Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Spread et scalping

Audience de l'article : 1446 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
De manière très globale, on aurait tendance à penser que le spread a un impact sur la performance finale, ce qui est exact, évidemment car lorsque l’on donne 1 pip au broker, c’est un pip qui n’est pas dans notre poche : approche terrienne et purement comptable. Mais le niveau de spread a des impact sur plusieurs autres niveaux, très important.

Pour utiliser un exemple concret, je vais prendre la stratégie de formatrading que je vous résume ici :

-Stratégie de scalping sur Forex et Futures

- Plateforme MT4

- Graph 1 MN

- Indicateurs : moyennes mobiles de hull 600, EMA , pivots et résistances, hilow, bougie Heiken-Ashi

- Politique de risque : SL et TP par défaut à 8 pip (ticks) a affiner selon marchés et indicateurs précédents

Donc, sur cette stratégie nous avons de nombreux signaux d’entrée, des trades rapides ( 1 à 15 minutes) et des ordres limites proches des courts .

Lorsque vous avez des ordres limites très proches, vos graphs sont assez serrés sur les courts, ce qui est normal puisqu’il est inutile et même préjudiciable d’avoir une vision trop grand angle. Les lignes de bid et de ask sont donc à une distance visible à l’œil nu, à fortiori si le spread est à 2 ou 3 !

1-Le trader va donc se rajouter une zone d’hésitation supplémentaire à l’entrée en position.

Certaines hésitations sont bonnes a avoir : le marché est dans une zone de neutralité, vous êtes sur un niveau de support ou de résistance (etc…) Vous hésitez et grand bien vous fasse car ce n’est pas un bon moment pour rentrer. Par contre, ajouter une hésitation dans une configuration propice à votre système va avoir un impact très négatif : perte de temps et donc, d’opportunités ; perte de confiance ; frustration de ne pas avoir pris (ou trop tard) un mouvement porteur à votre échelle…

Avoir une hésitation causée par le niveau de spread est un frein réel à votre réussite !

2- Entrée en position :

Pour rentrer en position avec cette stratégie (mais c’est aussi le cas avec bien d’autres approches!) , vous devez pouvoir mettre votre take profit avant le niveau de blocage des prix le plus proche (support, résistance, hilow)

Cela ne signifie pas forcement que vous devez être à 8 pip de ce point, si vous mettez un take profit plus proche, à 5 ou même à 3 , vous pouvez toucher ce niveau !

Mais il faut bien prendre conscience d’une chose dans votre calcul, vous devez toucher ce niveau avec le spread en plus !

Et une fois encore , plus votre spread sera élevé, moins vous aurez l’opportunité de rentrer de manière légitime, en concordance avec votre système. Car lorsque vous êtes sur un niveau de prix à 10, que vous avez un support à 15 et que vous avez un spread à 2,5 , votre espérance de gain n’est pas de 5 mais de 2,5 : dans une approche très court terme, cela change tout !

3Dans la gestion de position :

Si je garde l’exemple de la stratégie de formatrading, mon SL revient sur le breakeven lorsque j’ai un gain de 3 pips. 3 pips, c’est dérisoire ! Ici, nous sommes dans une approche de frappe chirurgicale ! Hors, pour arriver à ce niveau, les marchés doivent bouger de 3 + le spread et non de 3 pips secs !

Vous avez un spread à 0,8 , le marché doit vous donner 3,8 pour que votre stop soit à 0 ; vous avez un spread à 2,5, le marché doit vous donner 5,5 : vous devez donc être 25 % plus performants pour arriver à 0 !

Et ce calcul est le même pour votre target, évidemment !

Le spread va donc avoir un impact réel sur la manière dont vous allez gérer votre position et donc, sur votre proportion de trades gagnants et perdants.

Et c’est exactement la même chose dans la gestion des gains et des pertes ! Posez vous la question, si vous avez un journal de trading, de combien de trades perdants auraient été gagnants si vous aviez considérablement réduit votre spread ?

4- Commencer perdant :

Lorsque vous rentrez en position, vous rentrez dans le sens qui vous semble propice. Toutefois, en rentrant sur le marché, plus le spread sera élevé, plus vous aurez de probabilités de commencer en perte. Débuter un trade en perte est « normal », les niveaux de bid et de ask sont décalés sur le niveau de spread et ce n’est pas un problème : c’est ainsi que les choses fonctionnent.

Par contre, plus ce décalage sera élevé, plus la valeur de perte latente sera importante, et plus longtemps le marché mettra à vous donner raison.

Nous avons tous notre propre niveau de résistance au stress, à la frustration, à l’attente et il faut bien se poser la question, lorsque l’on prend 5, 10, 20 trades en une matinée ; de l’impact de ce facteur démultiplié.

Attendre 3 minutes pour que le marché revienne sur notre point d’entrée une fois par jour n’est pas un problème, mais 10 fois, 20 fois ou plus ? Au bout de combien de temps, au bout de combien de trades cela vient-il impacter vos choix et votre patience ?

Voila en quoi le spread est ici bloquant. Le problème n’est pas de commencer perdant, mais ce que cela génère en vous au niveau émotionnel et mental.

Il est évident que vous reviendrez plus vite sur votre point d’entrée avec un spread à 0,8 qu’avec un spread à 2,5 ! Et il est tout aussi évident que vous atteindrez plus vite votre objectif avec un spread réduit !

5-Que faire ?

Du coup, vous êtes bien décidés à réduire le spread en scalping, même s’il faut changer de broker ! Et vous avez peut être raison ! Remarquez que je dis « peut être » parce que les choses ne sont pas aussi simples, ni aussi binaires !

Si vous êtes scalpeur et que vous avez un spread à 2,5, il est clair que vous devez trouver une alternative car vous aurez peu de chance de réussir. Mais le spread n’est pas l’unique aspect que vous devez prendre en compte : la qualité du broker, de son exécution, de sa banque dépositaire sont aussi des facteurs très importants, mais ceci est une autre question, n’est ce pas ?
Poster un commentaire