Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Oser l’envie

Audience de l'article : 1433 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Lorsque nous étions enfants, nous voulions sans compromis, avec force et détermination. Capricieux ou boudeur, l’enfant qui n’obtient pas ce qu’il veut est profondément affecté, jusqu’à ce qu’il se résigne ou qu’il trouve un nouvel objet de désir. L’enfant a cette capacité absolue à vouloir et la force de son envie le tient animé et persévérant au-delà de toute rationalité.

L’adolescent, lui, ne veut plus rien. Long chewing-gum désincarné, il erre, nonchalant, voire lymphatique, de par les rivières et les champs. Son regard bovin nous envoie ce message implacable : « Pas envie ! J’en ai rien à faire ! »

Devenus adultes, nous sommes tous un dégradé des nuances de gris de l’envie. Certains ne supportent que peu de frustration, d’autres parviennent à la gérer avec stoïcisme et recul. J’ai pourtant constaté que l’adulte, dans sa grande sagesse fatiguée, avait souvent perdu sa capacité à vouloir profondément et avec acharnement. C’est normal, le joug du « vivre ensemble » a laissé sa trace et l’homme civilisé a compris que sa liberté s’arrête là où commence celle des autres. Il a essuyé moult refus, moult déceptions et naturellement, il bride son envie, espérant ainsi réduire les frustrations possibles et même probables. Il se protège de lui-même en bridant son envie, son enthousiasme afin d’éviter de vivre des retours de bâtons trop durs à encaisser.

N’avoir que peu d’envie protège de la déception alors, on revoit ses ambitions à la baisse, on fait des petits arrangements avec les rêves, on renonce plus ou moins à raison. L’objectif n’est plus vraiment captivant et le sentiment de vacuité qui prend sa place ne donne pas l’énergie pour surmonter les obstacles : sans une envie forte, la motivation est ébranlée.

Quel est le rapport avec le trading ? Même si je pars de très loin, j’en trouve toujours et j’y reviens.

Devenir profitable en trading, c’est difficile et l’envie farouche d’y parvenir est indispensable pour faire face au travail, aux déceptions et aux doutes. Celui qui ne le veut pas ardemment n’obtiendra pas de succès durable, car il ne trouvera pas les ressources indispensables pour surmonter les obstacles. Mais vouloir ardemment ne signifie pas forcément vouloir comme un enfant ingérable, tout en émotion.

Apprendre à cultiver notre envie et  à en canaliser la force brute est sans nul doute un levier essentiel à votre réussite. Vouloir apprendre, progresser, évoluer. Être persévérant et tirer leçon des expériences passées. Analyser, déduire et être patient ; tant de verbes que vous devez chérir pour faire fructifier votre capital en bourse.

Le chemin n’est pas simple et votre motivation sera votre atout  principal pour accroître vos ressources.

La semaine prochaine, c’est la rentrée et déjà, la capitale se remplit comme un gros sac. Chacun reprend le chemin du travail et je vous souhaite d’aborder cet automne avec envie et persévérance.
Poster un commentaire