Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jean Christophe Bataille

Jean Christophe Bataille

Je suis le chroniqueur économique et financier : http://futures-trading.fr/

Mes faits d'armes : avoir conseillé d'investir largement sur le marché boursier en mars 2009 alors que le CAC 40 était à 2500 et avoir prévu le délitement actuel des monnaies.

J'anticipe une sortie de la crise actuelle par la stagflation."

Flash spécial après l’intervention de Janet Yellen

Audience de l'article : 2035 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Dans le dernier article, je vous mettais en garde contre les risques de consolidation du dollar et nous avions quitté toutes les positions short EUR USD et mis USD JPY en stop break even . Le risque s’est matérialisé par un hausse de 600 pips sur EUR USD et un draw down de 300 pips sur USD JPY. Les stops ont joué sur USD JPY, réduisant fortement la taille de la position. Un essai de prise de position short sur EUR USD sur l’overlap à 108.20 a été stoppé rapidement. Je sais que beaucoup d’analystes prévoient EUR USD à 0.80 et USD JPY à 130. C’est plausible mais je crois que les courbes de progression des cross vont désormais évoluer différemment. Prenons EUR USD en base mensuelle par exemple :

EUR USD 19 03 2015 M1L’oblique inférieure du canal long terme pourrait limiter la progression de la paire et freiner de façon importante sa progression vers le bas. Cela signifie aussi plus de volatilité avec des possibilités de baisses et de rebond significatifs et imprévisibles sur cette oblique. C’est donc pour moi la fin du toboggan monétaire que nous avons connu depuis mai 2014 et une latéralisation des prix en données mensuelles.

L’évolution vers le haut de la paire japonaise est également vraisemblable mais soumise à la décision de la BOJ de déclencher une opération TWIST. Il existe donc, là aussi, un aléa important.

Sur le plan fondamental, l’inflation européenne va rester négative ou nulle toute l’année 2015. Cela devrait maintenir une inflation basse aux États-Unis limitant le potentiel de hausse des taux. Si celle-ci était décidée en septembre, le rythme des hausses suivantes devrait s’adapter à la progression de l’inflation européenne. Cela signifie que le spread de taux des deux cotés de l’atlantique devrait progresser moins vite que prévu, confirmant l’affaiblissement de la tendance haussière sur le dollar. Les marchés obligataires le confirment depuis hier, le U.S. 2-Year Bond Yield est a chuté brutalement à 0.552.

Les fondamentaux et les graphes sont, nous le constatons, moins favorables sur le Forex car les moteurs qui ont propulsé le dollar jusqu’à présent se sont ralentis. Nous devons préserver nos plus-values et ne pas les gaspiller en nouvelles entrées sur des tendances mal établies. Comme décidé il y a une semaine, le compte Futures va donc rester peu investi sur le Forex sur les niveaux actuels de valorisation.

La recherche du rendement devrait devenir le nouveau thème de trading sur Futures. Les taux US vont tarder à monter. Les taux européens sont négatifs pour un tiers d’entre eux, plus en Allemagne. Les actions et l’immobilier sont en train devenir les seuls actifs capables de procurer du revenu. Hors immobilier qui n’est pas un un support de trading, les actions européennes gardent leur potentiel tant que la croissance mondiale n’est pas remise en cause. Nous restons donc en position sur le DAX et renforçons les creux car le thème du retour de la croissance européenne garde tout son sens.

Il existe toutefois un risque d’augmentation de la volatilité sur tous les marchés. L’absence de rendement sur le compartiment obligataire peut mettre à mal les comptes d’exploitation des banques, des assureurs vie et des caisses de retraites qui vont avoir des difficultés à servir leur ayant droits à un niveau constant. Si l’inquiétude et le mécontentement montaient, les marchés actions pourraient, eux aussi, souffrir. Sans anticiper le scénario noir d’un risque systémique, il faut admettre que les banques centrales ont une marge de manœuvre très faible.

Dans ce contexte d’augmentation du risque et de taux bas, il faudra se poser la question de l’évolution de l’or en dollar. J’avoue que je n’ai pas d’avis tranché car le dollar devrait rester haussier et les taux pointent toujours vers la déflation, ce qui est baissier pour l’or. En revanche, la fragilité du système monétaire pourrait un jour le faire basculer à la hausse. En euro, l’or est stable. Le napoléon est à 202 euros ce matin.

Bonne fin de semaine !
Poster un commentaire