Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Pourquoi un reset des monnaies fiduciaires endettées est inévitable et la suite

Audience de l'article : 1957 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Le système des monnaies fiduciaires va partir en eau de boudin.

Voici pourquoi de manière simple et fondamentale.

Et la suite possible.


Pourquoi s'endette-t-on?

Trois raisons et seulement trois:

  • pour investir et gagner plus, plus tard
  • pour jouir plus tôt d'un bien; alors qu'il aurait fallu attendre d'amasser le capital nécessaire
  • pour pouvoir se payer un bien au-dessus de ses moyens, en le faisant financer en partie par d'autres tout en sachant que l'on ne pourra pas rembourser.
La troisième raison participe d'une intention malhonnête, je vous l'accorde, mais c'est une vraie raison.
De plus, la limite entre la deuxième et la troisième raison est parfois difficile à cerner et peut évoluer au fil du temps.


Pourquoi les états se sont endettés depuis 2008?

La première raison ?

Oui, officiellement pour relancer l'économie suite à la crise de 2008.


Quels résultats?

Sur les 13 dernières années, les dettes étatiques ont enflé de 128 000 milliards de dollars.

La croissance des PIB cumulée a été d'environ  27 000 milliards.

C'est donc un échec complet.

Exit donc la première raison, pour l'avenir.


Comment alors justifier une nouvelle vague d'endettement?

Et là arrive - inespérée - la crise du COVID-19.

Cette fois-ci l'argument n'est pas tant la relance de l'économie que la survie pure et simple des populations. Avoir de quoi vivre maintenant et on remboursera plus tard.

Sauf que le montant faramineux des programmes d'endetttement annoncés outrepasse de loin le simple besoin de survie des populations.

La seconde raison n'est donc que très partielle.


Ne reste que la troisième raison.


A savoir, l'endettement va permettre aux emprunteurs de vivre au-dessus de leurs moyens.


Et à qui bénéficie les prêts?

Pas aux individus, mais au système financier.


Et l'on connaît déjà la fin.

Les dettes ne seront pas remboursées.

Les prêteurs seront  "gros-Jean comme devant".


Et qui sont les prêteurs?

Les banques centrales, soutenues par les états, donc les contribuables.

Au passage, les états vont saigner les peuples tant que possible; au travers des impôts, mais aussi au travers de l'épargne (en France: assurances-vie et livrets A).
Pour au final, laisser les particuliers avec une épargne dans une monnaie de singe.


Mais cela ne suffira pas, tant les montants sont énormes.


Le cas de l'Euro:

L'Euro perdra toute crédibilité et disparaîtra.
Les peuples ne voudront plus de cette devise, qui a causé leur ruine.


Le cas du dollar US:

On pourrait prédire le même avenir au dollar, mais ce n'est pas aussi certain.

Les USA ont toujours la possibilité de se refermer sur eux-mêmes et de dire "fume" au reste du monde. Les emprunts américains seraient alors les nouveaux emprunts russes.

Les conséquences seraient gravissimes et cela serait laisser le champ libre aux autres grandes puissances au niveau mondial.
Je ne vois pas un président américain, même incompétent, laisser tomber la domination impériale américaine.
Les américains savent bien que cela leur reviendrait dans la figure deux ou trois décennies plus tard, avec un Pearl-Harbour puissance 100.

Sinon, les américains pourraient-ils imposer ce fardeau aux autres pays.
A mon avis, mais je peux me tromper, les monants sont dèjà tels qu'ils ne sont plus supportables par le reste du monde, qui aura déjà ses propres problèmes.

Ne reste que le scénario de reset de l'USD.


Le cas du Yuan:

Pour la Chine, tout dépendra du montant des réserves amassées.

Seront-elles suffisantes pour pouvoir rembourser les dettes?

S'il y a "dé-sinoïsation" de l'économie mondiale, en représailles contre la Chine émettrice du virus et devant l'échec du système productif mondialisé, la réponse est non. Les réserves ne seront pas suffisantes.

Si les flux commerciaux reprennent, ce sera peut-être suffisant. Mais qui connaît le montant réel des réserves chinoises: monétaires et en or ? Et ce qui a déjà été dépensé réellement en plans de relance?

Les USA ont intérêt à couper commercialement la Chine du reste du monde et à mettre des sanctions financières en place.
Ils ne louperont pas cette opportunité historique.
C'est ce qui à l'air de se passer.


Et la suite?

Il se passera ce qu'il se passe toujours.

L'ancienne monnaie fiduciaire qui a perdu son crédit disparaît. Une nouvelle la remplace.
Au passage, tous les détenteurs de l'ancienne monanie sont ruinés.

Et comme les trois devises majeures iront au tapis en même temps, c'est une opportunité "en or" pour instaurer une devise mondiale.

La haute-finance mondialisée n'attend que cela.
Je pense même que c'est le but recherché (en plus de se gaver à titre personnel).


Quelle forme pour la nouvelle devise?

Tout d'abord, il n'y a pas de gouvernement mondial et il n'y en aura pas. Les peuples n'en voudront pas.
Ni les américains dominateurs, ni les chinois en embuscade, ni les européens échaudés.

La nouvelle devise ne sera pas celle officielle des états, mais une devise inter-étatique, supra-nationale éthérée.

Et elle doit être inaccessible aux particuliers, pour la rendre incompréhensible et "sans importance". Loin des yeux, loin du coeur.

Peut-être même inacessible aussi aux entreprises, voire aux banques.


Et il n'y a que deux voies:

  1. Revenir à un étalon-or.
  2. Une monnaie de type DTS.

L'on connaît les avantages de l'étalon-or, mais aussi ses inconvénients.
Tout dépendra de la prssion que mettront les peuples, pour que la nouvelle devise soit rattachée à un actif physique.
Sans pression populaire, le monde financier n'y a pas intérêt.
Avec pression populaire, cela voudra dire que les états vont rafler tout l'or sur la Terre, et en particulier le confisquera aux particuliers détenteurs.

De l'autre côté, les institutions et les outils sont en place pour créer ce super-DTS.
Et le système financier y a intérêt, pour entrer dans un nouveau cycle de monnaie fiduciaire.


Et les devises non endettées?

Selon le vieil adage, la bonne monnaie chasse la mauvaise, elles serviront de refuge dans un premier temps.

Mais, les états endettés mettront tous les freins possibles.

Les émetteurs de ces monnaies eux-mêmes auront aussi intérêt à mettre des freins, pour éviter de perdre le contrôle sur leur monnaie et que les problèmes mondiaux extérieurs ne viennent détruire leur économie locale.

C'est donc une bonne idée d'être investi dans ces devises, mais il faudra savoir être agile.
Le type d'investissement en devises est important.


Conclusion:


L'analyse est simple sur les raisons réelles de l'endettement étatique massif.

L'issue est connue: la disparition des devises financières des pays/zones endettées.

Le timing est impossible à prédire, ce qui est tout sauf mineur pour un investisseur de court terme.
Beaucoup moins pour la "old-money".

Le gros de son patrimoine doit être investi en actifs physiques, si possible de rapport.
La partie en devises fiduciaires doit être restreinte ou dans des devises non endettées.
Il faut continuer à avoir une activité rémunératrice dans l'économie réelle.

La devise de remplacement sera vraisemblablement mondiale.

Mais elle ne sera pas accessible aux particuliers des différents pays.

Il y aura de nouvelles devises nationales, pour faire tourner l'économie au quotidien.

Le retour de l'étalon-or semble une alternative "naturelle", mais elle n'aura pas le soutien du système financier qui voudra pouvoir repartir dans un cycle de devises fiduciaires sans limites.
Je parierais donc sur ce dernier scenario.

Poster un commentaire