Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


L’homme dans l’aréne

Audience de l'article : 2055 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Aujourd’hui, j’ai décidé de ne pas vous parler de trading directement. Aujourd’hui, je voudrais aborder un sujet tellement large, que je ne souhaite pas faire immédiatement les ponts avec notre activité de trader et je fais confiance en votre intelligence pour faire les liens avec vos réactions aux pertes, votre tendance cupide ou dans votre vision du trading en générale. Aujourd’hui, je voudrais sortir de l’action de trader pour observer une émotion que nous connaissons, qui nous dérange et qui portant est une base incroyable de progrès et de changement : la honte.

Sans regard extérieur, pas de honte ; hors, seuls quelques sociopathes ne portent aucune attention au regard extérieur. Nous vivons en grande partie de et par l’autre. Ainsi, la boucle est bouclée car, nous ne recevons jamais le regard de l’autre sans risque de honte.

Pas de relation sans honte, pas de honte sans relation, nous voilà bien avancé ! Et ça va même plus loin que la relation à l’autre, car c’est aussi vrai dans la relation que nous entretenons avec nous-même ! Être au clair avec nos valeurs, respecter ce qui nous semble juste ou necessaire, abandonner ce que l’autre attends de nous pour nous offrir ce que nous attendons de nous-même.

Vivre, c’est s’exposer à la honte ! Réalité désagréable, dérangeante, je vous le concède, mais réalité tout de même.

La honte est une des émotions les plus désagréables que je connaisse ; elle nous dit, de sa sale petite voix de fouine : « Tu n’es pas assez bon », ou « pour qui tu te prends ! ». La honte nous inspire le sentiment de ne pas mériter, d’être petits et minables. La honte nous inspire le mépris de nous-même et des autres, pompe notre énergie, notre créativité et notre ardeur aux combats de la vie. Elle est le terreau fertile de la détresse, de la colère, et de la solitude.

Jung disait : « La honte est le marécage de l’âme », et pourtant, il nous faut bien l’arpenter, ce marécage ! Enfiler nos bottes, prendre nos bâtons, et avancer vaille que vaille.

Souvent, l’individu tente de fuir tout ce qui lui est pénible avec toute sorte de dérivatifs. Je ne vois, je n’entends, je ne dis rien ; j’attends que ça passe. Et pour attendre aussi bien que possible dans ce marasme moral, on s’occupe : shopping, fêtes avec les amis, nourriture, alcool ou antidépresseur, actions frénétiques … les moyens sont multiples mais tendent tous à un seul but : Ne pas entendre la honte qui sommeille en nous ; regarder ailleurs que dans la boue où nos bottes s’enfoncent.

Oui, je sais, cette partie de l’article n’est pas joyeuse, n’offre pas la moindre piste d’ensoleillement et de solution.

Et pourtant, reconnaitre, et accepter la honte est une source formidable de force et de progrès. Car le refus de la honte exclus la possibilité de vulnérabilité. Mais pour être sans réserve dans l’amour que l’on a envers nous-même, pour faire confiance en notre propre valeur, nous devons avoir le courage d’être imparfait, et d’accepter nos vulnérabilités pour ce qu’elles sont , ni plus , ni moins. Faire le deuil de la perfection, ou de la force inconditionnelle ; accepter d’être faillible, et limité est une nécessité pour avancer.

Quoique vous entreprendrez, quoique vous choisissiez dans votre vie ; vous n’aurez jamais aucune garantie de réussite. Créer, être en action, choisir ; c’est prendre le risque d’échouer ; cela nous rend vulnérables, mais accepter cette vérité universelle nous donne l’opportunité de mettre notre énergie, notre intelligence et nos actions dans la création, dans l’innovation et dans le changement. Inutile de lutter contre la réalité, la honte et la possibilité de l’échec sont inévitables, alors nous n’avons que 2 alternatives, soit nous utilisons notre énergie pour conserver des illusions dérisoires, soit nous acceptons ce que nous sommes, et cherchons a faire au mieux avec . Reconnaitre cette vulnérabilité face à l’existence de manière globale nous allège, et offre la possibilité de s’armer plus efficacement. Arrêter de combattre des chimères pour se focaliser sur la construction, voilà le cadeau de la reconnaissance de la honte.

T Roosevelt a très bien imagé cette idée :

“Ce n’est pas la critique qui est digne d’estime, ni celui qui montre comment l’homme fort a trébuché ou comment l’homme d’action aurait pu mieux faire. Tout le mérite appartient à celui qui descend vraiment dans l’arène, dont le visage est couvert de sueur, de poussière et de sang, qui se bat vaillamment, qui se trompe, qui échoue encore et encore – car il n’y a pas d’effort sans erreur et échec -, mais qui fait son maximum pour progresser, qui est très enthousiaste, qui se consacre à une noble cause, qui au mieux connaîtra in fine le triomphe d’une grande réalisation et qui, s’il échoue après avoir tout osé, saura que sa place n’a jamais été parmi les âmes froides et timorées qui ne connaissent ni la victoire ni l’échec”.

Pour réussir dans n’importe laquelle de nos entreprises, nous devons faire le deuil de la toute – puissance. Travailler en toute humilité et faire de son mieux, en sachant que ce ne sera peut-être pas suffisant demande du courage ; et vous , qui me lisez aujourd’hui parce que vous cherchez à changer, parce que vous avez cette soif de progrès, vous être une personne de courage !

En créant ce blog, je m’expose chaque jour un peu plus. A cet instant, où j’écris cet article, je sais que certains se moqueront, trouveront des fautes, auront des opinions négatives sur le contenu ; la mise en page, le choix de la photo etc… Mais cela ne m’empêche pas de l’écrire, je fais ce que j’ai à faire ; j’accepte la honte, voilà longtemps, j’ai même signé un pacte avec elle ! M’exposer ainsi me rend plus vulnérable, je l’accepte et je fais ce que j’ai à faire car c’est le seul moyen que chacun d’entre nous possède pour avancer.

En cette fin d’article, je me dédie, pas grave; je ne réécrirai pas l’ensemble et j’assume ce manque de parole donnée : Je vais parler de trading! Lorsque vous entrez en position sur les marchés financiers, vous êtes vulnérables, vous êtes exposés à des sanctions douloureuses, c’est ainsi ! Je reviendrai une autre fois sur cette question…

La honte est omniprésente en trading; et l’antidote à la honte, c’est l’acceptation d’être vulnérable. Y parvenir demande beaucoup d’humilité, et de lâcher-prise. Embrasser notre faiblesse, nos défauts et  nos valeurs honteuses n’est pas chose aisée. En trading, le rapport à l’argent en est un pilier : « je ne crée rien, ce que je gagne, un autre le perd, je me sucre sur le dos du monde ». Cette vision, certes simpliste est une réalité, dérangeante, inacceptable : honteuse! Combien d’entre vous se sabordent à cause de la honte de gagner? Combien d’entre vous sont déchirés entre l’objectif avoué et imposé par l’ensemble du système de valeur (besoins de liberté, d’autonomie etc….), et la honte de spéculer? Méchants spéculateurs! Vampires des entreprises! Voleurs des ressources de la planète! Combien osent se vanter de gagner de l’argent en bourse, en pompant la richesse de ceux qui travaillent , à la sueur de leur front? Quand on vous demande ce que vous faîtes dans la vie, êtes vous fiers de répondre: « Moi, je suis trader! »?

Nous voulons tous être des gens bien, et beaucoup de trader en comptes propres ressentent la honte de spéculer. Comment réussir à gagner si au fond de vous , une petite voix sournoise vous répète que vous ne le méritez pas; que ce que vous faîtes est mal et mauvais pour la planète et pour l’humanité?  Nous devons tous régler notre rapport avec la honte de spéculer sur les marché, sans quoi, cette honte sera votre principal frein à la réussite.

Pour finir cet article qui digresse un peu avec l’ensemble, je voulais vous remercier, car selon les statistiques de ce blog, nombre d’entre-vous sont des lecteurs assidus et fidèles. J’ose espérer que cela vous apporte quelque chose et vous permets de progresser dans ce qui vous tiens à cœur.
Poster un commentaire