Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

Les EAU adoptent des initiatives de 80 milliards de dollars pour préparer l’après-pétrole

Audience de l'article : 1791 lectures
Comme vous avez pu le voir, il n’y a aucun problème d’accès au pétrole puisque les cours baissent… sauf que l’on oublie bien vite qu’en 2007 le baril valait 1 250 dollars et que nombreux le voyaient à plus de 200 dollars.

L’exploitation de très nombreux gisements touche à sa fin et cela porte le nom de « pic pétrolier » ou de « déplétion ». L’une des manières de voir la situation géopolitique actuelle est de considérer que depuis 2001 le monde et en particulier les USA sont lancés dans une guerre pour l’accès au pétrole.

Guerre en Irak? Pétrole.

Guerre en Afghanistan? Pétrole.

Guerre en Libye? Pétrole.

Guerre en Syrie? Pétrole.

Guerre en Ukraine? Pétrole aussi…

Je continue ou cela commence à avoir un sens?

L’intérêt de cette information est de reconnaître de façon officielle bien qu’implicite que si l’on prépare l’après-pétrole, c’est qu’il n’y a bientôt plus de pétrole et que c’est bientôt « l’après »!

Charles SANNAT



ABOU DHABI, 21 novembre (Xinhua) — Les Emirats arabes unis (EAU) ont annoncé samedi une série de nouvelles politiques, y compris 100 initiatives nationales dans divers secteurs, d’une valeur de plus de 300 milliards de dirhams (81,80 milliards de dollars), pour préparer l’ère d’après-pétrole, a rapporté l’agence de presse WAM.

Les nouvelles politiques couvrent les secteurs de l’éducation, de la santé, de l’énergie, du transport, de l’espace et de l’eau, qui visent à construire une « économie de la connaissance » dans les Émirats arabes unis.

« Les EAU travaillent à l’établissement d’un avenir solide pour les générations à venir loin de la fluctuation des prix et des marchés énergétiques, » a déclaré le président émirati Khalifa Bin Zayed Al Nahyan, cité par la WAM.

« Les Emirats Arabes Unis préparent pour un monde post-pétrole en investissant dans les domaines de la science et de la technologie de pointe », a-t-il ajouté.

Les Émirats arabes unis représentent 7% des réserves de pétrole connues du monde. L’or noir représente aujourd’hui 29% du produit intérieur brut du pays. Le ministre émirati de l’Economie Sultan Al-Mansouri a néanmoins déclaré le mois dernier que cette part doit diminuer à 19% dans les 10 prochaines années.

Les baisses persistantes des prix du pétrole se traduiront par un déficit budgétaire de 2,3% pour les Emirats Arabes Unis en 2015, marquant le premier déficit depuis 2009 pour le pays, a prévu le Fonds monétaire international, ce qui oblige le pays à diversifier sa stratégie de développement
Poster un commentaire