Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Cours de l or

Cours de l or

Toute l'actu sur les cours de l'or.

L'or est fondamental pour ceux qui possèdent un patrimoine financier et immobilier.

Le système monétaire mondial est totalement manipulé. La moindre perte de contrôle peut engendrer une énorme cata. L'or est l'une des seules alternatives pour LA PROTECTION et la CONSERVATION d'un certain pouvoir d'achat.

Comme tous les marchés, il faut en acheter au moment où personne n'en veut, en plein marché baissier. La majorité a fait l'inverse entre 2010 et 2013. Les matières premières sont les marchés les plus cycliques qui existent. Il est impératif de consulter les graphiques des cours de l'or sur plusieurs décennies pour comprendre où nous en sommes dans les cycles.

Objectifeco va tenter de vous accompagner dans cette démarche.

Zoom sur les fondemantaux de l'argent métal comme outil pour conserver la valeur de son patrimoine

Audience de l'article : 5410 lectures
Le marché de l'argent a connu des changements importants et les investisseurs en métaux précieux doivent en être conscients. Malheureusement, nous sommes confrontés à une pénurie d'informations et de données pour fournir aux investisseurs les éléments clefs importants pour l'avenir. Pour comprendre les dynamiques des prix de l’argent, les investisseurs devraient scruter les trois graphiques ci-dessous. 

Pour certains analystes, le prix de l’énergie sera la force motrice qui va pousser la valeur de l’or et de l’argent à des niveaux sensiblement plus élevés. 

De nombreuses personnes se disent que la baisse du prix du pétrole garantirait des prix des métaux précieux bas pour un certain temps. Bien que cela semble logique à première vue, des experts estiment que c’est le contraire. 

Avant d'entrer dans les explications d’un futur bond de la valeur de l'argent, regardons le prix de l'argent vs celui du baril de brut. 

Le prix de l'argent vs le prix du baril de pétrole 

Le prix de l'argent a évolué en parallèle avec le prix du baril de pétrole depuis près de 100 ans. Voici un tableau montrant l'évolution du prix du pétrole et de l'argent depuis l’an 2000 : 

Silver-vs-Oil-Price-2000-2015

Comme nous pouvons le constater dans le graphique, à mesure que le prix du pétrole s’est déplacé vers le haut, le prix de l'argent a fait de même. Certains analystes techniques pourraient voir cela comme une simple coïncidence. Mais ce n'est pas le cas. L'énergie est le facteur clef qui pousse la valeur de la plupart des actifs. 

Maintenant, l’élément important à voir dans ce premier graphique est la relation entre le prix de l'argent et le prix du pétrole aujourd'hui - par rapport à ce qu'il était lorsqu’il s’échangeait la dernière fois à ce niveau. Pour ce faire, remontons jusqu'en 2004, quand le baril de Brent se négociait à des prix comme aujourd'hui. 

Le prix actuel du Brent est de 39,65 $ et le prix de l'argent est de 14,11 $. Toutefois, lorsque le prix du Brent était de 38,26 $ en 2004, le prix de l'argent atteignait moins de la moitié, à 6,67 $. Cela peut donner aux investisseurs un sentiment désagréable - car cette relation passée présagerait d’un prix de l'argent beaucoup plus faible. 

Pas d’inquiétude, les fondamentaux montrent que la structure actuelle du marché de l'argent est très différente de ce qu’elle était il y a à peine une décennie. 

Mines d'argent : les rendements et les coûts prennent des directions opposées 

Beaucoup de personnes craignent que la baisse des prix du pétrole va se traduire par des prix de l'argent beaucoup plus faibles. Bien que cela s’apparente à du bon sens, plusieurs éléments révèlent une image bien différente. 

Un aspect du marché de l'argent, qui n'a pas discuté en détail par le petit monde des investisseurs en métaux précieux, est l'énorme baisse des rendements moyens de l’industrie minière de l’argent. Peu de graphiques montrant la baisse des rendements moyens des plus grands producteurs d'argent sont publiés : 

Top-7-Silver-Companies-2015-YTD-Average-Yield

De 2005 à 2013, le rendement moyen des six plus grandes compagnies argentifères – dont une mine d'argent primaire – a chuté de 13 onces par tonne (oz / t) à 7,6 oz / t. Cela représente une baisse de 42% du rendement moyen en seulement huit ans. Cependant, cette tendance à la baisse s’est inversée en 2014, au moment ou Tahoe Resources a exploité sa mine à très forte teneur en minerai d’Escobal au Guatemala. En 2014, la mine d’Escobal de Tahoe Resources a affiché un stupéfiant rendement moyen de 16 oz / t. 

Ce qui est le plus surprenant, c’est qu’en intégrant cette mine de super haute qualité d’Escobal dans la production totale de Tahoe Resources, cela n’a fait grimper le rendement moyen du groupe qu’à 7,8 oz / t. En outre, si l'on regarde les données pour l'année 2015 jusqu’au dernier exercice (du T1 au T3), le rendement moyen poursuit sa baisse une fois de plus. Une des raisons qui explique pourquoi le rendement moyen de Tahoe Resources a diminué à 7,4 oz / t cette année, tient au fait que le rendement moyen de la mine d’Escobal a lourdement chuté. Il est tombé de 16 oz / t en 2014 à 13 oz / t pour les trois premiers trimestres de 2015. 

Certains analystes expliquent que les mineurs primaires d'argent se sont concentrés sur l’exploitation des portions de gisements (connu sous le terme de high-grading dans le jargon minier) à haute teneur en minerai afin de rester rentables. Même si cela est peut-être vrai pour plusieurs mines dans certaines compagnies, ce n’est pas la tendance observée pour l’industrie primaire de l'argent dans son ensemble. Si tel était le cas, nous aurions constaté une augmentation du rendement moyen en 2015 - et non pas un déclin. 

Les investisseurs doivent se rendre compte que l’industrie primaire de l'argent est en train de presque doubler la quantité de minerai traité pour produire la même quantité - ou même moins d'argent - qu'elle ne le faisait il y a une décennie. Les chiffres sont sans appel : 

           Top 7 des mineurs d’argent et le total de minerai traité


           2005 = 9 444 000 tonnes



           2014 = 17 776 millions de tonnes


Alors que la quantité de minerai ne fait pas tout à fait le double, elle en est en tout cas proche. Cette énorme augmentation de la quantité de minerai traité a un profond impact sur le coût de production. Pour avoir une meilleure idée de la façon dont cela impacte profondément l'industrie minière d'argent, regardons un des plus grands producteurs d'argent dans le monde. 

Pan American Silver : une hausse des coûts flagrante 

Si nous regardons l'une des plus grandes compagnies minières d'argent dans le monde, nous pouvons voir à quel point les coûts sont beaucoup plus élevés aujourd'hui par rapport à il y a une décennie. Ce graphique montre le prix moyen annuel que Pan American Silver a obtenu pour l'argent (ligne blanche), le seuil de rentabilité estimé (zone bleu clair) et le revenu en argent estimé par once (vert ou rouge). Bien entendu, la couleur verte indique un profit tandis que le rouge représente une perte : 

Pan-American-Silver-Estimated-Breakeven

Cette année, le prix de l'argent que Pan American Silver a obtenu était proche du prix moyen du marché (Petite précision : il y a quelques années, le prix réalisé ne figurait pas dans les rapports annuels, dans ces cas c’est le prix moyen du marché qui est utilisé). Selon les calculs de rentabilité estimée, Pan American a perdu environ 10 cents par once en 2004, puis elle est passée dans le vert dans les années 2007-2012, avant de retomber dans le rouge lors des trois dernières années. 

En 2011, le bénéfice estimé par once pour Pan American Silver a culminé à 9,02 $. Maintenant, ce qui est intéressant à propos de ce graphique, c’est le ratio des coûts et des prix de marché depuis 2004.

Pan American Silver a perdu 10 cents par once en 2004, lorsque le prix moyen du marché pour l'argent était de 6,67 $. Ainsi, Pan American Silver avait besoin de 6,77 $ pour atteindre son seuil de rentabilité. Cela correspond à l’année où le prix du baril de Brent était de 38 $. Maintenant, si nous regardons les résultats de Pan American Silver pour les neuf premiers mois de 2015, la compagnie a perçu en moyenne 15,85 $ pour son argent, mais elle a perdu 97 cents pour chaque once produite. 

En d’autres termes, Pan American Silver aurait du percevoir 16,82 $ au cours des neuf premiers mois de 2015 pour atteindre son seuil de rentabilité. Précisions : ce sont des estimations de seuils de rentabilité (prix critiques) basés sur des revenus ajustés. Par exemple, Pan American Silver a annoncé un bénéfice net de 19 millions de $ en 2004, mais cela était dû à la vente d'une propriété (un actif) d'un montant de 23,7 millions $. Cette recette dans le bénéfice net de cette année ne correspond donc pas au résultat de l'exploitation minière d'argent, mais à la vente d’un bien foncier. 

C’est la raison pour laquelle l'approche du revenu ajusté pour déterminer un coût plus réaliste est utilisée ici. 

Même si Pan American Silver a pu abaisser son seuil de rentabilité par de très gros efforts de baisse des coûts,  et grâce à des prix de l'énergie au plus bas, nous pouvons voir que le mineur d’argent a encore perdu 97 cents  par once au prix réalisé de 15,85 $ en 2015 – à comparer à la perte de 10 cents par once en 2004, lorsque le prix de l'argent sur le marché était de 6,67 $. 


           Les seuils de rentabilité estimés de Pan American Silver : 



           2004 = 6,77 $ 



           2015 = 16,82 $


Maintenant, si le prix du pétrole continue de baisser, l'industrie minière de l'argent pourrait connaitre des baisses supplémentaires dans son coût global pour produire le métal. Cela étant dit, les analystes ne tablent pas sur une énorme baisse des coûts globaux pour l'industrie minière. Cela est dû à une inflation généralement plus élevés, conjuguée à la baisse des rendements. Les coûts sont beaucoup plus élevés aujourd'hui pour produire l'argent que ceux rencontrés il y a dix ans... et avec un pétrole au même prix.

S’il est vrai que Pan American Silver n’est qu’un exemple, la structure globale des coûts est grosso modo la même pour l'ensemble de cette industrie.  Ainsi, un prix du pétrole plus bas ne se traduira pas par un même prix de marché de l'argent correspondant, comme nous l’avons connu en 2004. 

Le marché de l'argent et l'industrie minière connaissent des profonds changements. Et c’est seulement une question de temps avant que les investisseurs ne se rendent compte que l’argent est l’un des actifs le plus sous-évalué au monde. 

Prix de l’argent (en tant que matière première) vs une réserve de valeur

Le point important que les investisseurs doivent comprendre à propos de l'argent, c’est la différence entre le « prix de la matière première » et la « réserve de valeur ». Actuellement, l'argent et l'or sont valorisés comme une marchandise. Cela est basé sur le coût de production, ainsi que les forces qui agissent sur l'offre et la demande. S’il en coûtait 500 $ à l'industrie pour produire de l'or, le prix actuel du marché serait beaucoup plus faible. 

Cependant, le coût d’extraction de l’or est proche de son prix de marché. Il en est de même pour l'argent. Nous pouvons le voir dans le prix critique (seuil de rentabilité) de Pan American Silver. Bien sûr, l’offre et la demande jouent un rôle, mais ces forces sont manipulées artificiellement en raison du siphonage massif des fonds des investisseurs en produits financiers en papier au cours des dernières décennies. 

Parce que le prix actuel pour produire de l'argent pour l'industrie minière est proche du prix actuel du marché, les investisseurs ne comprennent pas pourquoi les spécialistes des métaux précieux continuent à prétendre que l'argent est sévèrement sous-évalué. 

Point important : L'argent n’est pas sous-évalué en raison de son coût de production, mais plutôt en raison des principes incompris de « réserve de valeur » par rapport à la plupart des actifs financiers en papier.

 A mesure que la grande chaîne de Ponzi financière mondiale se désagrège, entrainé par les États-Unis et l’effondrement de la production pétrolière planétaire, les investisseurs vont se déplacer vers des actifs tangibles, comme l'or et l'argent, afin de protéger leur richesse. Nous assistons déjà aux prémices de ce phénomène. 

Les investisseurs ont gardé leurs fonds dans des comptes bancaires dans le but d’engranger des intérêts. Cependant, comme les taux d'intérêt ont chuté à zéro et seront bientôt en négatifs, il n’existe plus de motivation chez les investisseurs à conserver des fonds dans ces comptes. D’ailleurs, l'idée que l'or et l'argent ne rapportent rien - ou peu - ne va plus être un sujet de préoccupation pour les personnes riches qui veulent juste protéger leur patrimoine des bail-ins

En outre, nous voyons de plus en plus d’entreprises réduire - voire supprimer totalement - leurs paiements de dividendes d’actions. Les investisseurs qui ont pu être inquiets au sujet des valorisations boursières, ont gardé des actions parce qu'ils continuaient à percevoir des dividendes. Qu'adviendra-t-il lorsque la majorité des dividendes des actions se seront totalement évaporés ? 

Le monde rentre dans une phase terminale pour laquelle il n’est pas préparé. A l’avenir, il y aura très peu d’actifs pour protéger la richesse. Mais l’or et d'argent se trouvent être des réserves de valeur éprouvées depuis plus de 2 000 ans. 
Poster un commentaire