Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

Un Américain sur cinq mourra endetté

Audience de l'article : 1498 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Il faut financer à crédit son accouchement parce que la santé c’est « privé »… puis il faut financer à crédit les bonnes écoles, parce que l’éducation c’est un marché comme les autres. Puis, les études supérieures nécessitent un crédit, c’est cher les études supérieures environ 40 000 dollars par an…. puis, pour acheter sa maison, cela ne peut se faire qu’à crédit, un crédit toujours pour ses voitures, un crédit encore pour la maison de retraite et enfin, un crédit ultime pour les obsèques, parce que oui la dernière « bière » coûte chère également!

Alors pour beaucoup, nous aurons passé une vie à la gagner plutôt qu’à la vivre. A consommer plutôt qu’à se libérer et nous laisserons des dettes à nos enfants. Des dettes personnelles évidemment, et puis des dettes collectives avec celles des Etats et des collectivités locales. Nous laissons une montagne de dettes à nos enfants, et pourtant, nous n’avons rien… alors où est passé tout cet argent? Où va l’argent?

La réponse est simple, le capital va au capital (je ne parle pas des « petits » bourgeois) mais des vrais milliardaires. C’est là que va l’argent. Dans ces poches de moins en moins nombreuses et de plus en plus garnies.

Pour les autres, il reste les dettes, qui n’est qu’une forme moderne d’un esclavagisme presque librement consenti.

Charles SANNAT


Selon un sondage, plus de 21% des Américains ne croient pas pouvoir satisfaire leurs créanciers avant la fin de leur vie.

Un Américain sur cinq mourra endetté, rapporte le portail MarketWatch, se référant à une étude du portail CreditCards.com et du centre de recherche Employee Benefit Research Institute.

Selon l’étude, plus de 21% des 1.000 Américains interrogés ne croient pas pouvoir rembourser tous leurs crédits, y compris les crédits auto, les cartes de crédit, les prêts étudiant, et d’autres prêts avant la fin de leur vie. Ce chiffre a augmenté de 3% en un an, soulignent les analystes du portail.

Employee Benefit Research Institute constate que 13% des salariés américains et environ 9% des retraités ont de « graves problèmes » avec leurs dettes. 38% des salariés et 22% des retraités ont de « petits problèmes ».

Selon CreditCards.com, la raison principale de cette tendance négative est la hausse de la dette hypothécaire. Selon les experts du portail, une autre raison de haut risque d’endettement est liée au fait que de nombreux Américains ne cherchent pas à s’affranchir de leurs dettes avant leur départ à la retraite. 54 ans est l’âge moyen auquel ils s’attendent à être libérés de toutes leurs dettes. Cependant, environ 50% des Américains estiment qu’ils ne pourront rembourser leurs dettes qu’à l’âge de 61 ans.


Lire la suite 
Poster un commentaire