Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

promospeciale

point marchés, début avril : toujours pas d'excès d'optimisme !

Audience de l'article : 3448 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction

Voici un point marchés pour ce début avril, qui n'indique toujours pas d'excès d'optimisme sur les indicateurs de sentiment américains.


L'EPCR5j

epcr3103

L'EPCR 5 j est actuellement en zone neutre, et ne donne donc pas de signal de vente sur les indices.
Les indices américains sont par ailleurs engagés dans un mouvement de consolidation horizontale depuis mars qui pourrait se terminer par une hausse, pour replacer l'EPCR dans la zone d'excès d'optimisme.

Le VIX

vix3103

Le VIX est actuellement en zone neutre, et ne donne aucun signal d'excès d'optimisme, là aussi il laisse voir la possibilité d'une hausse supplémentaire des indices avant de retoucher la zone d'excès d'optimisme.

Le nova/ursa ratio

nuratio0104

L'indicateur est aussi en zone neutre et laisse la place à un supplément de hausse avant que l'excès d'optimisme ne soit atteint.


Les indicateurs à long terme


Ils continuent d'indiquer une fin de cycle haussier et se trouvent dans une position comparable à celle de 2000 et 2007, information qui est utile pour les investisseurs de long terme, mais moins pour celui qui intervient sur un horizon de temps inférieur à 6 mois. Voici à titre d'exemple la position des comptes de marge sur le Nyse, avec un niveau historiquement élevé d'endettement sur les comptes à terme (graphique : advisorperspectives / Doug Short)

margindebt0104



Conclusion

La position actuelle des indicateurs de sentiment n'incite pas à l'action au niveau des positions spéculatives à la baisse, mais les niveaux de valorisation des indices sont élevés, et ceux-ci se trouvent dans une situation à risque, comme en 2000 et 2007. Pour le moment je me contente donc de gérer mes lignes de small caps décotées et défensives, jusqu'à ce que les indicateurs de sentiment donnent un vrai signal de vente.
Enfin, et c'est à mon avis un point très important (qui fera l'objet d'un autre article), le programme de quantitative easing de la BCE a modifié la corrélation et les relations de forces relatives  entre les indices US et indices européens : 
Les indices US surperformaient assez largement leurs homologues européens jusqu'à la fin 2014, et on observe depuis le début 2015 le phénomène inverse, qui s'explique en bonne partie, mais pas complètement, par la dévaluation de l'euro.

Actions françaises en monnaie locale comparées au SP500

cacspx

Une des conséquences de ce changement, et de la moins bonne corrélation entre Europe et USA est que les indicateurs de sentiment deviennent temporairement moins fiables pour indiquer les retournements baissiers en Europe et donnent des faux signaux (ils restent toutefois fiables pour les marchés US). La force relative accrue des indices européens m'a d'ailleurs conduit à ne pas tenir compte du dernier signal de vente de l'EPCR5j, et je n'ai donc pas pris de positions baissières en portefeuille quand celui-ci s'est trouvé en excès d'optimisme aux environs du 20 février.
Il faudra donc être plus sélectifs sur les signaux de vente délivrés par ces indicateurs (quitte à rater une première vague de baisse) en ne prenant en compte que les excès d'optimisme majeurs, au moins aussi longtemps que les indices US n'auront pas cassé à la baisse la figure de sommet qu'ils semblent commencer à former. Le seuil de cassure est pour moi à 1960 points sur le SP500.
loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

1 Commentaire