Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Michael Rousselle

Michael Rousselle

Conseiller patrimonial habilité, Investisseur en immobilier, Trader d'options pour compte propre, auteur, coach, chef d'entreprise.
Je vis actuellement en famille, à Phoenix en Arizona, un magnifique État de l'Ouest américain.

Après plus de 20 ans comme cadre commercial, je plaque une situation pourtant confortable pour ouvrir ma boîte aux US. Il paraît qu'il faut vivre ses rêves !!! Un de fait.

Passionné de trading depuis de nombreuses années, je franchis le pas en 2007. Pas vraiment le meilleur timing. Après une longue période de pertes et de doutes, je rencontre des Traders professionnels qui m'apprennent ce qu'est réellement le trading. Je me suis spécialisé dans les options depuis 2012 et uniquement sur le marché US. Je fais aussi quelques actions en swing trading, et je me construis tranquillement un portefeuille de dividendes à travers les REIT.
J’ai répondu à l’appel de Charles car j’aime partager mes connaissances et transmettre le savoir. J’espère qu’il vous sera utile et surtout de qualité.
Trade Safe
Michael

promospeciale

Débuter en bourse : La volatilité partie 2

Audience de l'article : 910 lectures
J’avais abordé la volatilité, il y a quelques mois dans un précédent édito. Comme en ce moment, ce mot revient sur toutes les langues, je vous propose une partie 2 un peu plus technique mais très enrichissante.

En ces temps de volatilité et face aux différentes questions reçues, je voulais compléter la première vidéo faite sur la volatilité puisque c’est un point essentiel à comprendre pour tout investisseur surtout si vous voulez trader les options.

Le marché boursier peut être un endroit très volatil, avec des fluctuations annuelles, trimestrielles, voire quotidiennes très importantes de l’ordre de plusieurs pourcents.

Bien que cette volatilité puisse présenter un risque d'investissement important, lorsqu'elle est correctement exploitée, elle peut également générer des rendements solides pour les investisseurs avisés.

Les points clé à retenir sont que la volatilité des marchés boursiers est généralement associée au risque d’investissement, cependant, il peut également être utilisé pour bloquer des rendements supérieurs.

Pour reprendre la définition, la volatilité est une mesure de la dispersion autour du rendement moyen d'un titre.

La volatilité peut être mesurée à l'aide de l'écart-type, qui indique à quel point le prix d'une action est regroupé autour de la moyenne mobile.

Lorsque les prix sont étroitement regroupés, l'écart-type est faible. À l'inverse, lorsque les prix sont largement répartis, l'écart-type est important.

Des écarts-types plus importants indiquent une plus grande dispersion des rendements ainsi qu'un plus grand risque d'investissement.

Dans un rapport de 2011, Crestmont Research a étudié la relation historique entre la performance boursière et la volatilité.

Pour son analyse, Crestmont Research a utilisé la fourchette moyenne de chaque jour, pour mesurer la volatilité de l'indice Standard & Poor's 500.

Leurs recherches ont révélé qu'une volatilité plus élevée correspond à une probabilité plus élevée de baisse du marché, tandis qu'une volatilité plus faible correspond à une probabilité plus élevée de hausse du marché.

Les investisseurs peuvent utiliser ces données sur la volatilité à long terme des marchés boursiers pour aligner leurs portefeuilles sur les rendements attendus associés.

Par exemple, lorsque la fourchette moyenne quotidienne de volatilité du S&P 500 est faible avec un premier trimestre de 0 à 1%, les chances de marché haussier sont élevées.

Les chances que le marché soit haussier est de 70% pour les données mensuelles et de 91% pour une donnée annuelle.

Les investisseurs pourraient bénéficier de gains de 1,5% par mois et 14,5% par an.

Lorsque la fourchette journalière de volatilité moyenne monte au quatrième trimestre de 1.8% à 2.6%, il y a une probabilité de perte de -0,8% pour le mois et de -5,1% pour l'année.


Les Facteurs affectant la volatilité peuvent être des facteurs économiques régionaux et nationaux, tels que les politiques fiscales et de taux d'intérêt.

Elles peuvent contribuer de manière significative au changement d'orientation du marché, influençant ainsi potentiellement et considérablement la volatilité.

Par exemple, dans de nombreux pays, lorsqu'une banque centrale fixe les taux d'intérêt à court terme pour les emprunts à vue des banques, leurs marchés boursiers réagissent souvent violemment.

Les changements dans les tendances de l'inflation, ainsi que les facteurs de l'industrie et du secteur, peuvent également influencer les tendances et la volatilité à long terme des marchés boursiers.

Par exemple, un événement météorologique majeur dans une zone clé de production de pétrole peut déclencher une augmentation des prix du pétrole, qui à son tour fait grimper le prix des actions liées au pétrole.

Pour évaluer la volatilité actuelle du marché, les investisseurs se réfèrent à l'indice de volatilité plus connu sous le ticker VIX du Chicago Board Options Exchange (CBOE).

Cet indice aussi appelé à tort l’indice de la peur, détecte la volatilité du marché et mesure le risque des investisseurs, en calculant la Volatilité Implicite (IV) des prix d'un panier d'options de vente et d'achat sur l'indice S&P 500 à 30 jours de maturité.

Une lecture VIX élevée marque des périodes de volatilité plus élevée du marché boursier, tandis que des lectures faibles marquent des périodes de volatilité plus faible. Jusque là, tout semble logique

De manière générale, lorsque le VIX augmente, le S&P 500 baisse, ce qui signifie généralement un bon moment pour acheter des actions ou passer des contrats d’options.

Le niveau plus élevé de volatilité qui accompagne les marchés baissiers peut avoir un impact direct sur les portefeuilles, tout en ajoutant du stress aux investisseurs, alors qu'ils regardent la valeur de leurs portefeuilles s'effondrer. Cela incite souvent les investisseurs à rééquilibrer la pondération de leur portefeuille entre actions et obligations, en achetant davantage d'actions, à mesure que les prix baissent. De cette façon, la volatilité du marché offre une lueur d'argent aux investisseurs, qui capitalisent sur la situation.

J’espère avoir une fois de plus démystifié la volatilité et les craintes qu’elle génère. Elle est pour les traders d’options une source de profit intéressante car on sait l’exploiter.

Trade Safe

Michael

michael-roussel-3-indicateurs
Poster un commentaire