Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Les Grecs sont ils des branleurs assez lâches ou des victimes ?

Audience de l'article : 4246 lectures
Nombre de commentaires : 7 réactions
J'étais dans le BTS (sky train de Bangkok) avec Antoine pour une petite balade vers Siam Paragon afin de nous apprivisionner en fruits tropicaux, notamment, les grenades dont je raffole et le plampemousse spécial de la Thaïlande, quand nous avons abordé la Grèce. C'est que nous sommes des intellos nous... Non, on ne pense pas qu'à notre petite tronche. On s'intéresse à la marche du monde, à le comprendre et l'anticiper. Si, si ! Même que quand on se prend un mojito en haut des buildings la nuit perchés à 60 étages au-dessus de Bangkok illuminée, on pense aux français dans le froid de cet hiver qui paye 66% d'impôts sur la marge économique qu'ils dégagent. Attention, on ne se moque pas. On y pense juste. On évoque les choix de la vie... En même temps, le mojito, ça détend les neurones du cerveau. On est obligé de réfléchir !

Justement, question choix, la Grèce posait la réthorique de la liberté humaine.

Je suis rapidement arrivé avec mes gros et lourds sabots au milieu des thais du BTS et j'ai lancé un très méchant : les Grecs sont des branleurs qui trichent depuis 30 ans. Maintenant, ils pleurent et font les victimes, mais la vérité, c'est qu'ils ne l'ont pas volé leur raclée... (allez j'avoue, j'ai quand même écouté avant autour de nous, pour voir si ça parlait pas trop grec dans les parages... la fourberie paye en ce bas monde...)

Là-dessus, Antoine répond que les dés sont pipés par les oligarchies et que mon jugement est pour le moins hâtif... (Antoine est un être modéré hein ?)

Piqué au vif, je ne peux que répondre ici dans cet édito.

Tout d'abord, rappelons ce que peu de médias racontent : la dette de la Grèce est détenue souvent par les banques Allemandes et Françaises et en face, les actifs achetés sont des actifs militaires. Les contrats militaires sont à la base l'un des meilleurs moyens de piquer de l'argent dans la caisse d'un Etat. La Grèce a autant de matos qu'un pays comme l'Espagne ou la France dans certaines catégories. Pour une population qui n'a rien à voir question taille... Donc, oui, les oligarchies ont pillé.

Mais, la Grèce, c'est aussi 25% de fonctionnaires. Et là, à moins d'être très con, personne au monde ne peut ignorer que si un mec sur quatre est un parasite qui coûte du blé à ceux qui travaillent dans le privé en phase avec la compétition économique mondiale violente et financent par le biais des impôts, tôt ou tard, la banqueroute arrive.

Je ne peux pas croire que chacun au fond de lui, malgré l'autruche qui sommeille manifestement au fond de chacun des Européens, ne sent pas qu'il y a des excès.

Tout le monde se rassure, que ce soit en France, en Espagne, en Italie ou en Grèce, par la grande phrase très pratique : je ne peux pas faire autrement. Mon pays est en déclin ou au bord de la faillite, mais je ne peux pas faire autrement.

Sous entendu, je ne peux pas quitter mes amis et ma famille et sauvegarder ma peau. Mieux vaut crever avec eux dans la misère que de tenter ma chance ailleurs dans une zone économique qui cartonne.

J'appelle cela de la lâcheté, des branleurs et de la déresponsabilisation.

Car, pendant des décennies, tout le monde a trait la bête (l'Etat providence) et au moment où le truc explose, on se retrouve avec des dizaines de millions de gens qui font les victimes des banquiers et qui se planquent derrière, je n'avais pas le choix.

Et ils descendent dans la rue, énervés comme des bourrins à la recherche de coupables.

Qu'au-dessus, les oligarchies rasent très fin le peuple est une réalité. Que les peuples soient des victimes partielles, OK. Mais le peuple a le pouvoir en permanence de faire boire la tasse aux oligarchies, du fait de son nombre. Or, combien de fois ce pouvoir est exercé ? Presque jamais. En outre, n'oublions pas la réalité des lâches un brin peu enclins aux efforts : l'activité le soir de la majorité consiste soit à sortir boire une bière ou picoler, soit allumer la TV et zozoter de manière stérile. Si on calcule le temps perdu au bout de dix ans de ce comportement, on comprend que personne n'ait le choix... Avoir le projet de changer de vie... ouh là là ! J'y penserais demain... de toute façon, le pays ira mieux l'année prochaine, tout ne va pas si mal, je suis quand même heureux ici... bla bla bla... jusqu'à ce que tout le monde descende dans la rue dans un chaos généralisé !

Si demain, en préventive, tout le monde se casse et déserte le système, c'est l'effondrement généralisé. Combien de Français, Grecs et autres passent à l'acte ? Une toute petite minorité, pendant qu'une écrasante majorité continue à geindre et à se planquer lâche, derrière le JE N'AI PAS LE CHOIX !

Et ben si, tout le monde a le choix ! Il n'existe à ce jour aucune armée aux frontières comme du temps du communisme... L'armée siège ailleurs désormais, directement dans la tête des gens, une méthode bien plus efficace...

Charles Dereeper 
Poster un commentaire

7 commentaires

  • Lien vers le commentaire Helios mardi, 05 mars 2013 11:29 Posté par helios

    "Si demain, en préventive, tout le monde se casse et déserte le système"
    ben il n'y aura pas assez de place pour les acceuillir tous.

    Cela dit, je ne pense pas que le nombre de Grecs qui émigrent soit négligeable. La proportion est sans doute importante chez les gens qui savent vraiment faire quelque chose.


  • Lien vers le commentaire Math.ber mardi, 05 mars 2013 10:18 Posté par math_ber

    100% ok!

  • Lien vers le commentaire JOhn mardi, 05 mars 2013 09:27 Posté par Stark

    La Grèce ressemble à la France:

    sa population a vécue plusieurs décennies des largesses (à crédit) du social-clientélisme, en fermant les yeux sur les ocnséquences à long terme.

    Le pouvoir est corrompu ? Qui sont les corrupteurs ? Le peuple...


  • Lien vers le commentaire Eric David lundi, 04 mars 2013 03:56 Posté par Eric David

    Avis complètement partagé Charles !

  • Lien vers le commentaire antoine dimanche, 03 mars 2013 06:56 Posté par antoinecr

    et t as pas aimé mon sous titre ?

  • Lien vers le commentaire antoine dimanche, 03 mars 2013 06:54 Posté par antoinecr

    bien joli tout ca mais on le boit où le mojito ce soir ?
    c est que j ai envie de penser à notre ancien monde ......