Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Le trading, une entreprise?

Audience de l'article : 2765 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
crer-mon-entreprise-580x333

Il y a quelque jour, suite à un article que j'ai posté, Frank, rédacteur du site http://www.ykarius.fr/ a posé une réflexion qui me trotte dans la tête depuis :

Le trading, une entreprise comme une autre ?

La gérante d'entreprise que je suis n'a pas pu s'empêcher de faire le parallèle, que je n'avais pas fait jusqu'alors, et pose ici les différents points de similitude.

1- Business plan :

En créant une entreprise, lorsqu'on a un projet clair, nous devons faire un business plan pour vérifier la viabilité financière de notre idée. Nombre de trader qui commencent leur activité ne se posent pas la question clairement : combien est ce que je veux gagner ? Combien de temps et de ressources ai-je à y allouer ?

En débutant, on connait le capital qu'on y investit, évidemment ; mais les autres questions restent parfois très nébuleuses. La question de l'objectif de gain réalisable et ambitieux ne se pose que très rarement. Hors, il y a des dangers inhérents a l'activité qui ne sont pas neutres. L'over trading, la cupidité, la prise de position dictée par la frustration ou l'appât du gain sont des freins énormes a la performance.

Prendre un temps pour se poser, mettre les choses à plat de se demander : Aux vues de mon capital, de ma politique de risque et du temps que je peux y accorder, quel est mon objectif ? Que dois-je faire lorsque mon objectif est atteint, ou non ? Que dois-je faire lorsque j'ai fais une perte?

Etablir un business plan de trading prend donc tout son sens : il clarifie l'objectif et les ressources que l'on est prêt à y octroyer ; mets en évidence d'éventuelles incohérences, cadre le travail à accomplir.

Le trading n'aime pas le doute, et ce travail préliminaire permet d'éliminer des zones obscures. Si vous êtes déjà trader, et que vous n'avez pas pris le temps de faire ce travail, il n'est pas trop tard pour bien faire ! Personnellement, ce travail a révélé que j'avais des objectifs de résultats trop faibles par rapport à ma capacité. Comme je dépassais mon objectif régulièrement, il n'y avait, dans ma tête pas de fin et le potentiel était illimité. Je prenais donc le risque de tomber dans un excès, augmentant chaque jour un peu plus mon exposition.

J'ai fait ce travail de calibrage d'activité et j'y gagne un confort certain.

2- Gestion financière :

Money management en trading ! Avoir une bonne stratégie, c'est bien ; si on garde le parallèle avec l'entreprise, la stratégie serait l'approche marketing (produit, prix, promotion, place : les 4P) , la politique de gestion du produit en tant que tel. Mais avoir une bonne stratégie et un bon MM, c'est mieux ! Le money management est donc la gestion de trésorerie de la boite.

Prenons un exemple, vous avez une stratégie profitable à 80%, mais un ration gain /perte de 1 pour 4 : Vous gagnez donc 4 trade sur 5, mais le trade que vous perdez « mange » les bénéfices des 4 ! C'est simpliste, je sais, mais ça montre bien l'importance du MM. A l'opposé, votre stratégie est incertaine (voire absente), le taux de profitabilité est à 50% mais vous êtes très calibré avec votre MM, et votre ration est de 1 pour 2 (stop a 1 , take profit a 2 ), vous avez toutes vos chances ! Trop souvent, nous avons tendance à mettre des stop que l'on est pas réellement prêts à perdre, parce qu'on veut laisser sa chance à la position. Délimiter donc le ratio P/L en rapport avec la profitabilité de la stratégie est un prérequis qui permets de vivre plus sereinement l'entreprise.

3- Gestion de travail

Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Voilà les questions de fond !

Comme pour une entreprise, le trading a tout à gagner à être bien calibré. Un chef d'entreprise a ses rendez-vous, ses réunions ou ses obligations fixes. Le trader en compte propre travaillant seul pour lui-même, la flexibilité est énorme. Personnellement, j'adore cette flexibilité mais c'est aussi un piège dangereux dont il est utile de prendre conscience.

Avoir un poste de travail dédié au trading, des plages horaires fixes et cohérentes est extrêmement aidant. Pour ceux qui vivent du trading, c'est très difficile de « décrocher » de sa station, de ses études, de ses positions ; et cela prend vite une place délirante dans notre vie. Lorsqu'on a compris la concentration extrême que cela demande, il faut ensuite mettre en pratique le lâcher-prise au quotidien. Passer 8h consécutives devant son écran est contre-productif. Comme pour tous les jobs, il faut établir un planning, avec des horaires et s'y tenir.

La majorité des chefs d'entreprise ont un réel besoin de décompression, de se changer les idées ; pour les traders, c'est aussi le cas. La flexibilité de l'activité nous donne la possibilité de faire d'autres choses, il est donc bon d'incorporer a son planning des plages de détente et de plaisirs sans enjeu.

Pour conclure, vous l'aurez compris, bien que nous prenions beaucoup de plaisir a trader, c'est surtout un métier ! Un métier se conçoit avec sérieux et discernement. Votre capital est votre fond de commerce, soignez-le bien!

Je vous souhaite de bien faire prospérer votre TPE de trading, et attends vos commentaires a ce sujet !


Poster un commentaire

1 Commentaire