Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Sacha Pouget

Sacha Pouget

J'ai une expérience de 10 ans en salle de marchés chez BNP Paribas, Royal Bank of Canada et Crédit Agricole Cheuvreux. Je me focalise uniquement sur les société de Biotechnologie, qui disposent des plus forts catalyseurs de hausse sur le marché en un minimum de temps. Je m'intéresse plus particulièrement aux sociétés qui disposent d'un Momentum avec un calendrier favorable pour leurs publications d'études cliniques.

Je tire ma performance de ma stratégie de trading parfaitement adaptée aux sociétés de biotechnologie (la stratégie PRE-CATALYSTE), qui m'a permis de multiplier mon capital par plus de 3 en 3 ans (mes clients en sont témoins) tout en ayant un risque maîtrisé. Auteur d'un Livre sur les investissements dans le secteur de la Santé, j'ai développé des méthodes d'analyse et de sélection de valeurs propres à mon secteur. 

Mes modèles d'inspiration sont Paul Tudor Jones et Jean-Marie Eveillard pour l'aspect Gestion – Money management, et les livres de Mike Havrilla "The Ultimate Guide to Biotech Stocks" et de Tony Pelz "The Biotech Trader Handbook" pour l'aspect trading. Mon site internet : http://sachapouget.com/

Mes PDF gratuits

ebooksachapouget

- Comment je travaille ?

- Quels courtiers, quels tarifs pour acheter les valeurs du secteur santé biotech ?

- Mon journal de bord intégral lors de ma performance de +41% au T3 2012

Cliquez ici pour recevoir les liens pour télécharger ces infos

Les estimations de Croissance 2011 et 2012 sont fortement abaissées. Tour d'horizon des prévisions

Audience de l'article : 3379 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Dans un contexte économique dégradé, les analystes sont toujours entrain d'affiner l'analyse conjoncturelle des Etats-Unis et de la Zone euro. Les deux thémes qui cristallisents toutes les attentions sont bien entendu la Dette et la Récession. Alors qu'on avait connu une baisse des tensions autour des craintes de récession entre le 8 et le 15 Août (voir Google Trends), celles-ci sont reparties à la hausse à partir du 15 Août avec la parution de cinq révisions à la baisse des prévisions sur la croissance de grandes banques amèricaines qui ont pesé sur les Marchés.

Voyons ou nous en sommes du côté des prévisionnistes en ce qui concerne la Récession, alors que des chiffres très importants sur le PIB amèricain vont être publiés le 26 Août.


 
 
Au 9 Août, 85% des analystes (35/41 d'après Reuters) avaient d'ores et déjà revus à la baisse leurs prévisions pour le PIB amèricain du 3éme trimestre. La semaine du 15 au 19 Août aura été l’occasion pour plusieurs banques de dégrader leurs prévisions de croissance pour 2011 et 2012. Petit tour d’horizon :
 
 
 
  • Morgan Stanley
 
 
 
Le 17 Août, Morgan Stanley s’inquiétait de la situation économique actuelle dans une Note de 18 pages intitulée « Global Economics: Dangerously Close to Recession ». Pour le moment, le Courtier n'ètablit pas son scénario central en tablant sur une Récession. Voici ce que MS a justifié dans sa dernière Note:
 
 
"Nous sommes dangereusement proche de la récession, mais ce n'est pas notre scénario de base. Nous n'y croyons pas car:


i) le secteur de l'industrie semble être en bonne santé,
ii) les revenus des ménages seront soutenus par une inflation plus faible,
iii) nous nous attendons à davantage d'action des banques centrales, y compris des réductions de taux et l'usage d' assouplissement quantitatif (Fed et BCE)".

 
Voici les prévisions de Morgan Stanley:
 
 
Source: Morgan Stanley - « Global Economics: Dangerously Close to Recession »
 
 
On relève au passage que les révisions de croissance de Morgan Stanley sont drastiquement revues à la baisse dans les pays développés en 2012 (de -30% pour les pays du G10). Les estimations sont ainsi revues en baisse de 30% aux US et de 50% au Japon et en Europe.

 
Curieusement, Morgan Stanley a seulement abaissé de 10% ses prévisions sur les pays émergents.  Je reviendrai sur ce point dans un autre article, puisque je partage cette analyse. 
 
 
 
  • Goldman Sachs
 
 
 
Le 18 Août, Goldman Sachs a annoncé abaisser ses prévisions de croissance pour les US et l’Europe en 2011 et 2012. La grande banque US a abaissé ses prévisions pour les US en 2011 de 1,8% auparavant à 1,7% et de 3,0% à 2,1% en 2012. Pour l’Europe, GS établit une prévision 2011 de 1,9% contre 2,1% auparavant et de 1,4% contre 1,7% en 2012 :
 
 
 
Source: via Tyler Durden
 
Abby Joseph Cohen, gourou de Wall Street et principale analyste financière de Goldman Sachs, indiquait dans une interview à CNBC le 19 Août :
 
 
« Soyons très clairs, il y a quelques soucis fondamentaux, mais notre sentiment est que la valorisation du marché américain est déjà établie à partir d'un scénario de prix très bas » avant d’ajouter que «  les marchés pourraient pricer une récession, mais un ralentissement sévère de l'économie américaine est un scénario peu probable ».
 
 
Elle précise que « les niveaux actuels sur le S&P 500 laissent envisager de nombreuses années d'absence de croissance des bénéfices. Pour nous, cela ne semble pas être le scénario le plus probable » et justifie plusieurs catalyseurs potentiels pour soutenir le marché, comme « l'amélioration des ventes au détail, des créations d'emplois et les résultats des entreprises américaines ».
 
 
 
Des révisions à la baisse de Goldman Sachs à attendre ?
 
 
 
A la lecture de cette Note, j’estime qu’il y a encore une marge pour des révisions à la baisse, principalement dans la composante des Dépenses de consommation :
 
 
 
Je ne suis pas d'accord avec les prévisions et le point de vue de Goldman Sachs. Pour moi, les prévisions de GS sont encore trop optimistes, et ne tiennent pas compte des dernières données statistiques notament en ce qui concerne la Consommation des mènages qui comptent pour 70% de la croissance du PIB amèricain. Cela mèrite qu'on s'y attarde un peu.
 
 
En effet, Goldman s'attend à dépenses réelles de consommation au-dessus de zéro, à 1% pour le T3. D'une part, une croissance de 1% des dépenses de consommation personnelle n'est pas assez pour sortir du malaise économiqueD'autre part, si l’on regarde les précédentes données, ces chiffres seraient une très bonne nouvelle (voir le blog d’ Anthony B. Sanders, professeur de Finance à l’Université de Washington). 
 
 
Les chiffres de la confiance des consommateurs de l’Université du Michigan, publiés le 12 Août, ont reflété l’idée que beaucoup d'Américains ne voient pas de reprise. L’indice de confiance a plongé à 54,9 points contre des attentes de 63,0 points. C’est une chute de 13,8 points par rapport aux chiffres de Juillet de 63,7. Les 2/3 de tous les consommateurs ont même indiqué que l'économie avait récemment empiré, et seul 1 sur 5 anticipait une amélioration au cours des années à venir.
 
 
Cette inquiètude est appuyée par le sondage Gallup du 18 Août, plus axé sur la politique, qui est au plus bas depuis 2008 - avec de fortes inquiétudes dans l’emploi, l’économie et les déficits. Le dysfonctionnement politique à Washington sur la question du plafond de la dette y est certainement pour quelque chose.
 
 
Selon moi rien ne devrait s’arranger: le moral sera toujours en berne dans les mois qui viennent ce qui impactera les dèpenses de consommation. Le seul point positif sur ce terrain concerne une pression inflationniste qui devrait baisser (comme l'a souligné d'ailleurs Morgan Stanley dans sa Note du 17/08).
 
 
Aussi, dans la partie Investissements des entreprises, je pense que les estimations de +2,5% de Goldman Sachs sont encore trop optimistes (voir le dernier Philly Fed qui est au plus bas depuis Mars 2009 avec des résultats pires que mauvais). Certains analystes notent tout de même que les Investissements pourraient être soutenus par des taux d'emprunt accomodants.
 
 
 
  • JP Morgan, Citigroup, Wells Fargo
 
 
 
Vendredi 19 Août, c’était au tour de Citigroup et de Wells Fargo qui abaissaient leurs prévisions de croissance du PIB amèricain pour 2012 à 2.1% contre 2.7% auparavant pour Citigroup et de 1,1% contre 1,9% pour Wells Fargo. JP Morgan leur a emboité le pas un peu plus tard dans la journée, passant de 1,5% à 0,5% au 1er trimestre 2012 et de 2,5% à 1% au Quatrième trimestre 2011 pour les US. Ces derniers estimaient dans leur rapport, je cite, « que les risques de récessions étaient clairement élevés ».
 
 
 
  • Conclusion
 
 
Pour rèsumer, deux éléments peuvent faire pencher la balance économique des pays avancés:
 
 
-une poursuite de la chute boursière: la transmission de la panique des marchés financiers sur les entreprises et les ménages pourrait avoir des effets très nègatifs. Cela plomberait la consommation, et surtout cela inciterait les entreprises à reporter, voire annuler, leurs projets d'investissements
 
 
-l'austérité: elle pourrait créer en Europe et aux Etats-Unis un cercle vicieux défavorable à la croissance. Pour réduire leur dette et leur déficit, les Etats coupent dans leurs dépenses sociales, d'investissement et de soutien à la croissance. Résultat: les ménages ne consomment plus, l'activité des entreprises ralentit, ce qui rapporte moins de recettes fiscales. Le déficit se creuse alors encore plus.
 
 
En ce qui concerne les prévisions, on attend de voir les dècisions des autres grandes Banques plus tard cette semaine. Elles ne devraient être guerre plus rèjouissantes. On suivra aussi avec grande attention les chiffres prèliminaires du PIB amèricain le 26 Août à 14h30
 
 
D'un point de vue Macro : en cas de chiffres infèrieurs aux attentes, les èconomistes pourraient alors devenir une majorité à envisager une Récession dans les 6 à 12 mois.
 
 
Pour information, le consensus du PIB est à +1,1%:
 
 
 
Source: Forex Factory
 
 
Du côté des Marché Actions: si de mauvais chiffres sont publiés, le consensus du Bénéfice Par Action pour 2012 des sociétés du S&P 500 devrait être abaissé. Au 17/08, le consensus établi par 13 Grandes Banques US pour le BNA est de 103.75, avec une fourchette située entre 102 et 108$ (soit un PER 2012 actuel de 10,82). En attendant, on devrait assister à un marché encore très volatil.
 
 
NB : le même jour que la publication du PIB, Ben Bernanke fera une dèclaration. Si on ajoute à cela les chiffres de l'emploi qui seront publiés le Jeudi 25 Août: la fin de semaine sera Hot
 
 
Sacha Pouget
 
Poster un commentaire