Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jean Christophe Bataille

Jean Christophe Bataille

Je suis le chroniqueur économique et financier : http://futures-trading.fr/

Mes faits d'armes : avoir conseillé d'investir largement sur le marché boursier en mars 2009 alors que le CAC 40 était à 2500 et avoir prévu le délitement actuel des monnaies.

J'anticipe une sortie de la crise actuelle par la stagflation."

Bilan trading 2015 – Les leçons de cette année 2015

Audience de l'article : 1772 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
J’ai acquis la certitude en 2014 que le seul moyen de gagner beaucoup d’argent en trading était de faire du trend following en time frame élevé.

D’autres évidences se sont imposées ou ont été confirmées en 2015. Chacune d’entre elles pourrait faire l’objet d’un article à part entière. Un point est fondamental, dans les marchés qui ne sont pas fortement directionnels, le levier de début de swing doit être bas. Il ne peut être augmenté rapidement que dans les poussées très fortes des prix sur news comme celle de la décision de la banque centrale chinoise cet été.

Ces conseils sont essentiels à la conduite d’un trading gagnant :

  • Les graphes qui doivent guider le trading sont H4 D1 W1 et MN. Les graphes en UT plus courtes ne sont là que pour affiner les actions de trading.
  • Il faut toujours trader dans la tendance.
  • Hors news, le volume de début de trade doit se faire en levier 0.5, 1 ou 2 maximum. Le levier ne doit monter qu’avec le développement de la tendance en ne risquant que ses gains. Il faut pyramider ses positions au fil du trend s’il se confirme.
  • On ne doit jamais renforcer une position perdante.
  • Il ne faut pyramider que lorsque les tendances paraissent devoir vraiment durer. Dans les marchés plus hésitants une position unique est préférable.
  • Dans les marchés heurtés et en début de tendance présumée, il est préférable d’attendre une figure de retournement et de se positionner lorsque le trend commence vraiment à s’affirmer dans la force du mouvement. Cela permet d’être rapidement en gain, donc plus vite à l’abri.
  • En cours de tendance, après un fort mouvement, il est souvent profitable d’attendre que le retracement se développe suffisamment pour renforcer. Les échelles de Fibonacci permettent de choisir les niveaux d’intervention avec plus d’objectivité et de précision. On peut par exemple mettre en œuvre un scaling prudent qui sera positionné dans l’échelle en fonction de la puissance de la tendance.
  •  L’optimisation du trading réside surtout dans le positionnement des stops loss qui est peut être le point technique le plus difficile. Ce positionnement doit être adapté aux supports et résistances de toute nature, mais aussi au momentum et à la confiance dans les fondamentaux qui guident la tendance en D1 W1. S’ils doivent être très proches dans les marchés très directionnels en UT courtes, les stops loss devront au contraire être éloignés dans les tendances affirmées en UT longues. Pensez qu’en 2014, il y avait sur Futures tellement de positions en gains à plus de 500 pips des prix et une telle certitude que le dollar allait monter que je ne mettais carrément plus de stop. Or ce sont les stops loss qui font nos pertes. S’il n’y a pas de stop, il n’y a pas de pertes et il n’y a que des gains. Cela signifie que le compte n’a quasiment pas perdu un sou sur stop pendant un an alors que le cross a parfois fait des retracements de plus de 400 pips. A méditer … Il semble aujourd’hui que la bonne position des stops quand on joue une tendance hebdomadaire, soit l’endroit où le sous-jacent n’a que très peu de chance d’aller, c’est-à-dire au-delà du niveau d’inversion de tendance. Cela veut dire qu’il faut être relativement certain du trend et utiliser la marge disponible en adéquation. La complexité de ce sujet mérite plusieurs articles.
  • Lorsque les prix sont suffisamment loin des entrées, le stop break even (stop à zéro) sur les positions ou leur moyenne d’entrée est une sécurité irremplaçable car il permet de pyramider en ne mettant en jeu que des gains.
  • Le Kumo en Ichimoku reste un formidable indicateur de limite de tendance en H4, D1 ou W1, en fonction de ses UT de développement. Il peut déterminer avec beaucoup de pertinence le niveau des stops.
  • Si suivre une tendance jusqu’à sa fin est essentiel, il faut savoir y renoncer. Vouloir continuer à spéculer dans la direction d’un trend qui s’est épuisé, revient à trader à contre-tendance.
  • Les conditions de marché doivent être prises en compte. Quoi de plus stupide que d’être tout le temps en position ? Il faut être résolu dans les vraies tendances daily – weekly et extrêmement prudent ou inactif dans les périodes d’incertitude dans ces unités de temps.
  • Aucun scénario n’est impossible en trading.
  • L’appât du gain et le levier sont destructeurs dans les tendances mal affirmées. La raison et la modération doivent régner en permanence dans le trading. En étant plus consciencieux et plus raisonnable cette année, le compte Futures aurait été multiplié par trois ou quatre. Il n’a gagné que 65 %.
  • Une statistique peut produire un mouvement inverse à celui attendu. Et si le mouvement va dans le sens de la nouvelle, la force de ce mouvement est difficile à prévoir. Il dépend de la surprise que produit la statistique sur les marchés.
  • Les grandes banques fournissent régulièrement un avis sur les marchés mais si celui-ci donne une orientation générale, il est toujours à prendre au conditionnel, en particulier à court terme. L’année 2015 fourmille de contre-pieds sur les directions envisagées par les analystes et les insiders.
  • Les bénéfices d’une année sont réalisés sur quelques trends prolongés et pyramidés. Le reste n’est qu’érosion du compte ou faibles gains dans un marché sans tendance.
En résumé, je pense que les performances de Futures auraient été meilleures en 2015, en gérant mieux le levier, en détectant plus tôt les tendances, en ne tradant pas tout le temps et en éloignant les stops tout en diminuant la taille des positions sur les départs de trend.

A partir de ces observations, la check list que nous avions établie cette année pourrait être complétée et utilisée avant chaque action de trading pour mettre en place des gardes fous de sécurité comme ceux qu’utilisent les pilotes d’avion. Ce sera un des chantiers 2016.

Je reste persuadé que nous pourrons multiplier par beaucoup plus de deux nos comptes brokers dans les deux ou trois ans à venir lors de la remontée de l’euro en anticipation du tapering de la BCE. Une tendance lourde devrait s’installer, il n’est pas évident pour l’instant de deviner quand.

Joyeuses fêtes et vive le trading !
Poster un commentaire