Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne !

Je vis en contraste extrême entre Bangkok la sauvage torride et la jungle encore préservée du sud pacifique du Costa Rica. 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.



Inscription à ma newsletter BOURSE / INVESTIR / PRODUCTIVITE 
(2 emails par mois)

==> C'est ici

Charles-Dereeper

charlesjungle
NOUVEAUTE 2017


Suivez mes "conneries" et ma life sur INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Un exemple du racket de l'Etat Français sur ses concitoyens dans l'immobilier - témoignage d'une lecteur que je commente ensuite

Audience de l'article : 3964 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions
Votez pour cet article
(3 Votes) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
bonjour Charles

voici un exemple assez edifiant du racket de l'état français sur le contribuable modeste que je suis.

J'herite voici 3 ans d'un terrain constructible au deces de mon oncle, moitié à lui moitié à mon père qui me donne sa part soit un terrain d'une valeur de 500 000 € je regle les frais de succession de 55 % sur la part de mon oncle  (137500 €) et 20 % sur la part de mon père car le reste de la succession depassait les abattements (50000 €) soit un total de 187500 €. Aujourd'hui je veux vendre ce terrain mais comme la mairie impose 25 % de logements sociaux que le promoteur sera obligé de vendre à prix coutant à un organisme  agréé, le prix du terrain est estimé aujourd'hui à 375 000 €.  Sur cette vente la mairie retient 10 % de taxe soit 37500 € soit un total de retenu de 225000 €.

Si par hasard ce terrain était passé constructible après l"heritage, les 34,5 % de csg et impots sur les plus values auraient abouti à 129375 € plus la taxe locale de 10 % soit un total de  164375 € (je n'ai pas compté la valeur du terrain agricole qui est insignifiante au regard de la valeur du constructible).

Dans ces deux cas c'est moi qui "donne" le terrain pour les logements sociaux  et subit donc de plein fouet la double peine.

Si je decide de ne pas le vendre, il se trouve que l'etat nous concocte pour 2016 une taxe foncière sur les terrains à batir non construits de plusieurs € chaque année par m² (entre 3 et 5) donc pour une parcelle de 5000 m entre 15000 et 25000 € de taxe annuelle

Ais-je vraiment le choix ?

Mais je dois m'estimer heureux car d'autres personnes sur la commune  ont vu leur terrain déclassé en non constructible sans possibilité bien sur de récupérer les frais de succession dejà versés.



Mon commentaire

Je suis moi même sous procès contre la ville de Rennes pour une affaire invraisemblable. J'ai mon meilleur ami rennais qui a été lui ruiné par la mairie comme des milliers d'autres propriétaires bretons. Il a perdu plus de 300.000 euros en saisie pour cause de rénovation expropriation. Une vie professionnelle de 15 ans mise à la poubelle en un claquement de doigt...

J'ai reçu également de nombreux témoignages de partout en France de tous les hallucinants abus effectués par l'appareil d'Etat français sur le patrimoine immobilier des français.

En fait, tant qu'on est pas concerné, on reste un peu dans le déni, incréduble.

Puis, le jour où on voit l'improbable arriver dans sa propre vie, par le biais d'une obscure loi qui permet qu'on se fasse littéralement rincer de A à  Z, on se dit :

- Attends oh hé. On me fait cracher 66% d'impôt pour me faire vivre dans un état de droit. Et là, ce que je vois surtout, c'est une mafia de fonctionnaires qui ont tout pouvoir et qui s'amusent à me piquer tout mon blé par des moyens qui ressemblent à tout sauf à un etat de droit.

Que dire de plus ?

Que je vous souhaite de ne pas tomber dans ce cas de figure

Que je souhaite que vous compreniez la haine que certains d'entre nous pouvont avoir accumulé

Que l'immobilier est chaud un peu partout dans le monde (franchement, combien de pays où jamais aucune transaction immobilière n'est sujet à souci... ?)

Que cette histoire de terrain rendu constructible en France par le pouvoir politique local est juste une immense brèche, un énorme pot de confiture qu'il faudrait que personne ne goûte... ?

Bref, la problématique est complexe... Mais au final, soit vous vous mettez à 4 pattes, soit vous fuyez... parce que ne pas fuir, rester en France et attaquer, cela ne mène nulle part. Je suis pour ma part à 6 ans de procédure judiciaire contre la ville de Rennes le préfet et les notaires et autant vous dire que pour l'instant, j'ai cramé un fric montrueux et j'ai obtenu un résultat zéro ! Le temps a coulé. Mon capital est immobilisé. L'incertitude est maximale alors que j'ai tout fait dans les règles de l'art sur un plan juridique...

Bien sûr au final, j'obtiendrais un résultat. Mais s'il faut 10 ans de procédure, quel intérêt ? Rapporté à la taille de la vie humaine, la rentabilité n'est pas géniale pour cette stratégie d'affronter à domicile les fonctionnaires sur leur terrain de jeu...

Donc pour moi, soit on accepte de se faire mettre par les fonctionnaires, par le biais de taxes, de saisies, de blocages divers, soit on dit bye bye... et on va voir ailleurs si l'herbe est plus verte.

Charles Dereeper
lead-enrichir-25000
Poster un commentaire

4 commentaires

  • Lien vers le commentaire karlusson mardi, 31 mars 2015 15:21 Posté par karlusson

    ok, merci. Je comprends le dégoût...

  • Lien vers le commentaire Pierre mardi, 31 mars 2015 05:16 Posté par 8ball

    DE L'ARBITRAIRE ROYAL, PRINCIER, BARONNAL, COMMUNAL ET MME-MICHU-IEN.


    Il y a un truc dont on parle pas assez. Souvent Charles tu t'insurges contre le racket d'état. Or au niveau du terrain à bâtir il s'agit souvent de racket municipal / local. Le préfet, lui, n'en a rien à cirer / n'y est pour rien / se barre au bout de 3 ans / est un gentil / est un enfoiré / rayer la mention inutile.


    D'un côté tu as le RNU (depuis 1955 si ma mémoire ne me trompe pas) qui définissait un cadre réglementaire simple et cohérent sur le territoire. Pas "parfait", mais uniforme. Puis on s'est dit "mince, faut personnaliser selon les territoires, on peut pas construire ces merdes de barres d'immeubles de la meme façon à marseille et à Lilles", et dans la mouvance des aspirations décentralisatrices post-gaulistes, on a donné de plus en plus d'autorité aux plans d'occupation des sols qui quand même devaient rester stables entre deux révisions, puis aux PLU qui eux sont carrément en modification quasi permanente. On dira "c'est de l'urbanisme AGILE" lol ; le monde change sans arrêt mec, faut être agile... ce genre de principe récupéré quand ça arrange. Ou la "Central Bank Attitude" : on a un chequier en blanc et c'est nous qui décide, yeah... On va déclasser ce terrain et ton champs Virctor ben on va le rendre constructible... Et machin, là son terrain? Machin, c'est qui machin ? Il vote de quel côté lui ?). Le problème est qu'on est passé de cadres rigides, relativement arbitraires, mais relativement simples, à des cadres souples et 100% arbitraires... qui on créé "plus d'état", sauf que c'est plus vraiment l'état.


    On file le pouvoir décisionnaire sur ce qui est constructible et ce qui ne l'est pas, sur ce qui doit être déclassé, etc... à des gugus. Des élus locaux. Des petits barons (et à Rennes bonjour le panier de crabes, j'ai fréquenté un peu fin années 90). Parfois on va chercher la caution d'un organisme d'état pour lobbier un projet ou un autre, histoire de pas signer tout seul...


    Perso si j'ai le choix, je préfère être baisé "tout le monde pareil" avec un machin con mais simple, qui change pas tous les 3 ans (oui je sais, faut être "agile" bordel", je sais, je sais lol...) . D'autres voient ça comme une opportunité : tu lobbies les bons mecs, tu transforme ton terrain agric en constructible (ou autre truc plus sophistiqué, car ça c'est le B-A-BA), tu revends vite fait, etc... Si tu es un As de la réglementation, tu profites d'autant plus que c'est éclaté / compliqué / .... Nous sommes toujours partagés en France entre une haine du cadre "état" rigide et aveugle, et une haine du cadre local complètement opportuniste. Et une haine des deux sauf quand ça nous arrange (je dois me situer dans cette case).


    Bon allez j'appuie envoyer avec les fautes, c'est pas tout ça, faut aller préparer l'ouverture des marchés.


    NB : et c'est un ancien du ministère de l'équipement qui parle. En fait, l'urbanisme, et particulièrement un projet précis d'expropriation pour une route qui passait sur le territoire que je "gérais" (genre, tu parles que je gérais que dalle j'avais 20 balais et je sortais d'école : une quanrantaine d'élus communaux / departementaux / senat, et de non-élus , j'ai eu le loisir de les étudier, les bestiaux)... qui m'a fait prendre la décision 3 ans apres être sorti d'école, de quitter la FP francaise. Je ne *pouvais pas* faire ce boulot.

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper lundi, 30 mars 2015 19:21 Posté par Charles DEREEPER

    perso, je suis contre l'héritage

    mais encore plus, contre le racket d'Etat

    mon pote rennais, il a hérité rien du tout. il a bossé

    pour mon studio, pareil, j'ai rien hérité...

  • Lien vers le commentaire karlusson lundi, 30 mars 2015 16:56 Posté par karlusson

    oui, faut bien compter 10 ans de procédure, on m'a raconté un cas similaire.


    mais, sans vouloir provoquer, c'est pas toi Charles qui "méprisait" l'héritage ? (et tu n'as pas totalement tort).


    enfin, bon, salut à tous !