Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
ISF

ISF

Toute l'actu sur l'ISF traitée par l'équipe Objectifeco

promospeciale

Les gochos s'extasient sur les derniers chiffres des nouveaux riches de plus en plus nombreux en France - les fameuses inégalités - vite plus de taxes encore

Audience de l'article : 1700 lectures
Un paradoxe bien rose : les riches sont de plus en nombreux en France et leur patrimoine augmente de manière conséquente

isf record

Entre 2013 et 2014, le nombre d’assujettis à l'ISF a flambé de 6%, de 312 406 à 331 010. La valorisation totale des patrimoines déclarés s'élève 476,28 milliards d’euros en 2014 contre 433,47 milliards d'euros en 2013, soit une hausse de près de 10% ! Les valeurs immobilières ont crû de 8,2 % et les valeurs mobilières de 10,8 %.


Comment expliquer ces hausses successives ? Effet boule de neige, réaction en chaine

Un premier facteur

- l'augmentation d'environ 20% du CAC 40 sur un an : conséquence, les revenus boursiers ont explosé. Les capitaux détenus à l'étranger ont fait ainsi grossir la base imposable de l'impôt sur la fortune.
Résultat : l’impôt sur la fortune a rapporté à l’Etat 5,19 milliards d’euros en 2014 contre 4,39 milliards en 2013, soit une progression de 18 %.

Un deuxième facteur

- les patrimoines supérieurs à 10 millions € enregistrent les plus fortes hausses, avec une valeur moyenne patrimoniale assujettie à l'ISF de 2.7 millions €.
Résultat : l'augmentation du rendement de l’ISF et du nombre d’assujettis, amène un panel plus important de bénéficiaires au dispositif de plafonnement de cet impôt.

La facture s'alourdit

 
Nouveau dispositif socialiste (Plafonnement ISF)

2013

2014

Coût

729 millions €

926 millions € (selon la presse spécialisée) +27%

905 millions € (selon Bercy qui conteste les chiffres précédemment cités)


1143348 plafonnement-de-lisf-la-facture-salourdit-pour-letat-web-tete-021253155038 660x342p


Au départ sous le gouvernement de droite

Nicolas Sarkozy, en 2007, a abaissé le seuil de l'ISF à 50 %.

2011 : le président abandonne le bouclier fiscal. Il relève le seuil d'assujettissement à l'ISF à 1.3 million € contre 800 000 € auparavant. Il réduit le nombre de tranches du barème de 7 à 5. Le taux marginal d’imposition applicable pour la tranche supérieure à 10 millions d’euros est également abaissé de 1,8 % à 1,5 %.

Fin 2011 : le nombre d’assujettis a plongé de presque 50% et le rendement de l’ISF a légèrement diminué.


Aujourd'hui, les socialistes ont osé créer un "enfer fiscal"

François Hollande et la gauche revenus au pouvoir 2012 veut marquer d'avantage sa rupture avec la droite.

En 2012, sans revenir sur le barème mis en place précédemment, la gauche instaure une « surtaxe ISF ». Grâce au produit de cette « contribution exceptionnelle », le rendement de l’ISF se dresse à un niveau de 5,04 milliards contre 4,32 l’année 2013.

Fin 2012 : les chiffres divulgués par Bercy créent un véritable scandale. On apprend que 8 810 foyers fiscaux ont été imposés à plus de 100 % de leurs revenus de 2011, soit un total de 37 million €.


L'enfer fiscal gagne de l'ampleur

Sous la pression du conseil constitutionnel, le gouvernement fléchit, le seuil de l'ISF est rétabli à 75%.
Face à la grogne ambiante, il introduit un certain nombre de règlementations afin d’éviter les montages d’optimisation fiscale qui permettraient à un nombre croissant de hauts patrimoines d’atteindre plus vite le plafond.

Fin 2013, nouveau retournement de situation, le gouvernement revient sur ces mesures et modifie de ce fait son dispositif.

Aujourd’hui, le coût du plafonnement de l'ISF atteint un niveau record (cf le tableau ci-dessus).


Des conséquences désastreuses

Les départs à l’étranger de contribuables aisés explosent. Les patrimoines de plus de 100 000 €, à s'être installés hors de France, sont recensés à 3 744 en 2013. 40% de plus qu'en 2012.

Le nombre de départs de contribuables à l’ISF, s’élève quant à lui à 714 en 2014, soit 15 % de plus que l’année précédente.
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire archant dimanche, 20 septembre 2015 12:52 Posté par archant

    Le titre GOCHO nuit à l'article. c'est une agression. Chacun a le droit d'avoir la sensibilité politique qui lui convient. on a l'impression que tous ceux qui sont gocho sont des cons