Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Michael Rousselle

Michael Rousselle

Conseiller patrimonial habilité, Investisseur en immobilier, Trader d'options pour compte propre, auteur, coach, chef d'entreprise.
Je vis actuellement en famille, à Phoenix en Arizona, un magnifique État de l'Ouest américain.

Après plus de 20 ans comme cadre commercial, je plaque une situation pourtant confortable pour ouvrir ma boîte aux US. Il paraît qu'il faut vivre ses rêves !!! Un de fait.

Passionné de trading depuis de nombreuses années, je franchis le pas en 2007. Pas vraiment le meilleur timing. Après une longue période de pertes et de doutes, je rencontre des Traders professionnels qui m'apprennent ce qu'est réellement le trading. Je me suis spécialisé dans les options depuis 2012 et uniquement sur le marché US. Je fais aussi quelques actions en swing trading, et je me construis tranquillement un portefeuille de dividendes à travers les REIT.
J’ai répondu à l’appel de Charles car j’aime partager mes connaissances et transmettre le savoir. J’espère qu’il vous sera utile et surtout de qualité.
Trade Safe
Michael

promospeciale

Débuter en Bourse : Le PER

Audience de l'article : 864 lectures
C’est sûrement un terme que vous avez déjà entendu parler, mais vous ne savez pas de quoi il en retourne exactement. Je vais comme d’habitude essayer d’être le plus simple possible.

Premièrement, le PER fait partie des ratios de valorisation d’une entreprise parmi les plus connues et donc le plus regardé.

Le PER pour Price Earning Ratio, (à ne pas confondre avec le PER bien français qui veut dire Plan Épargne Retraite) est le rapport entre la valeur boursière de l’entreprise et ses profits.

Pour obtenir le PER, vous avez deux possibilités, soit vous divisez la capitalisation boursière de la société par son résultat net soit vous calculez ce ratio en divisant le cours de l’action par le Bénéfice et par Action (BPA).

Pour calculer ce ratio, il faut les données de résultats que transmet obligatoirement la société. En fonction des différentes dates de parution de résultats, nous pouvons avoir plusieurs ratios. Si vous souhaitez calculer le ratio sur le dernier rapport trimestriel, nous parlons de PER glissant et si vos travaillez avec les données prévisionnelles, nous parlons alors de PER projeté.



Le PER vous permet de calculer le nombre d’années de bénéfices que vous êtes près à payer lorsque vous vous rendez possesseur d’une action.

Exemple. Une action vaut 10€ et son BPA est de 1€. Le PER sera égal à 10, ce qui veut dire vous devrez attendre 10 ans pour rentabiliser votre investissement.

Si bien sûr le PER augmente au fur et à mesure des années, le retour sur investissement sera lui aussi raccourci. Le premier réflexe à avoir est de comparer le PER de l’année en cours vs N-1. Si le PER actuel est inférieur à celui de l’année précédente, nous pouvons en déduire une augmentation des profits.

Pour savoir si le PER est intéressant, il est judicieux, voire recommandé de comparer des sociétés du même secteur.

Maintenant que nous avons vu la base technique, à quoi va bien pouvoir vous servir de ratio ?

Quel est le bon PER et faut-il baser son analyse sur ce seul critère ?

Bien sûr que non, un critère comme le PER vous donne une indication comme tout autre critère, c’est le croisement de divers critères qui pourront appuyer ou non une prise de décision.

Il est d’usage de dire qu’un PER situé entre 10 et 17 est plutôt un PER sain. Inférieur à 10, soit le titre est sous-évalué soit la société prévoit de futurs déficits. Supérieur à 17, il est considéré comme une surévaluation du titre soit une annonce de bénéfices dans un proche avenir. Vous pourriez alors légitiment me dire que plus le PER est haut mieux c’est, car gros PER = gros bénéfices à venir. Oui et non, car comme je viens juste de vous l’écrire, il peut s’agir aussi d’une surévaluation du titre. D’ailleurs un PER supérieur à 20-25 est souvent un signe de bulle spéculative ou d’un gros bénéfice prévisionnel. Oui je sais, ce n’est jamais simple !!! Bref au-dessus de 25, méfiance quand même, une cupidité exacerbée pourrait vous coûter cher.

Faut-il alors privilégier un PER faible avec une perspective d’une évolution du titre puisque cours sous-évalué ou un PER élevé avec une perspective d’un gros bénéfice ? Je dirai que tout dépend de votre profil d’investisseur.

Prenons l’exemple d’un PER un peu cher. Souvenez vous un PER dans cette situation signifie que le cours est soit sous-évalué soit que la société prévoit de gros déficits. Prendrez-vous le risque de voir la société plomber ses résultats et ainsi lors de la prochaine annonce voir son cours dévisser à la baisse ? Comme d’habitude, tout est question de risk /reward.

Si je prends l’exemple inverse d’un PER un peu élevé, cela signifie généralement que les investisseurs sont plutôt confiants sur l’avenir de l’entreprise en termes de croissance à moyen et long terme. C’est souvent le cas pour les entreprises plutôt reconnues comme étant de bonne qualité. La contrepartie est que ces belles sociétés doivent respecter leurs actionnaires en proposant régulièrement de bons résultats afin de ne pas les décevoir. De mauvaises nouvelles ont tendance alors à faire chuter rapidement les cours de bourse, car dans ce cas, cela impactera plus facilement et violemment le cours sur le marché.

Puisque rien n’est jamais simple, le PER peut aussi vous induire en erreur, car il ne se focalise que sur la valeur comptable de l’entreprise. Du coup, un petit coup d’œil sur le flux de trésorerie, le tableau des actifs/passifs et les comptes de résultat ne serait pas inutile. Warren Buffet ne s’arrête pas que sur le PER pour investir, mais étudie tous les documents comptables et financiers de la société en question.

Si je voulais rentrer plus dans les détails techniques, je vous dirais qu’il faut en plus prendre en compte plusieurs années ainsi que l’impact de l’inflation, qui fait gonfler les prix donc artificiellement gonfler les bénéfices, etc, etc ..

Donc oui le PER peut vous donner une indication, mais non, il ne se suffit pas à lui-même pour prendre une décision finale d’investissement.

Trade Safe,

Michael
michael-roussel-3-indicateurs
Poster un commentaire