Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

La Chine dans une course aux actifs tangibles ! Et vous ?

Audience de l'article : 1597 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Les fusions et acquisitions chinoises à l’étranger progressent à un rythme normal selon les officiels chinois qui rajoutent que ce n’est en rien une course aux rachats même si cela y ressemble furieusement.

Pourquoi ? Parce que dans un monde où les taux sont négatifs et où l’argent ne vaut strictement plus rien d’un point de vue théorique (car la confiance est encore là), la seule stratégie valable est de transformer sa monnaie en actifs tangibles et les terres agricoles, comme les 1 700 hectares achetés récemment, ou encore des entreprises sont des actifs tangibles nettement plus précieux que des avoirs financiers matériellement inexistants.

Et vous, quelle est votre stratégie personnelle ?

Charles SANNAT



BEIJING, 19 avril (Xinhua) — Le ministère du Commerce a dénié, mardi, que les entreprises chinoises étaient dans une course aux rachats, indiquant la rapidité de leurs fusions et acquisitions à l’étranger était “juste et normale”.

“Il s’agit d’une surestimation en prétendant que les entreprises chinoises ‘rachètent le monde’, parce qu’une telle allégation confond les accords finalisés avec ceux en attente d’approbation”, a expliqué le porte-parole du ministère du Commerce, Shen Danyang, lors d’une conférence de presse.

Les fusions et acquisitions à l’étranger par des entreprises chinoises ont compté pour 16,56 milliards de dollars au premier trimestre de l’année, bien loin derrière le montant de 113 milliards de dollars, cité par certaines informations, a souligné M. Shen.

En dehors de la fausse rumeur de 100 milliards de dollars, M. Shen a expliqué que la valeur des fusions et acquisitions, effectuées par les entreprises chinoises à l’étranger, s’était établie à 40,1 milliards de dollars en 2015, soit seulement 6,2 % de la valeur totale des fusions et acquisitions dans le monde.

Bien que les entreprises chinoises augmentent leurs acquisitions transnationales ces dernières années, leurs fusions et acquisitions ainsi que les investissements chinois à l’étranger se trouvent tous les deux à des étapes initiales.

D’après M. Shen, les investissements chinois à l’étranger ne comptaient que pour 3,4 % du total mondial, tandis que ceux des États-Unis représentaient 24,4 %. La Chine reste derrière des économies développées telles que le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et le Japon dans ce palmarès.

Les fusions et acquisitions par des entreprises chinoises à l’étranger engendrent des résultats gagnant-gagnant, a-t-il indiqué, citant comme exemple l’acquisition d’AMC Entertainment par Dalian Wanda Group en 2012. Ce rachat a aidé AMC à transformer les pertes en profits, la même année, et à être coté en bourse au New York Stock Exchange, l’année suivante, créant 1 100 nouveaux emplois aux États-Unis.  
Poster un commentaire