Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Comportements et environnement sécurisé

Audience de l'article : 1259 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Nous vivons dans un monde contextuelle très sécurisé. En France, et plus globalement, en occident, les sociétés tendent vers plus de sécurité, de contrôle, et vers un refus de la vulnérabilité humaine.

Le confort a éradiqué la précarité et à repoussé l’idée de mort, jusque là assumée : nous n’avons que peu d’incertitudes et cherchons à contrôler notre environnement : lois, caméras ou alarmes, systèmes d’entre-aide, analyses et prévisions : nous mettons une énergie considérable à repousser les limites de nos incertitudes.

La mort, qu’elle soit physique, identitaire et sociale, ou encore financière est donc perçus comme injuste et inacceptable. Cette vision ambiante est très préjudiciable au trading, dans lequel nous nous devons d’accepter notre vulnérabilité, nos faiblesses et notre absence de contrôle.

Le trader vit constamment dans la précarité et lorsqu’il dure c’est qu’il ne se trompe pas (ou peu), qu’il s’est adapté à son contexte. Imiter les pratiques de ceux qui ont survécus peu donc être un véritable facteur aidant, mais pas suffisant, car le « novice » devra lui aussi accepter de vivre dans cette précarité financière et opérationnelle. En effet, il ne suffit pas de reproduire le geste pour que cela fonctionne, il faut aussi reproduire l’intention et l’absence d’intention, le lacher-prise sur les mouvement et c’est bien là que les choses se compliquent car tout, autour de nous, nous incite à plus de contrôle, à éradiquer la précarité.

Au delà de l’acceptation de la précarité, le trader doit s’y sentir à l’aise comme un poisson dans l’eau et c’est toute une vision de vie que change.

Dans un environnement sécurisé tel qu’est le notre, nous avons tendance à vivre l’incertitude avec angoisse. La conscience du risque engendre donc de réelles répercutions psychologiques et comportementales, nous tenons à garder nos illusions et notre confort mentale ; et ceci est tout à fait légitime : tout les messages que nous recevons nous y encouragent.

Toutefois, cela n’aidera pas au moment de passer à l’action car ce sera vos fantasmes, vos peurs et vos velléités de sécurité qui s’exprimeront plus que votre analyse ou les probabilités d’un mouvement.

L’action de trading devient donc un miroir dans lequel se reflète notre système sociale, notre appréhension du danger, notre aversion à ne pas obtenir satisfaction. Quelle place reste t il à la reconnaissance de notre faiblesse et à l’acceptation de notre insignifiance?Pas grand chose.

Ce que je vous propose, c’est de filtrer les messages que vous faîtes vôtres avec plus de vigilance, et particulièrement sur ce thème central. Laisserez-vous les autres vous imposer une vision qui vous sera préjudiciable ? A vous de décider !
Poster un commentaire