Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Jean-François Faustinelli : Comment se déroule une opération boursière ?

Audience de l'article : 1809 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Exemple sur l’action BIC au 12/03/2010

 

BIC

 

(FR0000120966 - BB)

 

NYSE Euronext Paris / Compartment A / SRD / PEA

 

55,79 €+ 3,31%

 

12/03/10 à 17:05

 

 

 

Vision d’ensemble : sur votre ordinateur vous voyez les éléments précèdents qui vous donnent des signaux très intéressants, à savoir :

 

1 - Variation : c’est l’écart en pourcentage entre le cours   d’ouverture et le cours à l’heure où vous entrez sur le marché.

 

2 - Clôture veille : cet élément vous permet de comparer l’évolution du cours d’un jour à l’autre. C’est utile pour voir dans quel sens se positionnent les acheteurs et les vendeurs.

 

3 - Cours d’ouverture : il s’agit donc du premier cours de      l’action en tout début de séance.   

 

4 - Plus haut et plus bas du jour : ces valeurs vous donnent les écarts maxi et mini de cours dans la séance.

 

 

 

Ayant ces éléments en main, vous pouvez décider de vous positionner ou non sur la valeur. N’hésitez pas à passer un ordre en-dessous de la limite haute atteinte (nous allons voir ces ordres et comment les passer à la suite…)

 

 

 

Un élément très important : le carnet d’ordres

 

C’est l’ensemble des ordres acheteurs ou vendeurs sur la valeur.

 

-De gauche à droite : 2 catégories, les acheteurs (à gauche) et les vendeurs (à droite). Particuliers ou professionnels.

 

-De haut en bas : les meilleures offres dégressives en euros à gauche et meilleures ventes progressives à droite en euros.

 

 

 

Figurent également le nombre de titres achetables ou vendables avec le nombre d’ordres globalisés par niveau de cours.

 

Cet ensemble reflète parfaitement l’équilibre entre acheteurs et vendeurs sur la valeur.

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant que faire pour acheter ou vendre des actions?

 

Vous pouvez acheter au Comptant, c'est-à-dire en payant les titres cash dès que la transaction est effectuée, le montant sera débité quasi immédiatement de votre compte courant sous les 3 jours environ ou achetez  vos titres à « crédit » pour les valeurs dites du SRD (Service à règlement Différé).

 

 

 

Exemple d’opération d’achat/vente au compant

 

 

- Vous achetez le 12 mars 2010, 50 actions France Télecom à 17,30€. Votre compte courant lié à votre compte-titre êtes donc débit de la somme correspondante de 50 x 17.30€ = 865€ minimum plus les frais de transaction d’environ 1%, soit un total de 873,65€.

 

- Vous vendez vos 50 titres France Télécom le 4 mai 2010 à 18,45 euros ; votre compte courant sera donc crédité de  50 x 18,45 euros (moins 1% de frais) ; donc 922,50€ - 9,22€= 913,28€

 

Bilan de l’opération : vous gagnez 913,28€-873,65€= 39,63€

 

 

 

Remarques utiles :

 

Les banques et les courtiers en ligne se font une « guerre des frais » pour attirer les investisseurs en Bourse. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence en ce sens ; vous êtes en position de force car c’est vous qui apportez l’argent !!!

 

Cette situation est tout bénéfice pour le débutant ou l’initié. Ces frais de transactions et de garde (pour la tenue des titres sur votre compte-titres) sont dégressifs selon les montants engagés.

 

 

 

Avantages du comptant :

 

Faire des opérations d’achat puis de vente sur du moyen ou long terme ; vous ne supportez aucun frais supplémentaires si ce n’est les droits de garde annuels que vous facture votre banque ou votre courtier en ligne

 

 

 

Exemple d’opération au SRD:

 

 

 

 

- Vous achetez le 4 mars 2010 70 actions BNP Paribas à 73,15€ ; votre compte bancaire n’est pas encore débité de 5120,50€ + 51,20€ (frais de courtage)= 5171,70€.

 

 - Vous vendez le 22 mars 2010 vos 70 actions BNP Paribas à 75,90€, soit pour 5313€- 53,13€ (frais de courtage) ; vous êtes potentiellement créditeur de : 5259,87€-5171,20€= 88,67€.

 

Ce gain net vous sera crédité le dernier jour du mois boursier qu’on appelle la liquidation.

 

Liquidation et mois boursier sont deux termes intiment liés.

 

 

 

Qu’appelle-t-on le mois boursier ?

 

Le mois boursier est un peu différent du mois calendaire. Il commence 4 séances de bourse avant la fin du mois précédent pour se finir le jour de la cinquième séance de bourse avant la fin du mois. Exemple :

 

 

 

 

 

Le jour de la liquidation, plusieurs cas peuvent se présenter à vous :

 

 

 

Quand vous reportez (on dit que vous faites un report) votre engagement à terme jusqu'à la prochaine liquidation, l'opération se fait moyennant une commission supplémentaire auprès de votre broker et le taux d'intérêt du SRD continue à courir également.

 

 

 

 

 

Exemple d’opération de report:

 

 

 

 

Nous allons considérer que nous avons acheté durant le mois boursier 200 titres à 15 euros, l'évolution des actions est défavorable (le cours est de 12 euros) mais vous ne voulez pas les vendre. De plus vous ne disposez pas des liquidités pour les acheter ferme. Vous allez donc reporter votre position.

 

Le cours de compensation (cours de clôture du jour de la liquidation) ou cours de liquidation est de 12 euros, celui-ci est calculé par Euronext. Vous devez donc payer la moins value réalisée à cette date, soit (15 euros-12 euros)*200=600 euros.

 

Comme vous avez reporté vos titres, votre compte espèces est débité de la moins value et tout se passe comme si désormais vous aviez des titres acquis à 12 euros (cours de compensation). Par conséquent, si vous les revendez à 18 euros, la plus value qui vous sera créditée sera de (18-12)*200 = 1 200 euros.

 

Le bilan de l'opération (frais des intermédiaires mis à part) est une perte de 600 et un gain de 1 200 euros soit un gain de 600 euros. Tout se passe comme si vous aviez acheté les titres à 15 et revendus à 18 euros, le report étant juste une situation intermédiaire. Attention, les valeurs éligibles au SRD sont celles dont la capitalisation boursière est au minimum d’1 milliard d’euros et pour lesquelles le volume moyen des échanges quotidiens est supérieur à 1 million d’euros, soit appartenant à l'indice SBF 120.

 

 

 

Jean-François FAUSTINELLI

Poster un commentaire