Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Michael Rousselle

Michael Rousselle

Conseiller patrimonial habilité, Investisseur en immobilier, Trader d'options pour compte propre, auteur, coach, chef d'entreprise.
Je vis actuellement en famille, à Phoenix en Arizona, un magnifique État de l'Ouest américain.

Après plus de 20 ans comme cadre commercial, je plaque une situation pourtant confortable pour ouvrir ma boîte aux US. Il paraît qu'il faut vivre ses rêves !!! Un de fait.

Passionné de trading depuis de nombreuses années, je franchis le pas en 2007. Pas vraiment le meilleur timing. Après une longue période de pertes et de doutes, je rencontre des Traders professionnels qui m'apprennent ce qu'est réellement le trading. Je me suis spécialisé dans les options depuis 2012 et uniquement sur le marché US. Je fais aussi quelques actions en swing trading, et je me construis tranquillement un portefeuille de dividendes à travers les REIT.
J’ai répondu à l’appel de Charles car j’aime partager mes connaissances et transmettre le savoir. J’espère qu’il vous sera utile et surtout de qualité.
Trade Safe
Michael

promospeciale

Débuter en bourse : Obligations !!!! KESAKO

Audience de l'article : 1339 lectures
Actions, obligations, bons du trésor, SCPI…. Beaucoup d’informations à ingurgiter quand on commence en bourse. Comme à mon habitude, je vais m’efforcer de vous faciliter l’apprentissage d’un nouveau sujet, les obligations.

Commençons par le plus simple. Une obligation est un titre négociable au même titre (sans jeu de mot) qu’une action que vous auriez en portefeuille. Ces titres sont émis par l’Etat, des entreprises publics et également par des entreprises privées. La différence avec une action est qu’une action vous donne droit à une part du capital d’une société alors qu’une obligation représente une part de dette. Vous achetez de la dette à travers une créance de l’émetteur.

Ce même émetteur public ou privé, s’engage à vous rembourser sa dette moyennant une contrepartie financière appelée coupon et comme rien n’est jamais simple, il existe plusieurs types d’obligations. Sachez qu’en général, une obligation à une durée de 8 à 10 ans. Bien sûr, vu qu’il y a des exceptions à toutes règles, vous pourrez trouver des obligations spécifiques à 1 an ou à 15 ans.

Le coupon, puisque c’est ce qui nous intéresse, est calculé à partir de plusieurs paramètres comme la valeur nominale de l’obligation, son taux d’intérêt et ses modalités de remboursement constants ou in fine. L’intérêt qui vous sera versé au titre du coupon vous sera payé annuellement sauf dans le cadre du coupon 0, nous verrons cela un peu plus bas. Lorsque le versement sera effectif, vous recevrez son paiement à la date de règlement, qui est la date de négociation + 3 jours ouvrés.

La valeur nominale d’une obligation est le même principe que pour l’émission d’actions, on divise le montant de l’emprunt par le nombre d’obligations. Cette opération est effectuée lors de la mise sur le marché primaire de l’obligation, ne cherchez pas, vous n’y avez pas accès. Vous pourrez acquérir des obligations sur le marché secondaire, tout comme pour les actions, une fois que les propriétaires des obligations, appelés obligataires, voudront s’en débarrasser pour différentes raisons.

Attention, si les obligataires primaires n’ont pas de frais de transaction, cela ne sera pas votre cas lors de vos acquisitions. Petite information qui a son importance, vos obligations devront être déposées sur un compte titre et ne seront pas éligibles au PEA avec la possibilité, toutefois, de les intégrer dans un contrat d’Assurance Vie. Vous pourrez vous aussi vous débarrasser de vos obligations avant leurs termes mais vous risquerez alors une perte de capital car les obligations sont très sensibles à la variation des taux. C’est le principe des vases communicants, quand les taux d’intérêts baissent, la valeur des obligations monte et inversement, lorsque les taux augmentent, la valeur des obligations descend.


Autre petit détail, alors que vous avez le droit de vote lorsque vous possédez une action, en tant que créancier, vous n’aurez aucun pouvoir de décision mais si l’ambiance des assemblées générales vous manque, vous pourrez toujours y assister en qualité d’observateur. A vous, boissons fraîches et petits fours !!!!

Les différents types d’obligations

Sachez que le taux d’intérêt qui servira de base de rémunération pourra être fixe ou variable et/ou indexé.

Vous avez pour commencer les obligations d’Etat : OAT pour Obligations Assimilables du Trésor pour la France, les bons du Trésor US (les fameux Treasury bonds) ou encore les Bunds en Allemagne. L’avantage de ces obligations d’Etats est qu’elles offrent une garantie quasi certaine de remboursement.

Viennent ensuite les obligations d’entreprises publiques : ce sont des obligations émises par des collectivités locales avec une garantie de remboursement variable. Ce ne sont pas celles à privilégier.

Vous avez pour finir les obligations d’entreprises ou émises par des associations : La garantie de remboursement dépendra de la qualité de l’entreprise ou de l’association. La bonne contrepartie viendra des taux d’intérêts qui seront plus importants que pour des obligations d’Etat, le risque se payant toujours un peu plus.

Les obligations à taux fixe : le taux de l’intérêt (qui va définir le montant du coupon) est fixé à l’émission. Le versement est très souvent versé annuellement et se fait jusqu’à l’échéance de l’obligation.

Les obligations à taux variable : Les intérêts sont indexés sur un taux à court terme comme le Libor ou l’Euribor auquel s’ajoute un taux fixe. Le risque de défaut est assez faible. Cependant, le risque sera plus élevé quand le taux directeur sera un taux à long terme.

Les obligations indexées sur l’inflation : Les intérêts comme le principal sont indexés sur l’inflation avec un taux généralement plus bas qu’un taux fixe pour une même échéance. La valeur du coupon est réévaluée pour que sa valeur dans le temps reste celle voulue lors de l’émission. L’avantage est que cela permet de protéger son pouvoir d’achat.

Les obligations à coupon 0 : Avec ce type d’obligation, vous ne percevrez aucun coupon durant la période de remboursement de la créance. Tous les coupons seront capitalisés et versés dans leurs totalités à l’échéance de l’obligation. Cela peut être un bon compromis si vous voulez capitaliser dans l’objectif de réaliser un investissement à l’échéance de l’obligation.

Les obligations convertibles en action : Ce sont des obligations à taux fixe qui peuvent être converties en action et ce, laissé à la discrétion de l’investisseur. Il y a bien sûr des règles à respecter comme la date où cela sera possible.

Les obligations échangeables : Egalement à taux fixe, ces obligations pourront être échangées contre des obligations à taux variable et inversement. Comme pour les obligations convertibles, cela sera possible sous certaines conditions prédéfinies.

Les risques liés aux obligations              

Le versement des coupons et le remboursement de la créance seront soumis à la solidité et à la solvabilité du créancier. Vous avez un risque de perte de capital, en partie voire en totalité, si l’émetteur fait défaut. Plus le taux proposé sera élevé, plus le risque le sera aussi.

Pour évaluer le potentiel risque, vous pouvez regarder du côté des agences de notations qui ont pour mission d’évaluer le sérieux et la qualité des entreprises ou organismes émetteurs. En achetant des obligations avec des notes faibles, vous aurez affaire à des obligations un peu moins fiables.

Le deuxième risque provient du taux, d’où son nom, le risque de taux. Comme pour une action vous n’aurez jamais de garantie à 100% lors de la cession de votre obligation. Les obligations évoluent comme on vient de le voir, au gré des notations, de leurs liquidités et surtout du taux d’intérêt en cours. Toute revente avant l’échéance peut entraîner une perte. Nous sommes sur une vision long terme d’investissement. Ce risque sera bien sûr de plus en plus faible au fur et à mesure que vous vous rapprocherez de la date d’échéance.

Avec des taux extrêmement bas voire historiquement bas, nos pouvons imaginer que dans un futur à moyen terme, les obligations auront un taux plus élevé et il sera alors plus difficile de se débarrasser des obligations actuelles à taux faible puisque la valeur de l’obligation baissera automatiquement.

Le risque de liquidité : Si vous souhaitez vous débarrasser de vos obligations sur le marché secondaire, il se pourrait que vous ayez un peu de difficultés si votre obligation est peu liquide. Préférez alors des obligations liquides si votre objectif n’est pas de maintenir vos titres jusqu’à l’échéance.

Voilà les éléments que je pouvais vous apporter pour vous dégrossir le sujet des obligations. Je n’ai pas abordé les obligations court terme comme les TCN (Titres de Créance Négociable) car même si le principe reste le même, vous ne serez à mon avis presque jamais confronté à ce type de créances.

Je pense qu’avec tous ces éléments, vous voilà parés pour affronter le marché des obligations, sinon n’hésitez pas à me poser vos questions dans les commentaires ci-dessous.

Trade Safe

Michael
michael-roussel-3-indicateurs
Poster un commentaire