Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

La suite du petit manuel destiné aux salariés privés français

Audience de l'article : 2555 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions

Droit de réponse
A la lecture des 50 réactions qui ont suivi la publication de l'article sur les fonctionnaires parasites, quelques précisions s'imposent car il semblerait que mes propos aient manqué de précision.
Un fonctionnaire devient un parasite de la société à partir du moment où son groupe, celui des personnes qui sont rétribués par le travail des salariés privés, représente 50% des ménages. Un fonctionnaire n'est pas un parasite en lui même !
Je n'ai jamais pensé que les modèles de société Anglo Saxons sont des références à copier. Mon article et mon point de vue est de souligner que nous sommes proches de la rupture des grands équilibres. Entre pas assez de fonctionnaires dans les pays Anglo-Saxons et trop, comme en France, je prétends qu'il existe un plus juste milieu. Je suis sincèrement désolé si de nombreuses personnes se sont senties visées, mais en même temps, ces dernières doivent assumer l'idée que leur groupe a connu une expansion trop forte par rapport à l'ensemble des Français.
Je pense que sur un plan économique, lorsque un salarié du privé doit intégralement financer un agent du public (fonctionnaires, politiciens, retraités et emplois non marchands...), il y a excès. Nous sommes proches de basculer dans une économie fuite en avant type socialo communiste.
Je rappellerais à tous que l'ordre marchand privé a permis à l'espèce humaine de se développer depuis plus de 12.000 ans. Tandis qu'il n'existe à ce jour aucune société qui a dépassé le siècle organisée sur le modèle socialo communiste. C'est une fiction pour grands enfants rêveurs cette promesse sociale...
La Chine n'a plus rien de communiste. Le Portugal a abandonné la voie. Les pays nordiques également, Suède en tête. L'URSS s'est effondrée sur elle même. Cela relève du bon sens. Tout le monde s'est rendu à l'évidence... sauf une poignée d'irréductibles gaulois !
Tout le monde voit bien que les écosystèmes sont menacées aujourd'hui dans la nature à cause de déséquilibres trop marqués qui portent tous au final le même nom "surpopulation humaine"... Il en va de même au niveau économique. On ne menace pas les grands équilibres sans en payer le prix fort.
Les USA ont dépensé plus qu'ils n'ont gagné entre 2004 et 2008 à l'aide du cash extraction de la valeur immobilière des maisons (le fameux MEW). Ils ont dépassé les limites et vous connaissez la suite. Le graphique que j'ai posté dans cet article est sans appel ! La correction à venir vient tout juste de démarrer.
En France, nous atteignons aussi les limites : on ne peut pas demander à la moitié de la population de bosser pour l'autre moitié. Il y a désormais trop de profiteurs et plus assez de contributeurs.
Dire ceci fait il de moi un dangereux capitaliste, vendu aux temples des marchés financiers ? Permettez moi de m'étonner de vos réactions.
Vous avouerez à la lecture des propos de certains qu'il y a de la culpabilité inconsciente dans l'air. La fonction publique française est tout simplement en train de nous mener à la faillite et il faudrait accepter cette idée sans ronchonner ? 1300 milliards de dettes est il sain, en particulier lorsque l'on sait que les montants des prélèvements obligatoires représentent entre 40 et 50% depuis plusieurs décennies, ces pourcentages n'ayant pas été suffisamment élevés, alors que tous les autres pays de la planète tapent moins fort dans la caisse du privé ?
 Ensuite, j'ai relevé un autre point dans vos réactions.
Vous êtes nombreux à attendre que la solution tombe d'en haut. Il faudrait faire ceci ou cela pour changer ou une interrogation sur les solutions.
En fait, les Français refusent deux choses fondamentales, qui les coupent de la réalité et les entraînent méthodiquement vers la faillite.
1 - Ils préfèrent croire au Père Noël qu'accepter qu'il existe des cycles de croissance suivie par des récessions. Tout dans la nature est cyclique, sauf l'économie française qui elle se doit d'être linéaire... tournant dans un monde parallèle...
2 -  L'économie fonctionne en vase communiquant. Concrètement, s'il pleut pendant tout l'été, les marchands de parapluie font des bonnes affaires au détriment des marchands de glaces qui eux sombrent en bas de cycles. S'il fait une canicule, les conséquences sont inverses. Ce sont les cafetiers et glaciers qui se retrouvent en croissance et les vendeurs de parapluie en récession. Et il ne fait jamais beau tous les étés tout comme les étés remplis de pluie ne s'enchaînent pas les uns aux autres, mais alternent avec les ensoleillés. Partant de là, personne ne peut à l'instant t être satisfait si le voisin l'est également. Cela se fait forcément au détriment d'un groupe.
Les Français refusent littéralement cette évidence et demandent immédiatement à l'Etat de pallier cet inconvénient quand un groupe est touché par les vases communiquant. Ce dernier répond toujours oui, le sort des élections en dépendant... et on rentre dans le monde parallèle...
Les défendeurs de ce modèle nous expliquent que nous ne sommes pas des animaux ni des végétaux et que notre intelligence doit compenser cette nécessité de survie au détriment des autres, règles immuables pour la matière vivante sur notre planète.
Moi je leur réponds : est ce que les compensations sont possibles et fonctionnent réellement ? Carrefour, Leclerc, les franchises... se sont développés au détriment des petits commerçants. Les lois ont tenté de les protéger. Qu'en reste t il quelques décennies après du petit commerce ? Internet est en train de tuer la VPC. La Camif, la Redoute et les autres sont sur la sellette. Les budgets pub quittent la presse papier pour aller sur internet...
A chaque fois, le même mécanisme de l'évolution... tout est éphémère. Des groupes disparaissent. D'autres sont en pleine ascension.
Conclusion : survivre au détriment des autres est la seule solution viable pour vous ! La proposition d'une société qui compense cette lutte individuelle est un mirage qu'il est conseillé d'éviter au risque de se retrouver à la soixantaine comme tous ces clients épargnants que j'ai rencontré quand j'avais 20 ans et qui ont changé ma vie : la grande majorité d'entre eux faisaient le constat amer qu'ils avaient foiré leur vie. Je n'ai jamais oublié leur conseil de réfléchir dès le départ au jeu de la vie plutôt que le comprendre une fois qu'il est trop tard.
Vous vous demandez quoi faire de votre argent, pour votre épargne ? Vous vous demandez où travailler malgré la crise, quel conjoint choisir, dans quelle ville vivre ? A mon sens, si vous vous tournez vers le "haut" et écoutez les inepties qu'ils professent, rien n'arrivera jamais car la réalité fonctionne de la manière dont je viens de l'écrire. Tout est cyclique et en permanence au détriment d'un groupe.
La seule solution consiste à analyser quelles sont les conditions, où nous en sommes dans les cycles et de migrer vers les secteurs qui bénéficient d'une météo clémente. Sans adaptation perpétuelle et changement, la probabilité de stagner dans un groupe en récession est forte.
Tout ceci est vrai sauf quand on rentre dans une économie socialo communiste où de nombreuses distorsions conduisent au final à la faillite et à l'écroulement du système. En France, actuellement, il est clair que nous sommes parvenus aux portes de la frontière dangereuse qu'il ne faut pas franchir... donc oui, les fonctionnaires sont des parasites, non en tant que tel, mais à cause de leur nombre. Ce n'est pas un crime bien méchant en tant qu'individu, alors qu'il est capital en tant qu'organisation humaine !
Charles Dereeper
Poster un commentaire

2 commentaires