour combien de temps encore ?
 
 En imposant une double pénalité, par un délire réglementaire croissant et une fiscalité marginale non moins expansive, à ceux qui pourraient former le capital de qualité dont les gens ont besoin pour réaliser leur potentiel, nous incitons ce capital à se former ailleurs, et à une époque où changer de pays ne représente plus un obstacle insurmontable pour la partie la plus dynamique de la population (qui n'est pas toujours la mieux diplômée, d 'ailleurs), nous incitons le potentiel humain à rejoindre le capital là ou il se forme. Ajoutons que les craintes -et les charges d'intérêts...-  qui résultent de l'endettement hors de contrôle de nos états n'inciteront pas nos entrepreneurs potentiels à tenter l'aventure.
 
 Les mauvais investissements chassent les bons
 
 Pire encore, pour soi-disant compenser notre capacité déclinante à former ce capital d'excellence, nous avons voulu financer notre croissance à crédit. Depuis la fin des années 60, la plupart des états occidentaux ont donc encouragé l'endettement public et privé en subventionnant le crédit de toutes les façons possibles et imaginables: abandon de la discipline monétaire des étalons métalliques, banques centrales accommodantes envers les banques commerciales, fiscalité favorable au crédit, lois encourageant des prises de risques inconsidérées à coups d'effet de levier inimaginables quelques décennies auparavant...
 
 Le résultat est que dans un pays comme les USA, l'investissement brut privé des entreprises est plus faible aujourd'hui qu'il y a 12 ans  et que cet investissement poursuit les "bulles" plutôt que l'augmentation de la productivité réelle. La croissance réelle des USA pendant les années de bulle à certainement été plus proche de zéro que des 20 à 25% officiels (Source).
 
 Pendant ce temps, les investisseurs doués d'intelligence vont installer dans les ex Pays de l'Est ou à Shenzen des outils de production qui enterrent les nôtres en termes de performance pure, parce qu'ils trouvent désormais la main d'oeuvre capable de les faire fonctionner et de les développer. (un exemple parmi des milliers - un autre )
 
 
 Et ne croyez pas que la justification de ces implantations soit uniquement les bas salaires: les employés de ces unités performantes voient leurs rémunérations croître bien plus vite que les nôtres. Ce qui maintient encore les salaires des pays émergents en dessous des autres, est qu'ils n'ont pas encore fini de renouveler leur stock de vieux capital peu performant, et que du coup, la concurrence entre salariés qualifiés pour occuper les places les plus riches de potentialités reste vive. Mais ne nous y trompons pas, cette situation n'est que provisoire. Même la Chine, réputée pour maintenir par la coercition législative ses ouvriers dans des fourchettes de rémunération très basses, semble obligée de lâcher du lest, des grèves étant déclenchées par les salariés dans tout le pays, avec pour corrollaire des augmentations de salaires de parfois plus de 50%... Bien sûr, les salaires chinois restent encore très inférieurs aux nôtres, mais le rattrapage ne devrait pas prendre plus d'une génération, sauf cataclysme politique imprévisible.
 
 La route du déclin...
 
 Pendant ce temps, nous continuons à nourrir par la dette des secteurs publics métastasés hors de toute raison, nous continuons à vouloir nous offrir des vies faciles à crédit, nous produisons de moins en moins de scientifiques (c'est qu'en sciences, il faut bosser...) mais des charrettes entières de jeunes au mieux illettrés et paresseux, aspirant aux deux tiers à devenir fonctionnaires si l'on en croit les sondages, et au pire violents, qui croient que tout leur est dû et que "le système" leur "doit" un emploi bien payé, pas trop fatigant, et près de chez eux, un logement, la santé, la retraite à 60 ans maximum, liste de droits "à" non exhaustive.
 
 Le krach -assumé ou dissimulé par l'impression monétaire- des dettes souveraines, que je juge absolument inévitable, et par la même la crise majeure des  états providence qui s'ensuivra, va ramener sur terre très durement tous ceux qui ont cru à l'existence d'une corne d'abondance inépuisable. Mais il n'est pas certain que de l'inévitable "bordel ambiant" qui en résultera naisse une société permettant à nouveau de récompenser par la compétition sur un marché libre l'esprit d'entreprise et la réussite, d'accumuler du capital productif, de décourager les comportements purement spéculatifs et la dette, et de remettre école et parents dans le droit chemin de la responsabilité pour éduquer correctement nos enfants.
 
 ... Et celle de la servitude ?
 
 Faute de poser le bon diagnostic et de laisser à tout bout de champ accuser le grand méchant marché, nos politiciens couards, nos pseudo-intellectuels  et nos journalistes "engagés et citoyens" chercheront la fuite en avant dans la société organisée sous l'égide des "élites qui savent mieux que nous" ce qui est bon pour nous. Ces élites, sous couvert d'intérêt général, endosseront le costume du père fouettard rassurant, et n'hésiteront pas à intensifier leur lutte contre tous les choix que nous pourrions faire qui ne seraient pas les leurs, de Grenelles en principes de précaution, de renforcement des monopoles publics en nouveaux pouvoirs confiés aux "régulateurs" tellement bienveillants et pertinents dans le passé. Dictatures molles ou dures, comment le savoir, mais si nous poursuivons notre fuite dans la dette et la confiance aveugle en "l'état sauveur", alors nous connaîtrons des décennies de peine, de pauvreté et de douleur, alors que nous avons si longtemps cru que notre condition ne pouvait que s'améliorer.
 
 En conséquence, nos salaires réels et notre niveau de vie vont plonger, et dans une à trois décennies, nous serons le tiers monde, à l'ouest du rideau de fer.
 
 Outrageusement pessimiste, moi ?  Non, juste témoin du refus des "élites" intellectuelles et dirigeantes actuelles de de voir l'impasse dans laquelle notre très anti-libéral "capitalisme cogéré" par les états et les grandes puissances financières nous mène. Les nostalgiques de Marx verront l'origine du problème dans le capitalisme, les libéraux dans la cogestion. Pas sûr que le second point de vue l'emporte sur le premier, et c'est bien cela qui, dans la noirceur actuelle des perspectives, est le moins rassurant.
 
 Voilà pourquoi, quand bien même le mur dressé devant eux semble bien difficile à franchir, la flamme qui anime les trop rares personnes qui se battent encore pour faire triompher la liberté, tant politique qu'économique, doit rester allumée.
 

 

Poster un commentaire

2 commentaires