Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Se questionner, comment et pourquoi?

Audience de l'article : 1476 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Nous posons tous un grand nombre de questions chaque jour. Anodines, complexes ou informatives, dans la très grande majorité des cas, elles n’ont pour unique but que de confirmer ou préciser ce que nous savons déjà, sans chercher à élargir notre vision et nos possibilités.

Les philosophes antiques savaient poser des questions, des questions qui grandissaient leur disciples, qui élargissaient leur imaginaire et leur projets. Les questions de Socrates et d’Aristote n’avaient pas forcement l’objectif de trouver des réponses, mais uniquement d’ouvrir un univers entier d’alternatives, parfois farfelues mais bien réelles.

Notre éducation, notamment au niveau scolaire, ne nous apprend plus à nous poser ce type de questions, considérées comme inefficaces et non productives. On nous pose des questions pour vérifier que nous avons bien appris, bien compris les massages martelés à grand renfort de manuels et de théorèmes. Nous nous sommes peu a peu enfermés dans des questions sclérosées, limitantes. La question est donc devenue une injonction, une interrogation qui ne sers en fin de compte qu’a confirmer ce que nous savons déjà.

Se poser la bonne question est tout un art, auquel nous ne sommes absolument pas préparés dans toutes les facultés, prépas ou autres « grandes » écoles censées former les esprits brillants de notre siècle.

« Pourquoi  et Comment ? » partent du principe que les hypothèses de bases que nous avons sont les bonnes et nous enferment dans un mode de pensées privilégié, alors qu’il n’est pas forcement le meilleur.

Exemple :

« Pourquoi je prend des trades impulsifs ? Pourquoi je gère mal mon risque ? »

Ces questions partent du principe que le système de trading est bon pour moi, mais que je ne parviens pas à m’y conformer.
Elles soulignent donc mon incompétence et ne partent absolument dans l’exploration de mes possibilités. Je vais donc partir à la recherche de causes diverses et variées de cette incompétence, sans remettre en cause le postulat de base du système et de son adéquation avec ma personnalité, mes leviers comportementaux.

Si vous lisez cet article, c’est que vous êtes pleinement acteur de votre trading. Performant ou non, vous vous documentez, vous cherchez, vous êtes curieux et vous n’êtes ni attentiste, ni passif ; on ne se retrouve pas sur Psychotrade par hasard, et vous avez une démarche active par rapport à votre trading.

Au lieu de bloquer sur le « Pourquoi je n’obtiens pas les performances souhaitées ? », je vous propose de prendre du recul, de changer de point de vue pour élargir votre champs de réflexion.

« Quel est mon ressentit lorsque je veux sortir de mon système de travail ? (Souvent , c’est la peur :-)
De quoi j’ai peur quand j’ai peur de faire une perte ? »

(oui, ça fait beaucoup de « peur » tout ça, mais cela permet de se focaliser sur l’enjeu global, sur les conséquences de l’acte et non sur l’acte lui même)

A partir de là, vous pouvez prendre conscience de votre vision, en PNL, nous appelons cela notre « carte du monde »

« -Si je fais des pertes, je vais brûler mon capital et m’appauvrir. Je serais malheureux
-Donc faire une perte te condamne au malheur ?
- Non, pas une perte mais plusieurs »

Donc sur la position actuelle, votre décision immédiate ne vous condamne ni à la pauvreté, ni au malheur… ?

« Au pire, quelle conséquence aura cette perte ? »

Le type de question que vous vous posez va induire votre point de vue. Vous allez instinctivement chercher à y répondre, d’où l’importance de la bonne question.

Comprenez bien que je ne suis pas en train de couper les cheveux en 4 , mais je vous invite a choisir des points de vue porteurs pour résoudre vos freins en trading.

Il existe 4 points de vue de base :

- Acteur : j’ai agis et j’ai un résultat insatisfaisant, je me demande comment agir mieux , avec toute la pression et le stress que cela peut engendrer.
« Pourquoi j’ai pris ce trade ? Pourquoi j’ai pas coupé plus tôt ?… »

- Observateur : j’ai agis, j’ai collecté un certain nombre d’informations et j’écris mon journal de trading. Je suis toujours affecté par mes actions mais je tente d’être plus factuel:
«  Quelles décisions ai-je pris ? Quel en a été le résultat ? »

- Introspection : Lorsque j’opérais, j’ai ressentit un certain nombre d’émotions désagréables : peur, frustration, espoir …
« Qu’ai-je ressentit avant et pendant le trade ? »

- Méta : J’ai agis, j’ai observé les conséquences de mes actes, je me suis demandé comment je me sentais, je vais prendre encore de la hauteur avec l’ensemble des informations à ma disposition :

« J’étais en perte latente, j’ai refusé cette perte, alors j’ai repoussé mon stop, j’ai hedgé ma position, j’ai moyenné etc…. j’avais peur, j’étais anxieux, j’espérais avoir raison… Que peut-il m’arriver de pire si je fais une perte ? Qu’est ce cela me prouve d’avoir raison ?  Ma vie serait elle différente si j’avais mieux géré ce trade ? En quel sens ? Que puis-je faire pour mieux faire ? »

Ces 4 points de vue s’éloignent progressivement du « problème » afin de voir un panorama dégagé. Collez votre main sur votre nez, comment la voyez vous ? Reculez votre main, vous la voyez mieux, non ?

Se poser de bonnes questions et la première étape pour avoir de bonnes réponses, alors ne vous en privez pas !
Poster un commentaire