Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Economie France - le scénario à la japonaise se confirme - quelles conséquences concrètes sur nos vies ?

Audience de l'article : 4192 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions
La barre des 2.000 milliards de dettes est franchie. Parallèlement, on ne se souvient même plus la dernière fois qu'on a vu la France faire de la croissance économique. On prend également une branlée commerciale à l'internationale. Bref, notre pays craint. On le sait tous. Inutile de remettre une couche.

Il nous faudrait un vrai chef de guerre économique, un visionnaire capable d'anticiper l'avenir avec l'art de le monétiser pour enrichir le peuple et les élites... On a un pignouf demeuré, hautain et menteur comme un arracheur de dents à la place.

Conséquence, l'avenir sera moins bon que le présent, sachant que le présent glisse doucement vers le fond.

Tant que rien ne sera fait pour traiter le problème démographique, cad adapter le train de vie collectif en fonction de la demande des gens actifs économiquement (répétons le une nouvelle fois, un fonctionnaire n'est pas un actif économiquement parlant, c'est juste un boulet qui consomme de la valeur en échange d'un service pour le bien être de la collectivité, rien de plus, si ce n'est que la qualité du service en question est de plus en plus discutable...), la dette et les déséquilibres poursuivront, l'absence de croissance également, enfin le chômage et l'appauvrissement généralisé s'accéléreront.

croissancefff

Le Japon partage avec la France cette incapacité collective à mettre le nez dans sa merde et à réformer dans la douleur. Ils ont 15 ans d'avance sur nous au niveau démographique. Reconnaissons le, ils sont parvenus à repousser les limites de ce qu'on appelle l'endettement d'un Etat... La communauté internationale finance les excès en tout genre des politiciens de la bas... Gageons que la France suivra le même chemin.

Cela veut dire endettement perpétuel, absence de réformes, donc tendances en cours qui se poursuivent pendant dix ans au moins, le temps que la reprise de la démographie qui a eu lieu après 1992 produisent suffisamment de gentils ménages pour rééquilibrer les grands comptes.

La théorie du gros accident et de l'explosion du système, franchement, elle n'a pas l'air de faire le poids face au scénario japonais, sorte de compromis social imparfait qui satisfait à peu près la majorité des intervenants.

Partant de là, en tant qu'individu, le jeu est très clair. Le gateau n'augmente plus et l'espoir est maigre que cela change. Un gateau stable signifie que se développer ou survivre se faire forcément au détriment des autres players, la défense ou la croissance de la part de marchés devenant une lutte à mort. Avec les gains de productivité et l'automatisation du travail, les besoins en main d'oeuvre vont sans cesse à la baisse. Ces besoins en outre, sont tirés par le haut. Il faut absolument devenir capable de faire un job que les machines ne pourront jamais faire.

Conséquence de cet univers impitoyable, il faut se former sans cesse en continu quand on en veut un peu plus que les promesses collectives. C'est lourd que de dépenser au moins 10% de son temps à progresser et à accumuler des connaissances pratiques, mais impératif pour survivre à la prochaine décennie. La recherche de l'excellence, ce n'est pas une lubbie. C'est juste vitale si vous voulez pouvoir vous payer un billet d'avion dans 5 ans avec 10 jours de vacances ailleurs, habiter une surface qui vous offre un espace perso au calme loin des boîtes à sardines parisiennes où chaque m² compte, les familles s'entassant jusqu'à péter un boulon, ou rouler dans autre chose qu'un picasso citroen histoire d'accumuler les incidents sur votre permis à points... (blague à part, l'aisance financière ne se quantifie pas aux objets accumulés mais à la liberté et la diminution majeure du stress de survie. Avoir du pognon d'avance, c'est pouvoir décider sans contrainte et se permettre d'envisager des options stratégiques que la pauvreté sous capitalisation ne permet pas de faire). En même temps, peu de gens font de la formation continue dans le domaine du business et de l'économie. Du coup, il est facile de leur passer devant en bossant un peu de son côté le sujet de la création de la valeur...

Au niveau du boulot, soit on prend la voie du salarié et il y a intérêt à être compétitif vis à vis des standards exigés par les multinationales qui sont les seuls acteurs viables à pouvoir survivre dans l'environnement macro économique actuel. Soit vous ne respectez pas leurs standards de diplômes, de background à la con, de réseaux et de connection, d'aptitude à faire de la politique en interne pour décrocher de la promotion, de résistance au stress... bref si vous n'êtes pas calibré pour le jeu des gros players internationaux (la France en a produit pas mal d'ailleurs, notre élite restant l'une des meilleurs au monde), vous êtes mal barrés sur un plan professionnel à moins que votre facteur chance soit positif... Il vaut mieux alors aller dans la direction du free lance et de la petite entreprise connectée à l'internationale, optimisée fiscalement.

Les wagons de salariés lambda à 2000 euros de salaire mensuels, remplaçables à l'infini, au sein de petites structures avec 100% de ventes nationales, d'administrations publiques, d'associations... ont de forts risques d'être les grands perdants de la prochaine décennie. L'Etat qui les protégeaient depuis des décennies, se transforme en bourreau. Chiffres de l'inflation truqués, salaires stables, baisse du pouvoir d'achat lente mais incontournable.

Au nom de services sociaux dont le rapport qualité prix est impossible à justifier (on trouve mieux dans les solutions privées, pour moins cher !), voici une belle image (trouvé dans un article de l'incroyable H16) qui montre la farce que nous joue l'Etat depuis quelques décennies... Le souci, c'est que la farce finit par tuer les forces économiques vives. Car en face, à l'international, ces contraintes n'existent pas alors que la compétition des biens et services est réelle elle ! En même temps, il ne faut pas s'inquiéter. Il existe des solutions à tout, dès lors qu'on a décidé en tant qu'individu de ne pas laisser ce système nous écraser.

coutsalaire

Je pense que jamais dans l'histoire de la France il n'a été aussi obligatoire de sortir des grands boulevards empruntés par la masse pour se faire un chemin de vie agréable. Je pense également que le réflexe de pensée française d'égalité pour tous, de validation que si le pays en profite (qui revient invariablement dans toutes les conversations), est mort. On lutte pour soi et pour un petit groupe autour de soi, un clan personnel et professionnel. La collaboration avec la masse, les grandes idées collectivistes français vont tout simplement générer un énorme échec en terme de satisfaction.

Le nouveau paradigme est simple même si beaucoup de français le détestent. On se soutient entre voisins, copains, associés, partenaires... pour écraser les autres groupes et tirer son épingle du jeu. Tout seul, c'est impossible d'y arriver. Et en misant sur les promesses collectives des pays, c'est également impossible d'y arriver. Ou alors on se met à quattre pattes, on subit et on couine...

Charles Dereeper



Poster un commentaire

4 commentaires

  • Lien vers le commentaire hftrade lundi, 06 octobre 2014 14:02 Posté par hftrade

    l'etat francais n'a meme plus les moyens d'acheter de l'equipement pour son armee, il va donc le louer (chez kiloutou ou loxam ?), en credit-bail


    sic transit gloria mundi...

  • Lien vers le commentaire Sebastien Chaumet mercredi, 01 octobre 2014 16:42 Posté par imhotep

    hftrade, concernant les politiques energetiques mais surtout plus generalement sur le PROBLEME energetique à l'echelle mondiale, excellente conférence de Jancovici ici : http://youtu.be/KV33L5p7Zg8


    UN résumé plus épuré, mais du coup moins intéressant ici : http://youtu.be/tmkeOuZabYQ


    Video indispensable à mon sens pour avoir une vision un peu moins partielle du probleme. Pas de solution miracle, mais des pistes de reflexion étayées.

  • Lien vers le commentaire hftrade mercredi, 01 octobre 2014 15:57 Posté par hftrade

    de toute facon la question ne se pose meme plus, l'etat francais est au bord de la faillite, compter sur l'etat pour que ce soit n'a plus de sens.


    notons que la politique energetique de la France dans les années qui suivent va poser probleme (deficit en electricité) sans parler du risque nucleaire accru pour la population francaise avec des centrales vetustes et en fin de vie (meme chose en angleterre)


    l'experience collectiviste de la Ve repoubellique terminera mal.

  • Lien vers le commentaire tartemolle mercredi, 01 octobre 2014 08:22 Posté par tartemolle

    Charles ce papier est collector. Bravo!