Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Je suis immortelle!

Audience de l'article : 1745 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
L’être humain a structurellement du mal à concevoir la complexité du monde actuel. L’évolution technologique précède largement l’évolution biologique. Alors qu’un homme reste biologiquement tel qu’il y a 10 000 ans, son environnement s’est nettement complexifié et les informations mises à sa disposition se sont infiniment multipliées alors que sa capacité à les traiter n’a pas vraiment évolué.

Nous avons donc un homme qui a très peu évolué au niveau biologique et cérébral et un environnement qui s’est nettement densifié.

Cette réalité engendre tout un tas de comportements et d’émotions, je vais me focaliser aujourd’hui sur une seule question : la confusion que nous faisons naturellement entre une « absence de preuve et preuve d’absence. »

« Je ne connais aucune femme belge et blonde qui soit intelligente, j’en déduis qu’une telle femme n’existe pas ! » Ici, vous allez me dire que c’est moi qui suis un peu belge et un peu blonde, ce à quoi je répondrai par l’affirmative : je suis en effet d’origine belge.

Personnellement, je ne suis jamais morte, puis-je en déduire que je suis immortelle ?

Avec des exemples aussi absurdes, vous identifiez parfaitement la différence entre « absence de preuve et preuve d’absence ». Vous faites immédiatement la distinction, sans aucun doute ni questionnement…mais les choses peuvent rapidement devenir moins évidentes.

« Cette personne ne manifeste aucun intérêt à mon égard, c’est donc que je ne l’intéresse pas.» Nous avons vite fait de tirer cette conclusion lorsqu’une personne ne fait pas attention à nous, et pourtant, est-ce toujours vrai ? L’un est-il la preuve de l’autre ? Cela commence à devenir litigieux. Certes, il y a une probabilité importante qu’une personne qui ne manifeste aucun intérêt ne soit pas intéressée, toutefois, ce n’est pas une preuve indubitable et certaine.

Rapprochons-nous du sujet qui nous occupe :

« Je suis fortement exposé et je n’ai jamais explosé mon compte de trading, il n’y a aucune raison pour que cela arrive ! » Pouvez-vous raisonnablement affirmer que puisque cela ne s’est pas encore produit, cela ne se produira jamais ?

Les exemples que je prends ici sont volontairement grossiers et ils ne servent qu’à illustrer un mécanisme dans lequel nous tombons tous, plus ou moins régulièrement.

Lorsque vous opérez sur les marchés financiers, aucun mouvement, aucun trade ne sont certains et vous devez accepter la complexité et les limites de vos capacités afin de pouvoir opérer convenablement et de garder une certaine maîtrise sur vos comportements et sur votre avenir financier.

L’absence de preuve n’est pas une preuve d’absence.

Hier, je rencontrais un trader qui a récemment beaucoup perdu, et il me disait : « Le Dax n’avait jamais atteint ce niveau, j’étais certain qu’il allait redescendre, j’ai mis un gros levier en short »

Dans sa logique, puisque le Dax n’avait jamais été aussi haut, il ne pouvait que redescendre : il a considéré l’absence de preuve comme une preuve d’absence. Puisque cela ne s’est jamais produit, cela ne se produira jamais. Je ne suis jamais morte donc je suis immortelle.

Aucun être humain n’est épargné et nous faisons tous cette confusion entre absence de preuve et preuve d’absence : puisque rien ne nous prouve qu’un scénario est possible, nous le considérons comme impossible et l’impact analytique et émotionnel en trading est important. Implication forte dans un trade, prise de risque non appropriée, réaction de peur panique ou de colère explosive au moment où « l’impossible » se produit, etc. Les exemples de dérives comportementales qui découlent directement de cette croyance sont légion.

A des enfants tout-petits et qui ont peur dans le noir, on peut expliquer qu’il n’y a rien de plus, ni rien de moins dans le noir que dans la lumière, qu’il faut juste accepter de ne pas voir, mais que tout est là, même s’ils ne le voient plus.

Lorsque nous analysons et que nous prenons position sur les marchés, c’est exactement la même chose, nous devons prendre conscience que nous sommes comme des enfants dans le noir et que nous ne voyons qu’une infime partie de la réalité, que l’absence de preuve n’est pas une preuve d’absence.

Lorsque l’on assimile cette réalité, cela peut être angoissant de prendre une position, car nous prenons conscience de notre vulnérabilité et de notre ignorance. Et pourtant, cette prise de conscience vous invite à utiliser vos forces efficacement et à ne plus être balloté comme un sac plastique dans le vent.

Avoir l’illusion de savoir alors que vous ignorez vous sera très préjudiciable car les décisions que vous prendrez ne reposeront sur rien de solide.

Mettre en place une méthode de travail adaptée à votre psychologie, travailler à mieux gérer vos réactions, soigner votre exposition et votre rapport au risque, toutes ces pistes d’évolution sont à votre portée.

Par contre, une absence de preuve ne sera jamais une preuve d’absence…
Poster un commentaire