Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Sacha Pouget

Sacha Pouget

J'ai une expérience de 10 ans en salle de marchés chez BNP Paribas, Royal Bank of Canada et Crédit Agricole Cheuvreux. Je me focalise uniquement sur les société de Biotechnologie, qui disposent des plus forts catalyseurs de hausse sur le marché en un minimum de temps. Je m'intéresse plus particulièrement aux sociétés qui disposent d'un Momentum avec un calendrier favorable pour leurs publications d'études cliniques.

Je tire ma performance de ma stratégie de trading parfaitement adaptée aux sociétés de biotechnologie (la stratégie PRE-CATALYSTE), qui m'a permis de multiplier mon capital par plus de 3 en 3 ans (mes clients en sont témoins) tout en ayant un risque maîtrisé. Auteur d'un Livre sur les investissements dans le secteur de la Santé, j'ai développé des méthodes d'analyse et de sélection de valeurs propres à mon secteur. 

Mes modèles d'inspiration sont Paul Tudor Jones et Jean-Marie Eveillard pour l'aspect Gestion – Money management, et les livres de Mike Havrilla "The Ultimate Guide to Biotech Stocks" et de Tony Pelz "The Biotech Trader Handbook" pour l'aspect trading. Mon site internet : http://sachapouget.com/

Mes PDF gratuits

ebooksachapouget

- Comment je travaille ?

- Quels courtiers, quels tarifs pour acheter les valeurs du secteur santé biotech ?

- Mon journal de bord intégral lors de ma performance de +41% au T3 2012

Cliquez ici pour recevoir les liens pour télécharger ces infos

promospeciale

La montée d'un Fonds dans le Capital est-elle un signal Positif pour un titre ?

Audience de l'article : 5421 lectures

Certains avancent que la montée d'un Fond dans le Capital d'une société cotée est souvent bon signe. Ceux-là estiment que les fonds sont mieux informés. Et qu'ils ont une bonne raison pour justifier leur investissement. Or, l'histoire récente nous a montré que ce n'était pas toujours le cas: même les meilleurs se trompent! On a ainsi pu se rendre compte de certaines décisions d'investissement dommageable ces derniers temps. Cela va de la décision de Wendel d'investir dans Saint Gobain, ou encore de Bernard Arnault et Colony Capital dans Carrefour… Prenons deux exemples récents : SAC CAPITAL + OREXIGEN et DASSAULT + TRANSGENE.

 

 
Le Cas Wendel + Saint Gobain: Lorsque Wendel est rentré au Capital de Saint Gobain (en 2007), celui-ci a eu recours à un fort effet de levier. Autant dire que son pari était le fruit d'une réflexion aboutie. Le groupe familial avait dans un premier temps annoncé être détenteur de 6% du Capital, avant de renfoncer jusqu'à 21%. Il s'avère que suite à cette montée dans le Capital, la Commission des sanctions de l'AMF a infligé à Wendel et à Jean-Bernard Lafonta, président du directoire à l'époque des faits, une sanction pécuniaire de 1,5 million d'euros chacun pour défaut d'information du marché sur la préparation de la montée de Wendel au capital de Saint-Gobain (voir PDF Ici).
 
 
Sur les 4,85 milliards d'euros investis, seulement 1,4 milliard a été réglé sur fonds propres. Wendel a acheté 66,8 millions de titres environ pour un investissement de plus de 5 milliards d'euros, soit un prix d'entrée à 72,55 euros par action. 
Au cours actuel de Saint-Gobain, de 42 euros par action, Wendel détient toujours 17,50% du capital de Saint Gobain. La moins-value latente de Wendel atteint désormais 1,65 milliard d'euros à ce jour, soit davantage que les fonds propres investis.
 
 
Le Cas Carrefour + Colony Capital/Bernard Arnault: En Mars 2007, Bernard Arnault et Colony Capital entrent au capital de Carrefour. Les deux alliés annoncent alors une participation de 10% du géant de la distribution. Au fur et à mesure, leur participation a augmenté, jusqu'à détenir environ 15% du Capital en Janvier 2011 (source: Cortal). Avec un prix de revient de 48 Euros, la perte sèche est de presque un Milliard € (le cours de Carrefour est de 31 € en ce moment). Quatre ans après leur flair, il semble que Bernard Arnault et Colony Capital aient connus meilleure fortune. 
 
 

 

 

 

 

Le Cas SAC CAPITAL + OREXIGENEtant un Investisseur particulièrement actif dans le Secteur Santé, laissez-moi vous prèsenter un Episode tout aussi prèjudiciable que les deux précédentsSteve Cohen, est un richissime magna de la Finance. Fondateur du Hedge Fund "SAC Capital", il a joué sur les subprimes au plus fort de la crise. Sa fortune était alors estimée à quelques 6,8 milliards $ (47ème fortune des Etats-Unis). Le 31 Janvier 2011Steve Cohen est monté au Capital sur la Biotech cotée sur le Nasdaq OREXIGEN, en ramassant plus de 2,37 millions de titres (soit 5% du capital). Cette montée dans le capital était intervenue juste avant la décision programmée le 1er Février de la FDA pour le Contrave - un médicament développé par Orexigen pour traiter l'obésité.
 
 
J'ai déjà abordé la société OREXIGEN dans divers articles, permettant au passage à certains investisseurs qui m'ont suivi d'empocher de juteuses plus values (comme Zagnam). J'avais donné un objectif de +100% en deux mois lors de la parution de mon article le 17 Septembre (voir mon article ICI). Le 8 Décembre, cet objectif était atteint (voir mon article ICI). Pour ma part, j'aurai empoché 49% de plus value sur ce trade (justification ICI). Force est de constater que SAC Capital aura été moins inspiré. Leur investissement leur a fait perdre près des ¾ de sa valeur en une journée.
 
 
En fait, le pari de Steve Cohen était simple: ramasser des titres pour jouer sur l'approbation du Contrave par la FDA. Retour sur les faits du cas OREXIGEN – SAC CAPITAL.
 
 
Orexigen: un Gros Potentiel de valorisation
 
 
Deux comprimés deux fois par jour pour perdre au moins 5% de son poids, sans connaître d'effets indésirables : la pilule miracle de la Biotech OREXIGEN aurait-elle ces vertus ? Enjeu : des ventes annuelles qui pourraient atteindre 1,2 milliards $ d'ici 2018 (selon les données de BioMedTracker) contre seulement 382 millions $ en 2009 (selon IMS Health). 
 
 
Le comité d'experts de la FDA devait se réunir le 7 Décembre 2010 pour voter la recommandation de mettre sur le marché le Contrave. A l'unanimité, le 7 Décembre (à 13 voix contre 7), le comité s'est prononcé pour que le Contrave d'OREXIGEN (OREX) soit mis sur le marché. Selon le Panel d'experts, les avantages de perte de poids observée avec le Contrave l'emportaient sur la sécurité du médicament (préoccupations des risques cardiaques). Michael Narachi, le chef de la direction d' Orexigen a déclaré suite à ce vote : "nous nous sommes engagés à travailler pour fournir de nouvelles options thérapeutiques dans la gestion de l'obésité et aider les médecins pour réduire cette épidémie. Nous croyons que le Contrave, si il est approuvé, pourrait être une alternative importante aux options thérapeutiques limitées qui sont actuellement disponibles". Car il faut savoir que le Contrave avait donc été recommandé par les Experts. Mais en dernier ressort: c'est la FDA qui décide! Autrement dit: ce n'ets pas parce que les Experts ont voté en faveur du Contrave que la FDA décidera de son autorisation de mise sur le marché.
 
 
SAC CAPITAL: le Ticket de Loto pour Orexigen
 
 
On s'est rendu compte auparavant que la FDA ne suivait pas toujours les recommandation du Comité d'experts (qui a un rôle uniquement consultatif). Et ça, Steve Cohen et SAC CAPITAL on sans aucun doute omise de regarder les réalités des approbations de médicaments. En effet, les statistiques sont sans appel. J'ai d'ailleurs écrit un article à ce sujet le 3 Mars 2011 sur mon Blog perso ("Les Panels FDA analysés. Non = "NON!" ; Oui = "Peut-être"" ; Lien ICI). En 2010, la FDA est allée à l'encontre de la recommandation positive des Comités d'Experts 5 fois sur 10. Cela signifie qu'alors même que les médicaments avaient connu un vote positif du comité consultatif, le médicament était finalement refusé dans 50% des cas. Bref, un vote positif ne préjuge en rien d'une approbation de la FDA. Je dirai même que dans ce cas, si un investisseur mise sur une approbation suite à un vote positif des Experts: il risque d'aller au casse pipe. Autant jouer à la roulette russe! C'est ainsi que je spécifiais le 8 Décembre (suite au vote favorable des Experts le 7 Décembre) que "tout n'était pas gagné pour autant pour Orexigen" (Lien ICI).
 
 
En matière d'approbation d'un médicament, la clé de la réussite est un bon compromis bénéfice/risque. Orexigen avait mis en avant qu'une perte de poids, même modeste, pouvait améliorer considérablement la santé d'un patient en réduisant le risque pour les maladies chroniques liées à l'obésité comme le diabète et les maladies cardiaques. A propos du bénéfice : comme nous le montre ce tableau, le Contrave d'Orexigen n'était pas plus efficace. Il était en ligne par rapports à ses deux concurrents. Disons que le Contrave remplissait les critères d' efficacité de la FDA : au moins 35 % des patients étudiés ont perdu au moins 5 % de leur poids (le double du placebo).
 
 
Je précisais le 8 Décembre que la grande différence venait en fait des risques (effets secondaires). Aux vues des effets indésirables, le panel consultatif de la FDA a jugé que le Contrave disposait d'une bonne sécurité. Il faut dire que le Contrave avait un avantage certain : ce médicament est un cocktail de deux molécules déjà approuvées (le bupropion, un antidépresseur également utilisé pour cesser de fumer, et le naltrexone, un traitement de l'alcoolisme et de la toxicomanie). 
 
 
Avant cette annonce du 7 Décembre, la principale interrogation résidait dans le fait de savoir si OREXIGEN pouvait réussir là où ses rivaux avaient échoué, pour exploiter le marché de l'obésité. Les analystes de JP Morgan n'ont pas manqué de souligner le point crucial sur lequel le comité consultatif de la FDA allait devoir statuer : "il est clair que la discussion sur la sécurité sera une fois de plus la clé, en particulier en ce qui concerne le risque cardiovasculaire" ont précisé les analystes à Reuters avant le verdict de la FDA. C'est aussi ce que j'avais soulevé au mois de Septembre dans mon article initial. 
 
 
SAC CAPITAL s'en mord les doigts
 
 
Une fois le vote favorable des Experts pour le Contrave, la prochaine Etape consistait au verdict final de la FDA sur son Approbation. Toute la question était de savoir si la FDA allait suivre le vote des Experts. La date de la décision de la FDA était fixée pour le 1er Février 2011.
 
 
Pour jouer sur l'Approbation, SAC CAPITAL a donc misé 35 millions $ le 31 Janvier… soit un jour avant le verdict de la FDA. Une position ultra risquée. Qui aurait pu être un signal de confiance, aux vues de la réputation de son gérant, Steve Cohen. Or, il s'avère que le 1er Février, la FDA refuse de mettre sur le marché le Contrave. Le cours d'Orexigen perd alors 72,50% en clôture. Et SAC CAPITAL subit une perte de 20 millions $ en un jour sur ce trade (source: ICI).
 
 
CONCLUSION
 
 
J'aurai tendance à dire que même les financiers les plus avertis peuvent se tromper… Dans le cas de Transgene, Dassault souhaite jouer la Recovery de la société, qui a perdu -15% depuis le début de 2011. Cependant, le pari de Dassault diffère de la stratégie de SAC Capital. Ce dernier souhaitait jouer une annonce de premier plan. Pour ma part, je juge le pari de Dassault risqué. Rien ne garantit que leur investissement leur fera gagner de l'argent. Imaginez la chose suivante: que ce serait-il passer si vous aviez suivi SAC CAPITAL le 31 Janvier en vous embarquant dans un trade sur l'approbation du Contrave ? Je pense que vous auriez été mal inspiré et que vous vous en seriez mordu les doigts! Pour Transgene, l'avenir nous dira si Dassault était bien inspiré… ou s'ils se sont crashés. Selon moi, cela leur a permis d'abaisser leur prix de revient. Mais il est encore bien trop tôt pour tirer quelconque conclusion hâtive.
 
Sacha Pouget

 

Poster un commentaire

11 commentaires