Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

« Que ferez-vous le jour où les taux seront négatifs ? » L’édito de Charles SANNAT

Audience de l'article : 1840 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
belfius 2 

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Ce sondage n’a pas été fait en France et ce n’est sans doute pas un hasard car les sommes en jeu ne sont évidemment pas du même ordre. Bref, nos amis belges servent de cobayes malgré eux.

La grande question des autorités est :”Que va-t-il se passer et quelle sera la réaction des épargnants lorsque leurs placements devenus négatifs vont leur coûter de l’argent ?” Allez-vous acheter des trucs inutiles dont vous n’avez pas besoin ? Allez-vous consommer pour le plaisir ou plutôt presque par obligation ? Allez-vous acheter une nouvelle voiture pour polluer encore plus ? Allez-vous investir dans des entreprises votre argent qui va se dévaloriser ?

En réalité, votre argent ne se dévalorise pas du montant des taux négatifs. En réalité, votre épargne se fait tout simplement spolier par la décision des autorités monétaires de vous prendre arbitrairement – et uniquement parce que c’est leur droit – un pourcentage qu’elles fixent elles-mêmes de votre épargne qui, avant d’atterrir sur votre modeste compte, a déjà tellement subi d’impôts et autres prélèvements que je n’en ferai même pas ici la liste.

Pour éviter de vous faire voler, vous allez chercher à vous échapper mais cela sera-t-il possible ?

“Quatre épargnants belges sur cinq retireront leur argent si les taux passent sous zéro, indique samedi L’Écho sur base d’un sondage réalisé par CheckMarket…”

Évidemment, si vous êtes normalement constitués, vous tenterez de sauver votre maigre magot et ce n’est pas moi qui vous jetterai la première pierre, car si vous avez gagné vos sous honnêtement et vous avez payé vos impôts, vous faire ruiner aux taux d’intérêt négatifs n’est évidemment pas acceptable.

Je trouve d’ailleurs monumental les 20 % de gens qui ne veulent rien faire et acceptent de se faire tondre sans bouger. Je pense que ceux-là n’ont tout simplement pas compris la question ou le principe des taux négatifs.

Bref, 80 % des gens vont vouloir partir en courant, en allant naïvement à leur banque demander leurs sous en espèces !!

Mais on leur répondra tout simplement que cela n’est pas possible pour la simple et bonne raison, comme je vous le disais dans un article précédent, qu’il n’y a pas assez de billets du tout, surtout à un moment où la BCE veut supprimer les billets de 500 euros.

La masse de monnaie sous forme de pièces et de billets est de moins de 2 % de la masse monétaire totale. En clair, si vous avez 100 euros à la banque, cette même banque ne pourra au mieux que vous donner une petite de pièce de 2 euros ! Ce ne sera pas lourd.

Contrôle des changes, interdictions, et répression !

Si la BCE souhaite imposer en Europe des taux encore plus négatifs qu’ils ne le sont sous le prétexte fallacieux de lutter contre la déflation – alors que ces taux négatifs seront en réalité autant d’argent perçu par la BCE elle-même, comme si cette institution de gens non-élus et non-représentatifs s’arrogeait le droit de lever un impôt sur les manants que nous sommes pour la simple raison que c’est son bon vouloir –, alors les gens voudront fuir.

Mais on ne vous laissera pas vous en aller.

La BCE imposera une limitation des retraits et du recours au cash.

D’ailleurs, c’est bien connu, la mère Michu qui va acheter sa baguette en espèces et paie son pain avec une pièce d’un euro cache en réalité de dangereuses activités subversives de terrorisme… Le cash c’est le terrorisme. Le cash c’est l’argent au noir. Le cash c’est l’argent des trafics en tout genre. Le cash, en un mot, c’est sale. Je rappelle qu’avec moins de 2 % de la masse monétaire, le cash en réalité, en termes macro-économiques, ne pose strictement aucun, je dis bien aucun problème.

Il faut donc interdire le cash, seule façon de supprimer tout chemin de traverse aux moutons qui seraient tentés par la grande évasion à travers les espèces et qui pourraient ainsi espérer échapper à la grande tonte du millénaire. Il y aura des interdictions, il y aura de la répression.

Sortir en actifs tangibles négociables

C’est votre seule solution logique… Sortir en cash sera impossible ou tellement partiel que cela n’aura pas grand intérêt. Sauver 2 % de votre épargne de la tonte c’est bien mais c’est insignifiant.

Alors que faire ? Aller vers des actifs tangibles qui ont une valeur intrinsèque, parfois une valeur d’usage et qui sont liquides et négociables.

Vous avez l’or, l’argent, l’immobilier de préférence rural, ou encore deux ou trois autres petites choses que vous devrez surpondérer dans votre patrimoine pour vous désensibiliser aux taux négatifs qui arrivent.

Suivez la flèche!

Je vous laisse regarder cette photo de “une” envoyée par l’un de nos camarades lecteurs impertinents de Belgique avec son relevé de compte que j’ai un peu bidouillé pour retirer ses informations personnelles évidemment. Mais vous voyez… le taux est désormais de zéro. Dans quelques semaines ou dans quelques mois, ils seront négatifs.
La même chose arrivera ici pour votre épargne…

Suivez la flèche bleue sur la photo, elle vous montre votre réalité de demain.

En attendant mes chers amis, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT


Source ici 


Poster un commentaire