Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Averses passagères et trading

Audience de l'article : 1258 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Ce mois de mai offre une météo contrastée en région parisienne. Qui peut dire de quoi sera composée l’heure qui vient ? Personne! Et ce n’est pas météo France qui va se mouiller : soleil et pluie, voilà les prévisions!

En cet après-midi dominicale, je regarde la pluie tomber, l’œil morne et la tête dans les nuages, lorsque le parallèle entre la météo et les marchés m’apparait comme une évidence !

Les configurations parfaitement conformes à nos systèmes seraient de belles matinées d’été,d’ un ciel bleu profond et parfaitement dégagé, elles offriraient une relative sécurité pour sortir en confiance et s’allonger dans l’herbe fraiche de la rosée matinale.

Nous garderions toutefois à l’esprit qu’en été, de terribles orages peuvent éclater sans prévenir. Nous serions prêts à fuir si besoin, ou a nous protéger de l’intempérie violente et subite.

Décontractés, bien que prêts à agir, nous serions à même de profiter de cette belle journée car nous serions confiants. Confiant en ce ciel, confiant en notre plan de replis, confiant en notre capacité à voir l’orage se profiler à l’horizon.

Le soleil au zénith, nous profiterions de l’ombre d’un arbre gorgé de fruits, et finirions la journée, repus et sereins ; le corps remplis de souvenirs sucrés de chaleur et de lumière.

Ces journées sont rares, elles nous font croire de Dieu existe !

Souvent, nos journées de trading ressemblent à ce mois de mai parisien. Scrutant l’horizon au matin, nous ignorons ce que la journée va nous apporter. On fait des plans, bien sur, on ne peut pas vivre indéfiniment dans l’expectative. On trace de lignes, on fait des planning et on se prépare.

Mais un seul fait est certain : nous ignorons quand et comment la pluie va nous surprendre.

Alors, il y a ceux qui partent pour la journée, en short et en tong , inconscients de la menace réelle.

Ce qui compte pour eux, c’est de se sentir libre, et en mouvement. Vivre l’instant dans sa surprise, découvrir de nouvelles expériences et puis, s’ils finissent mouillés et enrhumés, mieux veut mourir de pneumonie dans d’ennui de toute façon !

Il y a ceux qui refusent de sortir, de peur d’essuyer quelques gouttes glaçantes. Quand on sors, il faut être surs de ce qui nous attend. On ne va tout de même pas s’exposer au vent et à l’humidité par plaisir ! Il faut savoir ce qu’on veut dans la vie ; rien de tel qu’un abri chaleureux, remplis des distractions et activités qu’on aime.

Ils sortiront lorsque le ciel pourra leur donner un peu plus de garantie.

Il y a ceux qui sortent et qui sont prêts à faire face , alors ils trainent dans leur sillage une valise remplie de tout ce qui est potentiellement nécessaire, car on ne sait jamais! Parapluie, j’ai ; habits de rechanges,j’ai ; serviette éponge, j’ai ; sèche-cheveux, bottes, mouchoir, plongeoir, baignoire… Puisque sortir il le faut, je le ferais comme un escargot !

Il y a ceux qui adorent cette incertitude et qui ne s’encombrent que du nécessaire. Ils regardent le ciel, d’un air amusé, et se demandent : pleuvra ? Pleuvra pas ? Ils prennent des informations : d’où vient le vent ? Que nous amène t-il ? Et ils parient sur l’avenir, bien conscient qu’ils peuvent avoir tors ! Lorsque la pluie les surprend, ils courent chercher un abri, ça les amuse, même si le paris est perdu ; ils savent que cela arrive parfois.

Oui, notre manière de vivre ces journées de mai parisiennes nous donne énormément d’informations sur notre trading, sur nos forces, et sur nos faiblesses.

Alors, comment gérez vous vos dimanche potentiellement pluvieux ?
Poster un commentaire