Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

«La France à nouveau dégradée la réponse kafkaïenne du gouvernement !»

Audience de l'article : 1490 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Bon, l’information importante c’est évidemment la nouvelle dégradation de la note de la France par l’Agence Moody’s.

Je sais, certains parmi vous ne pourront pas s’empêcher d’hurler contre ces « satanées » agences de notation, pourquoi donc ont-elles autant de pouvoir, c’est une honte, un scandale !

Oui, certes, d’accord, mais une agence de notation est avant toute chose juste un outil de mesure. Un thermomètre. Cassez le thermomètre, cela n’aura strictement aucun effet sur la fièvre que ce soit à la hausse ou à la baisse. Il est donc essentiel de dépasser ce débat stérile sur les agences de notation (qui soit dit en passant restent tout de même très pondérées dans les notes qu’elles nous donnent, parce que pour mon agence de notation personnelle, je peux vous assurer que la dette de la France et des autres états occidentaux ne vaut pas tripette).

Pourquoi Moody’s dégrade la France ?

Cet article du journal La Croix résume particulièrement et efficacement la position de l’agence américaine qui a « évoqué l’anémie économique de la France pour expliquer sa décision. Les analystes de Moody’s affirment leur certitude de plus en plus forte que la croissance économique française restera faible à moyen terme, au moins jusqu’à la fin de la décennie. Selon l’agence, le taux de croissance annuelle potentiel de la France est d’au plus 1,5 % sur cette période.

Moody’s s’inquiète en outre des contraintes institutionnelles et politiques qui, couplées avec cette trop faible croissance, représentent un défi pour la réduction significative de l’important fardeau de la dette. La France ferait face à d’anciennes rigidités dans le marché du travail et de la production qui l’empêcheraient de se réformer assez».

Bienvenue dans le monde de Kafka… la réponse du gouvernement !

Comme il est d’usage il faut que le ministre de tutelle en charge de ce genre de choses fasse un communiqué de presse afin de répondre aux arguments de l’agence de notation et évidement rassurer l’ensemble des investisseurs et des d’épargnants détenteurs de la dette française. Il faut aussi accessoirement rassurer les contribuables.
Je suis donc, de façon fort impertinente, taquine et avec une insolence pleinement assumée, allé faire un petit tour sur le site du ministère des finances pour vous faire partager un vrai moment de dialogue de sourd.

Pour Moody’s l’affaire est pliée évidemment. Pas de croissance, des déficits toujours importants, une dette colossale, et aucune perspective sérieuse d’amélioration surtout si le mamamouchi élyséen veut se faire réélire en 2017, il va falloir qu’il soit bien démago les deux prochaines années. Autant dire que déjà qu’il ne s’est pas passé grand-chose, ce n’est pas maintenant que les grands plumés gouvernementaux vont s’affoler pour « réformer » le pays.

michel sapin 2C’est donc le pauvre Michel Sapin qui s’y est collé, se fendant d’un communiqué à mourir de rire… enfin c’est drôle à lire mais si vous êtes épargnant vous devriez trembler… tenez, lisez plutôt !

 » Michel SAPIN prend acte du passage par Moody’s de la note de Aa1 avec perspective négative à Aa2 en la plaçant sous perspective stable.

Avec cette évolution, la France est désormais évaluée de manière similaire par les trois principales agences de notation ».

Ha… première satisfaction gouvernementale. Toutes les autres agences nous ont déjà collé une mauvaise note. Moody’s ne fait que s’aligner sur ce que l’on sait déjà donc tout va très bien madame la marquise… Puis :

Les dernières informations disponibles, tant en matière économique que budgétaire, témoignent
de la capacité du gouvernement à faire renouer l’économie avec plus de croissance et plus d’emploi, avec des finances publiques assainies.

Vous remarquerez et ce n’est pas une faute de ma part que selon le propre communiqué du ministère des finances français, tout cela témoigne de la « capacité du gouvernement à faire renouer l’économie avec plus d’emploi »… oui allez relisez doucement… « plus d’emploi »… sans « s » au singulier… alors que celui qui veut LE boulot qui sera créé par le gouvernement lève la main… haaaa, zut, je vois 6 millions 578 326 doigts levés… bon allez tirage au sort pour savoir qui aura LE travail cette année…
Bon j’ai bien rigolé avec leur création de l’emploi de 2015, même eux n’y croient plus du tout, alors pensez, l’agence Moody ‘s…

Mais ce n’est pas tout. Accrochez-vous !

« La reprise se diffuse à l’économie et les politiques mises en place portent leurs fruits. Au vu des
informations sur les rentrées fiscales et les dépenses publiques, notre objectif de déficit de 3,8%
du PIB en 2015 est conforté et le déficit devrait se réduire à 3,3% du PIB en 2016, conformément
aux engagements pris ».

La reprise se diffuse, la stratégie porte ses fruits, et bientôt nous cueillerons tous ensemble dans la joie les grappes entières des raisins de la croissance… alors que les Marie-Antoinette gouvernementales ne voient pas qu’il s’agit plutôt des « raisins de la colère », voire de la misère.

Mais bon, je fais mon malin, mais je n’ai rien compris. La preuve, « le gouvernement demeure fermement engagé à poursuivre et amplifier sa politique de réformes visant à soutenir le potentiel de croissance et d’emploi de l’économie française ».

Oui il faut être serein mes amis, parce que le gouvernement qui tient bon la barre va encore « amplifier » son action, il va même je pense « accélérer » le rythme, il va même « tout tenter », car « même plus, ce n’est jamais assez », et puis de vous à moi, avec toute cette croissance qui se diffuse à un rythme accéléré tel un président sortant en scooter vrombissant de l’Elysée pour une virée nocturne, je vous le dis, Moody’s n’a qu’à bien se tenir.

Enfin Michel Sapin nous rassure définitivement.

« La dette française est parmi les plus sûres et les plus liquides au monde, avec une charge de la
dette contenue ».

Contenue, contenue, c’est vite dit mon brave monsieur, avec un taux de presque 98% de dette sur Pibofficiel nous sommes juste dans la perte totale de contrôle de notre dette et donc de sa charge et sans croissance forte point de salut… je ne vous raconte même pas si les taux d’intérêt venaient à augmenter légèrement… genre de 2 ou 3%… nous serions juste confrontés à une « charge » de la dette de type vachement lourd et rentrant dans la catégorie qui « pèse » vachement sur les épaules…

Enfin, Michel qui règne en maître aux finances de notre pays en est sûr… « La France dispose d’une base d’investisseurs solide et diversifiée. Cette confiance des investisseurs se nourrit d’une stratégie économique cohérente, que le gouvernement entend « poursuivre avec détermination».

Qui sont les investisseurs qui ont confiance dans la stratégie « cohérente » du gouvernement ?

C’est vous mes braves… oui, vous tous mes braves épargnants. Vous tous détenteurs de « soussous » dans les « banbanques ». Presque toute l’épargne qui « rapporte » est placée en titres obligataires c’est-à-dire en bonne vieille dette de l’état français.

En ce qui me concerne je ne prête pas un sou à un état qui va faire faillite et la France va faire faillite. Ce ne sera pas du tout la fin du monde, mais plus simplement la fin de l’épargne d’un sacré paquet de gens.

Alors, en attendant, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT

Communiqué de presse de Michel Sapin ici

Article de La Croix sur la dégradation de la note de la France ici
Poster un commentaire