Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Comment réussir sa vie au milieu de la mondialisation ?

Audience de l'article : 3138 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction

Des études récentes expliquent que la masse de connaissances disponibles pour toute l’humanité double tous les 7 ans environ. Internet est en train d’accélérer le processus à la vitesse exponentielle. L’autre facteur est bien sûr la croissance de la démographie mondiale. Plus il y a d’humains, plus il y a d’idées…

Cette information peut sembler être un détail, mais personnellement, je la trouve explosive. Elle a à mon sens une portée capital pour tout habitant d’un pays occidental industrialisé.

Elle détermine la stratégie de vie et le niveau de souffrance de plusieurs décennies pour un individu par rapport à son adaptation matérielle.

Pour faire simple, l’espèce humaine n’a pas de prédateur. Du coup, comme tous les organismes vivants où il y a un trou dans la chaîne de l’écosystème, la conséquence directe est la prolifération.

Les humains sont donc lancés, malgré la présence de leur intelligence qui est censé les différencier du monde animal et végétal, dans une reproduction effrénée qui peut être qualifiée de suicidaire. Nous sommes 7 milliards et on parle de 9 ou 10 milliards en 2050.

Ce phénomène a plusieurs conséquences.

La première est le problème de proportion. Le monde végétal et animal est progressivement détruit par manque d’espace habitable. L’expansion des humains aura mécaniquement la même fin que d’habitude, à savoir qu’une fois la limite de destruction de l’habitat touchée, l’édifice s’écroulera avec des milliards de morts… à moins que nous parvenions à coloniser un autre endroit et surtout, que nous parvenions à survivre de manière synthétique en nous passant définitivement de la nature. Le débat est ouvert…

La deuxième conséquence est la concurrence entre humains. Plus les humains se reproduisent, plus il y a de bras pour accomplir des tâches désagréables et simples, à des coûts faibles. Pour parler de manière politiquement incorrecte, plus il y a reproduction, plus il y a d’esclaves disponibles sur le marché qui luttent pour survivre.

En tant qu’habitant du monde industrialisé et occidentalisé, c’est toute l’organisation de la société qui s’effondre avec la mondialisation qui connecte la multiplication des humains entre elle.

En effet, la structure pyramidale ne fonctionne plus à l’échelle d’un pays, puisque la masse des bras ne trouve pas preneur auprès des organisateurs de l’économie. Ces derniers vont chercher à l’étranger les mêmes bras qui font le même travail, mais beaucoup moins cher.

Pour survivre, l’espèce humaine présente dans ce monde industrialisé n’a pas d’autres solutions que de muter vers les métiers qui manipulent les concepts, en abandonnant tout ce qui touche à la fabrication et l’exécution. La structure pyramidale se maintient, mais à l’échelle mondiale uniquement.

Pour être certain de bien survivre économiquement, l’occidentale doit donc avoir cinq caractéristiques obligatoires.

1 – il est impératif d’être en apprentissage permanent, de manière à absorber l’accélération de la connaissance. Quand je regarde autour de moi, je constate à quel point, la très grande majorité des français est éloignée de cette approche de formation continue. On passe un diplôme au départ et après basta, on loue son cerveau au plus offrant… on fait quelques stages de temps en temps pour donner le change. On lit un peu sur internet. Mais le compte n’est pas bon. La guerre économique mondiale fait rage. La masse de données à maîtriser exige un peu plus que cela…

2 – La remise en question est désormais incessante. Du fait de la compétition intense, rien n’est acquis. Les cycles de vie sont très courts. On a tort tout de suite, ce qui exige impérativement de rectifier le tir. L’individu doit donc progresser, accepter d’avoir tort et d’être plus faible que d’autres pour rapidement établir le bon diagnostic d’échec. Là aussi, ces spécimens ne courent pas les rues… L’ego surdimensionné fait des ravages !

3 – Il faut développer une aptitude à supporter l’incertitude. C’est une caractéristique émotionnelle que la pratique de la spéculation boursière stimule violemment...

4 – Salarié, même de luxe, se rapproche rapidement de l’esclavagisme. Le seul moyen de survie fiable consiste à développer une aptitude à créer des biens et des services qui ont une valeur marchande, donc un sens aigue de la perception des besoins des autres.

5 – Il faut enfin cultiver l’art de monétiser les biens et services que l’on créé en maîtrisant tout ce qui touche à la vente et à la réalisation concrète sur un plan économique. Incohérence,  manque de discipline, de travail… éliminent tous les plus faibles parmi les prétendants.

Une majorité de français refuse ces nouvelles règles du jeu. La surpopulation mondiale a pourtant définitivement détruit l’idée de système économique à laquelle s’attache la France. Il est curieux de constater à quel point, ce refus est fort, alors que le monde a inéluctablement changé, sans qu’on puisse revenir en arrière.

Il est tellement moins coûteux de muter dans le sens du vent, que de refuser la réalité.

 

Charles DEREEPER

 

Article extrait de VOTRE ARGENT : +10% par an

 

 

 

 

 

Poster un commentaire

1 Commentaire