Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Sacha Pouget

Sacha Pouget

J'ai une expérience de 10 ans en salle de marchés chez BNP Paribas, Royal Bank of Canada et Crédit Agricole Cheuvreux. Je me focalise uniquement sur les société de Biotechnologie, qui disposent des plus forts catalyseurs de hausse sur le marché en un minimum de temps. Je m'intéresse plus particulièrement aux sociétés qui disposent d'un Momentum avec un calendrier favorable pour leurs publications d'études cliniques.

Je tire ma performance de ma stratégie de trading parfaitement adaptée aux sociétés de biotechnologie (la stratégie PRE-CATALYSTE), qui m'a permis de multiplier mon capital par plus de 3 en 3 ans (mes clients en sont témoins) tout en ayant un risque maîtrisé. Auteur d'un Livre sur les investissements dans le secteur de la Santé, j'ai développé des méthodes d'analyse et de sélection de valeurs propres à mon secteur. 

Mes modèles d'inspiration sont Paul Tudor Jones et Jean-Marie Eveillard pour l'aspect Gestion – Money management, et les livres de Mike Havrilla "The Ultimate Guide to Biotech Stocks" et de Tony Pelz "The Biotech Trader Handbook" pour l'aspect trading. Mon site internet : http://sachapouget.com/

Mes PDF gratuits

ebooksachapouget

- Comment je travaille ?

- Quels courtiers, quels tarifs pour acheter les valeurs du secteur santé biotech ?

- Mon journal de bord intégral lors de ma performance de +41% au T3 2012

Cliquez ici pour recevoir les liens pour télécharger ces infos

promospeciale

Le trader manipulateur était ... alcoolisé

Audience de l'article : 2009 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

 

Un trader a été reconnu coupable d'avoir manipulé les cours du Brent en Juin 2009. Le cours des contrats à terme avait bondi de 4,9% le Mardi 29 Juin (passant de 68,10 $ à 71,42$) et de 7,9% sur deux jours (au plus haut du 1er Juillet). L' état alcoolisé du trader aurait justifié ses prises de position illégales portant sur une quantité totale de 7 millions de baril. Voici un Extrait de Marketwatch du 29 Juin 2010 que j'ai traduit:


Une frénésie d' opérations non autorisées sur des contrats à terme sur le Brent, après un week-end de consommation abusive d'alcool d'un trader (du moins, ce fut sa ligne de défense) et qui a amené à une manipulation des cours, a entraîné une amende de 72 000 livres (108 778 $) et une interdiction minimale de cinq ans pour la trader fautif, a déclaré la FSA. 


Le régulateur a montré que Stephen Perkins Noel a été autorisé par son employeur, PVM Oil Futures, à passer des ordres pour des clients de l'entreprise dans les contrats sur le Brent pour le compte d' ICE Futures Europe, une unité d'Intercontinental Exchange.


Sur une période de 19 heures qui va du lundi 29 Juin 2009, au mardi 30 Juin, Perkins a traité des quantités énormes sans l'autorisation de son client, accumulant une position longue  (en Net) de plus de 7000 lots, correspondant à plus de 7 millions de barils, d'après la FSA.


Cet agissement a provoqué une flambée du prix du Brent, selon la FSA, qui a déclaré que les ordres passés ont manipulé le marché en donnant une impression "fausse et trompeuse quant à l'offre, la demande et le cours du Brent ce qui a eu pour conséquence de faire monter le baril de Brent à un niveau anormal et artificiel". 


"Cette manipulation du marché est prise très au sérieux. Le trader Stephen Perkins a entraîné des perturbations sur le marché et a sanctionné à la fois d'une amende et d'une interdiction", a déclaré AlexanderJustham, directeur des marchés de la FSA. "Cela renforce le fait qu'une sanction sévère s'appliquera dans les cas de manipulation du marché, même si aucun bénéfice n'est fait". 


Le régulateur a déclaré que la cause semble être une conséquence de "l'alcoolisme, que [Perkins] reconnaît maintenant". La FSA a déclaré que Perkins avait bu excessivement au cours du week-end avant la négociation du 29 Juin. 


Perkins a rejoint un programme de réhabilitation immédiatement après l'incident et a arrêté de boire, selon la FSA. Le régulateur a dit qu'il considère qu'il est possible que Perkins puisse être "remis en état au fil du temps et de nouveau intervenir sur les marchés". 


Le comportement de Perkins justifie une amende de 150.000 livres, selon la FSA. Le montant a été réduit à 90 000 livres, car le montant total aurait pu causer "de graves difficultés financières", a indiqué l'agence.

Poster un commentaire