Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

Les uniformes militaires pour Daech sont d’origine saoudienne

Audience de l'article : 1258 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Les liens entre l’État islamique et certaines pétromonarchies sont particulièrement troubles, sans oublier que même la France ou encore l’Amérique avec la CIA arment plus ou moins indirectement des factions plus ou moins terroristes…

Bref, la situation en Syrie et dans le monde est un sac de nœuds à la complexité et à l’hypocrisie atteignant des niveaux rarement atteints dans l’histoire du monde.

Ce ne sera donc pas une surprise que de découvrir qu’un pays, dont un membre éminent est décoré de la Légion d’Honneur, envoie du matériel à une organisation terroriste que nous-mêmes sommes censés combattre…

C’est de la “diplomatie” mes amis, et vous êtes sans doute, comme moi, incapables de comprendre une telle finesse et de telles subtilités géopolitiques.

Charles SANNAT


Un grand lot d’uniformes militaires, qui ont été confisqués par la police espagnole au début du mois de mars et qui étaient destinés aux terroristes de Daech et du Front al-Nosra, sont arrivés en Espagne depuis l’Arabie saoudite.

Selon les médias espagnols, les conteneurs avec les uniformes devaient quitter le port espagnol et traverser le Méditerranée pour arriver en Turquie, et puis, par voie terrestre, franchir le point de contrôle de Bab Al-Hawa, à la frontière syro-turque.

Ces conteneurs, évidemment, sont venus à l’Espagne de l’Arabie Saoudite. Les uniformes militaires “apparemment d’un des pays de l’Otan” devaient quitter le port espagnol et traverser le Méditerranée pour arriver en Turquie, et puis, par terre, via le point de contrôle de Bab Al-Hawa, à la frontière syro-turque, rapporte le journal espagnole El Pais.



Le début de mars la police espagnole a annoncé avoir saisi quelque 20 000 uniformes militaires, une quantité “suffisante pour équiper toute une armée”, qui étaient destinés à des organisations djihadistes, dont le groupe Daech, actives en Syrie et en Irak.

Les conteneurs transportant les uniformes étaient déclarés comme” vêtements d’occasion” afin de ne pas éveiller les soupçons et pouvoir passer les différents contrôles douaniers sans difficulté.

Sept personnes avaient alors été arrêtées dans le cadre d’une enquête ouverte en 2014 sur “les structures étrangères” fournissant un soutien logistique à Daech et au Front Al-Nosra, branche d’Al-Qaïda en Syrie

L’un des suspects arrêtés organisait l’envoi en Syrie et en Irak “de matériel militaire, d’argent, d’équipements électroniques et de transmission, d’armes à feu et de précurseurs utilisés pour la fabrication d’explosifs” par l’intermédiaire d’une société, avait expliqué la police à l’époque.



Le matériel était expédié dans des conteneurs fermés sous couvert d’aide humanitaire et les envois étaient financés par la “hawala”, un système islamique informel de transfert de fonds, beaucoup plus discret que les transferts bancaires classiques.

Le chef du réseau avait en outre des relations “constantes” avec un membre de l’EI, qui lui avait demandé à plusieurs reprises de recruter des femmes en vue de les marier à des djihadistes en Syrie.

Au cours de l’année dernière, l’Intérieur espagnole a arrêté plus de 100 personnes soupçonnées de liens avec les islamistes et plus de 170 depuis les quatre dernières années.







Poster un commentaire