Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

L’ancien président américain a parlé des erreurs de Washington!

Audience de l'article : 1035 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Oui la seule solution pour mettre fin à l’exode de migrants et au calvaire qu’endurent les populations syriennes et de la région c’est évidemment un accord entre toutes les grandes puissances et la Syrie.

L’hiver approche, dangereusement, et le climat européen n’est pas un climat doux. Que feront les centaines de milliers de migrants sous les tentes? Vont-ils par centaines, mourir de froid? C’est un problème logistique qui nous pend de façon prévisible au nez, et à très court terme l’hiver arrivant chaque année au même moment.

Nos GM… (les « gentils mamamouchis ») vont donc patiemment attendre les premiers cadavres congelés pour passer à l’offensive… vous prendrez donc bien un migrant chez vous ma brave dame?

Il ne peut pas leur venir à l’esprit qu’il serait plus simple, plus sage, et plus raisonnable pour tout le monde, que stabiliser la Syrie et permettre leur retour est évidemment la seule solution viable à terme, quand bien même il faut supporter ce vilain Bachar…

On y viendra car il n’y aura pas le choix…

Charles SANNAT



L’ancien président américain Jimmy Carter a décrit dans les pages du New York Times le caractère du leader syrien Bachar el-Assad tel qu’il l’avait connu dans sa jeunesse. Il a fait sa connaissance à Londres, où le futur numéro un syrien menait ses études.

« J’ai remarqué que Bachar ne demandait jamais conseil ou information à ses subordonnés ». Il était presque impossible pour Assad de changer d’avis, surtout sous la pression, note M. Carter.
Carte de la Syrie. Image d'illustration

Evoquant les événements actuels au Proche-Orient, il a rappelé qu’avant les protestations de 2011, la Syrie représentait un bon exemple de relations harmonieuses entre de nombreux groupes ethniques et religieux, dont les Arabes, Kurdes, Grecs, Arméniens et Assyriens, qu’ils soient chrétiens, juifs, sunnites, alaouites ou chiites.Mais lorsque les protestataires ont exigé des réformes, Assad y a vu une tentative de renversement du pouvoir légitime et a recouru à une violence inutile, note le politique. Il a été soutenu tant par les forces armées que par la majorité des chrétiens, juifs, chiites, alaouites et d’autres catégories de la population, ajoute M. Carter.

D’autre part, l’exigence des Etats-Unis d’entamer un règlement pacifique par la démission d’Assad était inacceptable, partiellement à cause du caractère de cet homme. La Fondation Carter avait averti Washington de l’inutilité de ces efforts, en se basant sur de longues études, souligne son fondateur.

Vladimir Poutine lors de la 12e réunion du club de discussion international Valdaï

La récente décision russe de soutenir le régime d’Assad par des frappes aériennes a contribué, selon lui, à clarifier le choix entre un processus politique, dans lequel un certain rôle revient à ce régime et une intensification de la guerre, dans laquelle l’Etat islamique sera une menace encore plus grande pour la paix universelle. Les Etats-Unis et la Russie, conjointement avec l’Iran, la Turquie et l’Arabie saoudite pourraient formuler une proposition unie pour trouver une solution à cette crise. Malheureusement, des divergences persistent entre ces cinq pays, déplore Jimmy Carter.Sur ce point, l’homme se dit complètement solidaire avec Vladimir Poutine, qui estime justement que seule une telle alliance des cinq pays donnerait une chance de mettre fin à ce conflit.





Source ici:
Poster un commentaire