Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

« Deux imbéciles qui nous prennent pour des sots... ! »

Audience de l'article : 1944 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Comme vous n’avez pas été en mesure d’échapper ces derniers mois au véritable lavage de cerveau organisé par nos mamamouchis économico-politiques, vous n’ignorez pas que la crise est définitivement derrière nous, qu’il faut avoir confiance car seule la confiance dans un avenir radieux nous sauvera ou plutôt permettra à nos bien-aimés dirigeants (béni-soit-leur-nom-je-n’ai-pas-les-moyens-d’un-procès) de maintenir les « mougeons » que nous sommes (l’hybride du mouton que l’on tond et du pigeon que l’on pigeonne) dans un état de semi-inconscience hébétée…

D’ailleurs, François, notre bien-aimé président (béni-soit-son-nom) dont j’espère qu’il nous offrira cet été un mariage tout présidentiel avec la belle princesse Julie en descendant les Champs dans un carrosse en grande pompe, ne s’y est pas trompé en « taclant » le vilain patron du Medef Pierre Gataz sur ses propos tenus hier.

Pour François Hollande, Pierre Gattaz « a un problème de langage »

Selon un article du Monde, le chef était tout rouge de colère à propos du sinistre Gattaz qui a osé dire que la France était dans une situation économique catastrophique… C’est vrai que, de vous à moi, là le Gattaz il déconne à plein tube. Oser révéler une information classée secret défense hyperconfidentiel que même si tu en parles je devrai te tuer. C’est vrai ça ! Heureusement que le patron des Bisounours est là pour rappeler Gattaz à son devoir de réserve.

En effet, « le chef de l’État a estimé lundi soir que le président du Medef avait «un problème d’expression qui peut avoir des conséquences économiques» en envoyant un message pessimiste.
François Hollande a reproché lundi 21 juillet à Pierre Gattaz de ne pas «maîtriser son expression» après que le président du Medef eut jugé la situation économique de la France «catastrophique», contredisant le chef de l’État qui estime que la reprise est réelle mais fragile.»

« Ce n’est pas la première fois qu’il a ce type de déclarations. Il y a un problème de langage, ce langage-là doit changer. Il y a un problème d’expression qui peut avoir des conséquences économiques. Il est très important qu’il puisse y avoir au moins la prise en considération de ce qui est fait. »

Deux imbéciles qui nous prennent pour des sots

Ne comptez pas sur moi pour défendre Pierre Gattaz sur le fond de ses propositions économiques qui sont aussi inefficaces pour résoudre la crise que pertinentes pour emmerder les salariés de notre pays et gaver un peu plus les grandes entreprises de bénéfices plantureux (Pierre Gattaz se fichant comme d’une guigne du sort du boulanger du coin).

Ne comptez pas non plus sur moi pour défendre notre mamamouchi en chef qui, bien que fort sympathique, n’a toujours pas compris que la France EST bien dans une situation catastrophique, que tout le monde le sait bien et qu’il serait souhaitable qu’il essaie enfin de travailler un peu à redresser le pays.

Nous expliquer que le problème n’est pas que nous soyons dans une situation catastrophique mais que Pierre Gattaz a un problème de langage, c’est vraiment l’histoire de deux imbéciles qui nous prennent pour des sots.

L’Agence France Propagande découvre que les dettes augmentent en Europe !

Allez, un peu d’humour dans ce monde de brutes grâce à notre AFP nationale dont les communiqués nous permettent de profiter de 20 minutes de rire quotidien.

« Après deux trimestres de repli, la dette publique de la zone euro est repartie à la hausse début 2014 et a atteint 93,9 % du PIB au premier trimestre, contre 92,7 % fin 2013, selon les données publiées mardi par l’office européen des statistiques Eurostat.

En valeur absolue, et non plus en pourcentage du PIB, la dette publique de la zone euro s’est élevée au premier trimestre 2014 à 9 055,5 milliards d’euros, selon Eurostat… »

C’est dingue d’oser écrire des choses comme ça. À mon avis, François Hollande va faire renvoyer un ou deux journalistes de l’AFP pour faute grave. Ils ont effectivement osé écrire que les dettes augmentent et je pense qu’ils ont tout de même un sérieux problème de langage.

Mes chers amis, retenez simplement de la sortie stupide de notre président, qui aurait encore une fois mieux fait de se taire, que le problème c’est bien les mots employés et pas les maux. Car aujourd’hui, et le Président vient de vous le dire officiellement, on cache les maux derrière les mots. Cela porte un nom. Cela s’appelle le mensonge.

C’est aussi le syndrome bien français du « nuage de Tchernobyl », vous savez, celui qui s’est arrêté à la frontière à la vue du douanier (à l’époque, il n’y avait pas encore Schengen et on avait encore des douaniers et accessoirement des frontières).

La crise économique n’est pas un nuage qui s’arrêtera à nos frontières. La situation est bien catastrophique (mais on n’a pas le droit de le dire). Pierre Gattaz propose des âneries mondialisantes et globalisantes à souhait et François Hollande n’a aucune vision.

Nous sommes dirigés par des sots, alors prenez votre destinée en mains, n’attendez plus rien d’un État-providence déjà moribond. Préparez-vous, organisez-vous, n’oubliez pas les trois principes du PEL pour « patrimoine, emploi et localisation » qui sont les 3 paramètres sur lesquels vous pouvez librement agir dans le cadre de votre propre responsabilité personnelle.

Préparez-vous et restez à l’écoute.

À demain… si vous le voulez bien !!

Charles SANNAT

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes »

Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Le Contrarien Matin est un quotidien de décryptage sans concession de l’actualité économique édité par la société AuCOFFRE.com. Article écrit par Charles SANNAT, directeur des études économiques. Merci de visiter notre site. Vous pouvez vous abonner gratuitement www.lecontrarien.com.
http://www.romandie.com/news/Zone-euro-apres-six-mois-daccalmie-la-dette-publique-repart-a-la-hausse/499892.rom
Poster un commentaire