Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Henri Dumas

Henri Dumas

Libéral convaincu,  je tire des expériences de ma vie une philosophie et des propositions.
Le tout sans prétention de vérité.
Mon blog : www.temoignagefiscal.com

 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail


 
What do you want to do ?
New mail

promospeciale

L'immobilier est hors marché

Audience de l'article : 2421 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Cela est incontestable, l’immobilier est hors marché.

De façon directe par les droits exorbitants que l’Etat s’est octroyé sur le foncier et le bâti.

Au motif d’une organisation rationnelle de l’espace, l’Etat s’est accordé des droits sur l’usage des sols. Ces droits étaient initialement incitatifs, ils sont aujourd’hui directifs et obligatoires, ils aboutissent à un démembrement de la propriété foncière.

Le sol reste la propriété de celui qui le possède, mais ce qu’il est possible d’y réaliser, donc sa valorisation, est la propriété de l’Etat. Cela est accepté par tous, fisc, magistrats et propriétaires compris. La valorisation d’un foncier prend plus en compte ce démembrement que la réalité objective du dit foncier.

Concernant le bâti existant, les droits de préemption s’étendent constamment et les lois qui contraignent ce bâti s’affirment et s’épanouissent à chaque législature.

De façon indirecte par la fiscalité

Ici on retrouve la psychose névrotique de Bercy : les usagers sont des fraudeurs.

La taxe sur les transactions immobilières n’y échappe pas. Le principe de base est que les transactions cachent systématiquement une dissimulation, dont le but serait évidemment de rendre moins lourdes les taxes prélevées par l’Etat.

Bercy croit dur comme fer à cette connerie.

La traduction en langage faux-cul “Bercyen” est la suivante : “Il est possible que le prix indiqué dans votre transaction soit le prix réel. Mais, nous pensons qu’il n’est pas celui du marché, que nous définissons par rapport aux transactions passées pour un produit équivalant. C’est pourquoi, sans mettre en doute votre sincérité, et parce que l’Etat n’a pas de raison de voir ses taxes baisser soudainement, nous établissons cette taxe, calculée sur le montant de votre vente, non sur le montant que vous avez déclaré lors votre transaction mais sur le montant que nous évaluons”.

La messe est dite. Pour Bercy, pas besoin de preuves visant à faire la démonstration d’une tricherie de votre part. Non, l’Etat prétend n’en avoir rien à foutre que vous fraudiez ou que vous soyez obligé de vendre au prix du marché, vous êtes taxé au prix “Bercyen”, point.

Les conséquences sont terribles. Le marché baisse, pour vous peut-être, mais pas pour Bercy. Si vous vendez votre bien à la baisse, vous serez taxé au prix maximum de l’ancienne hausse pour les droits d’enregistrement, mais aussi pour le bénéfice si vous êtes un professionnel ou pour la plus value si elle s’applique à votre transaction.

Les lois du marché ne s’appliquent pas à l’immobilier. Les prix sont dictés par Bercy.C’est la conclusion qui s’impose.

Qu’advient-il d’un marché bloqué de tous côtés par l’Etat ?

Au niveau du foncier

Les demandeurs se faufilent vers des endroits encore relativement libres. C’est donc la fuite vers les petites communes périphériques, moins regardantes. Donc c’est le mitage à outrance.

Un peu ce qui s’est produit pour l’urbanisme commercial lorsque les commerçants au pouvoir dans les grandes villes ont bloqué les permis de construire des hypermarchés, qui se sont tous retrouvés en banlieue, vidant les centres villes et paralysant les axes de circulation.

Le résultat global est un frein terrible à l’économie de la construction, qui en meurt. Je ne m’étends pas dans ce billet sur les contraintes que l’Etat impose, en termes d’architecture, de mélanges incompatibles ou de fantasmes ruineux, sur le foncier qu’il libère au compte gouttes.

Au niveau du bâti

Pas de vente possible à la baisse, égale pas de vente du tout. Ainsi, tétanisés à l’idée de se voir taxer sans aucune défense possible, d’être insidieusement traités de fraudeurs, les vendeurs et leurs conseils s’efforcent de retarder les ventes, en espérant trouver un prix de vente qui échappera à la folie du fisc.

Pour le moment

Dans l’époque de richesse et de liberté que nous venons de traverser, l’immobilier parait pouvoir attendre. De la même façon que l’étranglement du tissu routier, la paralysie lente mais irréversible de l’outil de santé, de l’outil industriel, ne touchent pas immédiatement tous les français et ainsi ne sont pas immédiatement anxiogènes, les conséquences de l’étatisation de l’immobilier, la disparition de son marché, ne créent pas de panique.

Ceux qui sont touchés souffrent seuls, bien obligés de subir. Pire, il en est même une petit minorité qui profite providentiellement des dictats de l’Etat.

Mais à terme

Il y aura d’abord un désintérêt pour l’immobilier (c’est en cours), puis un effondrement brutal. C’est la pénurie pour tous qui s’imposera. Un marché noir s’installera. L’immobilier deviendra un luxe, alors qu’il était, il y a peu, accessible au plus grand nombre. Le pire est que tout cela sera issu, en partie, de la prétention de le rendre accessible à tous, y compris à ceux pour qui cela est objectivement impossible.

Bien cordialement. H. Dumas
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Sébastien lundi, 07 avril 2014 10:58 Posté par pavdu69.

    La conclusion est sombre, l'immobilier sera un luxe non, il l'est déjà à Paris notamment ou certains payent une fortune pour un clapier. Mais il n'y a pas que paris en france. Il existe des tonnes de jolis coins en france ou les prix sont négociables et ou certians font de bonnes affaires.  S'il y a encore des transations à ces prix, c'est qu'il y  a de la demande, moins que les années passées, mais la demande est toujoours là, le peuple fraçais aime la pierre, la bourse et aures placements financiers farfelus attisent les petits joeurs, dès qu'on monte d'un cran niveau patrimoine, c'est l'immobilier qui emporte la majorité des suffrages. Un investissement avec levier dans lequel on peut dormir, que l'on peut embellir et partager avec ses amis et sa famille vous en connaissez d'autres? ...