Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

« Les bourses toujours en baisse… Inquiétude sur la croissance mondiale ! »

Audience de l'article : 1673 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Il n’est pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir… ainsi ce titre d’une « superbe » analyse de nos amis de Boursorama qui écrivent : « Les marchés européens capitulent de nouveau et terminent en forte baisse »…

Moi ce que j’aime dans les analyses des cours de bourse c’est qu’il faut trouver un truc à dire tous les jours et franchement ce n’est pas facile du tout.

Lors de mon dernier stage d’école de commerce je travaillais dans une salle des marchés… enfin travailler c’est un grand concept pour une bien petite réalité. Je faisais surtout des parties de lancés d’élastiques tirés à partir de la mine des crayons… une portée impressionnante d’ailleurs.

Bref, c’est un monde immature, masculin et assez nullard pour tout vous dire, pour celles et ceux qui mystifient encore la « Finance ».

Tout ça pour vous dire que tous les jours les grands clients qui étaient abonnés à un service super coûteux intitulé « flash marchés » recevaient une missive quotidienne par fax (à l’époque on comptait encore en francs et on s’envoyait des fax parce qu’il n’y avait pas encore les emails).

Ce flash marchés c’était moi qui le rédigeais, le petit stagiaire, parce qu’il fallait arriver tôt… à 7 heures le matin pour qu’à 9h00 l’analyste aille porter le boulot que j’avais fait au grand chef de la salle qui relisait le tout et donnait le bon pour envoi avant 9h30… Évidemment personne ne voulait arriver tôt, parce que travailler c’est dur et que l’objectif d’une bonne tripotée de gens est de faire semblant d’être très affairé mais d’en faire le moins possible. C’est valable dans le public… et tout autant dans le privé y compris dans les salles de marchés.

Alors tous les jours il fallait que je fasse part de mes doctes commentaires sur les séances du jours… mais attention, une règle d’or, ne jamais se mouiller pour être sûr de ne pas être pris en défaut. Il fallait donc apprendre à parler pour ne rien dire. Ainsi vous lisez aujourd’hui ce commentaire sur la séance d’hier où la bourse de Paris a chuté de 3,2% (c’est le commentaire de Boursorama, le plus gros site financier de France). La question est pourquoi, et ce mouvement va-t-il se poursuivre? Or à ces deux questions il est impossible d’apporter une vraie réponse parce que vous risqueriez de vous tromper, donc, vous allez parler pour ne rien dire et ça donne à peu près ça…

« Les marchés européens s’affichaient de nouveau en forte baisse lundi 8 février, enchaînant les séances de replis »…. là on replante le contexte, ça fait une bonne introduction et ce n’est pas engageant.

« Les marchés européens ont fortement rechuté lundi 8 février. Le CAC40 a clôturé en baisse de 3,20%. Les investisseurs semblaient fuir les marchés actions au point que même les valeurs peu exposées aux actuelles craintes économiques étaient fortement pénalisées »… à ce niveau on précise légèrement l’ampleur des dégâts en mentionnant le montant de la baisse (3,2%) et vous commencerez à noter les formules allambiquées pour dire un truc mais on n’est pas certain quand même du truc qu’on dit donc surtout on vous le dit mais ce n’est pas évident que ce soit ça donc restez prudents… formule typique c’est le conditionnel évidemment ou encore «  les investisseurs semblaient fuir »… manifestement avec une baisse de 3,2% on peut dire que les gus effectivement sont en train de fuir les marchés… mais lui il n’en est pas sûr…

« Aucune publication majeure n’a été à l’origine, lundi 8 février, de la brutale baisse des marchés européens survenue en matinée et accentuée dans le courant de l’après-midi. Dès 11h, le CAC40 perdait plus de 2,5% avant d’accentuer ses pertes pour terminer en baisse de 3,20% à à 4.066 points, et ce malgré une ouverture en territoire légèrement positif ». Là le type vient de vous expliquer en 4 lignes qu’il ne sait pas du tout pourquoi ça baisse d’autant… « aucune publication majeure » comprenez par là qu’il n’y a eu aucun nouveau chiffre ou statistique économique qui pourrait donner un alibi à cette baisse.

« Même chose du côté du Dax allemand, qui a terminé en baisse de 3,30%, enchaînant une sixième séance baissière consécutive. L’indice allemand des valeurs technologiques a pour sa part perdu un spectaculaire 7,86%. À la Bourse d’Athènes, l’Athex Composite a chuté de 7,87% en terminant sous son point bas de 2012, atteint lors du pic des craintes relatives à l’économie du pays ». Voilà là on fait un peu d’histoire, du bon blabla en expliquant que même en Allemagne c’est pareil c’est donc dire qu’on ne pouvait pas savoir ni prévoir, parce que si même les Allemands souffrent c’est normal que les petits Français galèrent… Bon vous ne savez toujours pas pourquoi ça baisse, ni si ça va durer…

« Les marchés asiatiques n’avaient pourtant pas donné l’alerte en matinée, le Nikkei japonais gagnant 1,10% alors que la Bourse de Shanghai restait fermée à l’occasion des festivités du Nouvel An lunaire »… Là le type vous montre qu’il maîtrise même le nouvel an lunaire chinois… la vache, il est cultivé le garçon, cela vient donc crédibiliser ses propos parce que franchement, vous, vous ne saviez pas que c’était les festivités du nouvel an lunaire hein, et comme chacun sait cela impacte directement les cours de bourse !

« Les opérateurs de marché ont de nouveau capitulé face aux éternelles craintes économiques relatives à la croissance mondiale et au risque d’une éventuelle fin de cycle économique aux Etats-Unis. Les doutes sur la conjoncture américaine se traduisent par une forte chute de certaines valeurs du Nasdaq depuis vendredi dernier, l’indice ayant terminé en baisse de 3,25% le 5 février, perdant encore 2,83% ce lundi à 17h30 »…. Haaaa, enfin, on évoque pudiquement les « éternelles craintes économiques face à la croissance mondiale ». Cette phrase n’est pas anodine, elle permet de dédramatiser complètement la situation… comme si ces craintes n’étaient pas nouvelles (éternelles) donc ce n’est pas grave, le message implicite étant de dire que ça finira bien par remonter…

« Quand le Nasdaq commence à baisser si fortement, c’est qu’il y a de sacrés doutes » commente Xavier de Villepion, trader actions chez HPC.… Haaaaa, mon trader préféré le grand Sieur de Villepion…. ha ça c’est sûr il y a de nombreux doutes.

“Le secteur aéronautique/aérospatial a limité ses pertes en fin de séance, mais s’affichait comme le secteur le plus impacté en matinée avec une forte baisse de Safran (-5,84% en clôture) et d’Airbus (-5,42%). Sur l’aéronauique, « il s’agit de ventes techniques forcées » estime Xavier de Villepion, alors que les investisseurs cherchent à se désinvestir de tous les secteurs, y compris ceux qui ne semblent pas les plus directement exposés aux actuels doutes économiques. Selon le trader, « on assiste à une course forcée aux sorties de capitaux »…. bravo Xavier c’est le sens même d’une baisse importante des indices… quand ça baisse fort c’est que tout le monde vend. Pour ceux qui n’auraient pas compris, quand les cours montent c’est que tout le monde achète… Merci Xavier.

“Le secteur bancaire a également été affecté, Société Générale perdant 6,12%, BNP Paribas 5,47% et Crédit Agricole 5,00%. « Les banques françaises ne sont pas directement exposées aux risques de faillites sur le pétrole de schiste américain, mais elles soutiennent financièrement des entreprises pétrolières et parapétrolières françaises comme Total ou Technip » commente le trader, expliquant les mauvaises performances boursières du secteur bancaire, alors que les prix du pétrole repartaient à la baisse lundi, le Brent et le WTI perdant respectivement 1,32% et 1,71% à 33,6 et 30,4 dollars/baril”…. Non mes braves n’ayez pas peur du gaz de schiste US qui est en train de foirer comme les subprimes immobilières en 2007, les banques françaises n’en ont pas… hahahahahaha mais indirectement quand même elles sont un peu impactées par la chute du prix du pétrole. Mais évidemment qu’elles sont impliquées !!! Soyons sérieux, le monde financier est totalement interconntecté ! On se fiche de savoir si la BNP a telle ou telle obligation ! Si les banques US s’effondrent alors les banques européennes suivront comme ce fût le cas avec la Lehman.

« Le taux Euribor à 1 an est également repassé en territoire négatif lundi, à -0,002%. « C’est très symbolique des craintes de déflation en Europe », commente Xavier de Villepion. « On voit désormais des taux négatifs un peu partout car cela est censé permettre un redémarrage économique, mais les gens doutent un peu de cette politique qui n’a donné presque aucun résultat au Japon par le passé ». hahahahahah Mon Xavier… Mon Xavier, « mais les gens doutent un peu de cette politique qui n’a donné presque aucun résultat au Japon par le passé », quand on décrit les choses comme ça il faut douter beaucoup, pas qu’un peu !! Les taux négatifs ne servent pas à relancer l’inflation, ou la croissance !!! Ils servent à ruiner les épargnants en leur faisant supporter le coût de la dette alors que les Etats sont insolvables et en faillite et que c’est pour cela que ça n’a donné aucun résultat par le passé!!! Hahahahahahaha

« On attend désormais Janet Yellen mercredi prochain à 16h. Cela semble encore loin et chaque jour qui passe coûte une fortune », termine Xavier de Villepion…. et voilà la conclusion brillante, on attend que Janet Yellen annonce qu’elle donnera encore plus d’argent gratuit à tout le monde… il faut dire que si elle annonce qu’elle va monter les taux… cela va faire très mal aux marchés. En attendant le Xavier il voit le compteur du pognon qui s’envole et ça le met de méchante humeur… Oui je me moque de Xavier mais encore une fois ce n’est pas le garçon en lui-même évidemment, je suis sûr qu’il est charmant, disons simplement qu’il “incarne” les “traders”! C’est donc juste un “personnage”.

Voilà donc où nous en sommes. Avouez, les explications sont assez cocasses et je les trouve très bien rédigées! C’est exactement ce que l’on attend d’un tel texte, ne pas alarmer, donner des raisons d’espérer et surtout ne pas prendre position. Du grand art. Vous achèterez donc bien quelques actions de plus, ou plus précisément, vous ne vendrez pas « encore » celles que vous détenez. Vous avez été endormis. Sachez que tout le monde fait ça et rédige de cette façon là. On vous fait passer une mauvaise nouvelle pour une bonne et cela vient complètement biaiser votre appréciation des risques, c’est valable pour tous les sujets de la vie. Après vous pouvez aussi ne pas être naïfs !!!

En attendant mes chers amis, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT
Poster un commentaire