Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jérôme Verlaine

Jérôme Verlaine

dividendes.ch, le spécialiste des titres offrant un revenu solide et croissant sous forme de dividendes.

Inscivez-vous à ma newsletter gratuite et profitez de mon e-Book en bonus "Le chiffre magique" !

Marre de votre job ? Changez de profession en devenant rentier ! 

Participez au forum

Où va votre argent ?

Audience de l'article : 2343 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Où va votre argent ?

Pour devenir financièrement indépendant, économiser une partie importante de votre revenu est au moins aussi important qu'obtenir un bon rendement sur votre fortune. Cela est tout  particulièrement vrai pour ceux qui ne disposent pas d'un horizon de placement de 40 ans, soit tous ceux qui ne veulent pas attendre l'âge normal de la retraite. Dans ce cas, vous devez vous concentrer sur les postes de dépenses les plus importants comme les taxes et assurances sociales, le logement, les transports et l'alimentation. Une fois que vous avez ces points sous contrôle vous avez fait le principal.

Les dépenses obligatoires (taxes et assurances sociales), le logement (avec charges), les transports (privés et publics) et l'alimentation (à l'extérieur et à domicile) représentent au total et en moyenne les 2/3 du revenu brut des ménages, soit près de CHF 6'300 par mois. Précisons qu'un ménage est groupe de personnes partageant le même logement et qui peut cumuler plusieurs revenus et postes de dépenses. L'épargne est un point également important de la composition du budget des ménages, que nous traiterons plus loin.Dépenses des ménages

Les dépenses obligatoires

Les dépenses obligatoires comprennent les impôts, les contributions aux assurances sociales (AVS/AI/AC et LPP) et l'assurance maladie obligatoire (LAMal). Ces dépenses représentent à elles seules 27.5% du revenu brut des ménages, soit la bagatelle de CHF 2'650 par mois ou CHF 31'800 par année !

Il est difficile d'agir sur les contributions aux assurances sociales si l'on possède un emploi salarié, à moins d'abaisser son revenu (ce qui n'est pas une idée aussi stupide qu'elle en a l'air...). Concentrons-nous donc sur les autres dépenses obligatoires. Les taxes et l'assurance maladie représentent CHF 1'700 par mois et par ménage, soit 17.7% du revenu brut. Cela fait CHF 20'400 par année. Pour couvrir ce type de dépenses durant le reste de votre vie, un portefeuille de plus de CHF 580'000 serait nécessaire en utilisant un taux de prélèvement de 3.5%. Selon l'étude Trinity, ce taux de retrait permet d'assurer, avec n'importe quel style de portefeuille équilibré et dans n'importe quelles conditions du marché, la survie du capital sur une période de quarante ans. Cela devrait suffire, à moins que vous ne preniez la retraite très tôt !

Taux de retrait / Trinity Study

Concernant les impôts on peut les abaisser en constituant un compte de prévoyance 3e pilier, en achetant un bien immobilier afin de déduire les intérêts de la dette et les frais d'entretien, en déduisant des frais de formation, des frais d'acquisition du revenu comme les transports et ... en faisant des enfants ! Mais comme beaucoup des déductions fiscales reposent sur d'autres dépenses, on n'assiste souvent à un transfert de frais d'un poste vers un autre. Notons qu'il y a aussi la possibilité à l'impact non négligeable de déménager vers un canton et/ou une commune pratiquant une politique fiscale plus accommodante.

Pour l'assurance maladie c'est un peu plus facile. On peut faire marcher la concurrence et opter pour la franchise la plus élevée possible. Cela a l'avantage de se responsabiliser vis-à-vis de sa santé, de ne pas aller pour tout et pour rien chez le médecin, et surtout de faire de substantielles économies. Par contre il faut garder un peu de cash de côté en prévention d'un gros pépin. Comme pour les impôts, on peut chercher à résider dans un lieu moins onéreux du point de vue des coûts sur la santé.

Dans mon ménage, je suis parvenu à faire baisser les dépenses pour les taxes et l'assurance maladie à CHF 12'000 par année. J'aurais besoin d'un portefeuille de CHF 340'000 pour couvrir ces frais ma vie durant, avec un taux de prélèvement de 3.5%. Cela reste important, mais déjà plus accessible que les chiffres avancés ci-dessus.

 Le logement

Le logement représente l'effort financier le plus important pour les ménages derrière les dépenses obligatoires. Les frais de logement annuels s'élèvent en moyenne à CHF 18'000 par ménage et par année (CHF 1'500 par mois). Cela représente quand même 15.6% de leur revenu brut. En utilisant le même taux de retrait, un portefeuille de CHF 515'000 serait nécessaire pour couvrir ces dépenses durant 40 ans. Tout ça, juste pour mettre un toit sur ​​votre tête... c'est insensé ! Et avec ça, on n'est même pas propriétaire et on ne laisse rien en héritage pour sa descendance. Pour peu qu'on achète à bon prix, et qu'on en a les moyens, l'acquisition d'un bien immobilier est donc préférable à la location sur le long terme.

Que l'on opte pour l'une ou l'autre des solutions, le choix du bien doit de toute façon correspondre au mode de vie de chacun. Il ne doit pas être inutilement trop grand ou trop éloigné du lieu de travail.  Je vis avec ma famille dans un appartement spacieux mais sans excès qui me coûte CHF 13'000 par année en intérêts et charges. J'aurais besoin en théorie d'un portefeuille de CHF 370'000 pour couvrir cette dépense durant le reste de ma vie. Mais comme je compte amortir ce bien sur une période de vingt ans environ, mon ménage ne nécessite au final que d'un portefeuille de CHF 260'000 pour couvrir la totalité des intérêts durant cette période. L'amortissement est quant à lui considérer comme une épargne, que nous verrons plus bas.

La réduction des frais de logement est une étape clé pour devenir plus économe et faire des progrès sérieux vers l'indépendance financière. Est-ce que chaque pièce, chambre, salle de bain, WC, cuisine, buanderie, dressing... est vraiment nécessaire ? Avez-vous besoin d'un garage pour stocker un tas de trucs que vous n'utilisez jamais ? Ou avez-vous besoin de plus de temps pour mener votre vie, passer plus de temps avec votre famille et vos amis ? Alors que vous croyez être le propriétaire de votre maison, c'est en fait peut-être elle qui vous possède...

Nourriture

Bien manger, il n'y a rien de tel. Cependant, comme pour toute chose de la vie, la modération est primordiale. La nourriture représente le troisième poste de dépenses d'un ménage helvétique, avec comme coût moyen annuel CHF 14'400, soit 12.6% de leur revenu brut. Sont compris dans ce montant, les produits alimentaires et boissons, donc les biens achetés en magasin et consommés à domicile, mais aussi toute la partie qui concerne la restauration et de l'hôtellerie. Ce montant exigerait un portefeuille de CHF 412'000 avec un taux de retrait de 3.5%. Pour réduire cette facture, il ne s'agit pas seulement de limiter les sorties au restaurant. Il s'agit aussi de réduire le ticket de commissions, en fréquentant les hard discounters par exemple.

La nourriture est une chose très individualiste et relative. Acheter des poitrines de poulet en vrac et concocter un petit plat avec un peu de riz pour le dîner n'est pas cher et très sain. Peut-être que vous préférez les pâtes. Préparer des spaghettis avec de la sauce prend peu de temps et nécessite peu d'argent. Ajoutez un peu de viande et vous avez un repas copieux bon marché. Vous pouvez préparer des grandes quantités pour toute la semaine. Encore une fois, vous n'avez pas besoin d'être extrême ici, mais en prenant votre budget au sérieux, votre capacité à atteindre l'indépendance financière à un jeune âge sera d'autant plus importante. Vous n'avez pas besoin de manger du riz et des haricots pour le reste de votre vie, mais juste de fixer des priorités.

Mon ménage se situe dans la moyenne suisse, soit CHF 14'400 de dépenses par année pour les dépenses en matière de nourriture, à l'extérieur comme à domicile. Il y a donc un net potentiel d'amélioration de ce point de vue, mais il faut bien conserver quelques vices tout de même !

Les transports

Les transports sont également une dépense importante pour la plupart d'entre nous. Les frais de transport privés et publics représentent, avec CHF 11'000 par année, 10% du revenu brut des ménages suisses. Il faudrait un portefeuille de CHF 315'000 pour couvrir ces frais. Est-ce que ça en vaut vraiment la peine ?

Vous roulez dans une belle voiture luxuriante qui vous conduit à votre travail ? Dans ce cas vous vous situez probablement près du niveau de dépenses d'un ménage type helvétique. Si ce qui compte vraiment pour vous au contraire c'est de vivre de manière plus indépendante en travaillant moins, vous devriez réduire vos frais de transport autant que possible. Essayez le covoiturage. Si vous vivez proche de votre job, achetez un scooter, un vélo ou profitez-en pour faire un bout de chemin à pied. Si vous êtes trop loin, songez à déménager ou changer de travail. Utilisez les transports publics et/ou optez pour un modèle de voiture à faible consommation.

En combinant plusieurs de ces critères, notre ménage se situe aujourd'hui à CHF 4'500 par année. Un portefeuille de CHF 128'500 est suffisant pour couvrir ces dépenses sur les 40 prochaines années.

Epargne

L'épargne est obtenue indirectement en additionnant tous les revenus d'un ménage auxquels toutes les dépenses sont soustraites. Les dépôts sur un compte épargne, les paiements pour le 3ème pilier, les achats d'actions et d'obligations, les investissements, les amortissements, etc. ne sont pas comptés dans les dépenses, ces éléments font donc partie de l'épargne des ménages.

Chaque ménage suisse économise CHF 1'200 par mois ou CHF 14'400 par année, soit 12.2% de leur revenu brut. J'ai lu certains commentaires sur des sites Internet de lecteurs qui étaient choqués par ce montant, qui leur paraissait énorme. Mais relativisons un peu. N'oublions pas d'abord qu'il s'agit d'une moyenne et que donc ce chiffre est faussé par certains très hauts revenus, qui peuvent se permettre d'épargner beaucoup. Ensuite, il faut bien prendre note que dans l'épargne sont aussi considérés les amortissements de dette et/ou les versement sur les comptes de prévoyance 3e pilier, ce qui peut très vite représenter des montants importants. Par ailleurs, nous parlons d'épargne par ménage, pas de celle d'une seule personne. Enfin, avec 12.2%, les ménages suisses sont loins derrière le taux d'épargne des français, qui se monte à 16.8% et qui a priori ne passent pas pour être particulièrement économes, du moins en ce qui concerne leurs finances publiques.

Plus vos dépenses sont basses, plus votre capacité d'épargne est importante, plus vous pouvez mettre de côté pour le futur, moins vos besoins financiers actuels et futurs sont importants et plus vite vous pouvez devenir financièrement indépendant. 12.2% du revenu brut ce n'est franchement pas énorme, je dirais même que c'est insuffisant si l'on veut prétendre à devenir rentier précocement. Mais pour cela il faut y mettre un peu de bonne volonté et se tenir à ses principes. Mon E-Book vous donnera de plus amples détails sur l'importance de la capacité d'épargne sur le chemin de l'indépendance financière.

Conclusion

Au niveau des dépenses d'un foyer type suisse, un portefeuille de près de CHF 1'800'000 serait nécessaire pour subvenir à tous vos besoins principaux durant les 40 prochaines années. En ce qui me concerne, j'ai "seulement" besoin de CHF 1'100'000 pour couvrir ces dépenses de base durant la même période. C'est une différence de CHF 700'000 ! Bien entendu, même réduit, le montant de base nécessaire reste important, mais on parle là bien de quarante années complètes de retraite, soit le double de la plupart des gens... Pour affiner le détail il faudrait bien sûr tenir compte des autres dépenses, mais aussi de la prévoyance sociale auquel vous aurez droit à l'âge de la retraite et pour laquelle vous avez déjà cotisé. Mon E-Book et son outil Excel vous donnera de plus amples détails à ce sujet.

Je veux devenir financièrement indépendant afin que je puisse vivre plus et travailler moins. Je veux avoir du temps pour moi. Je ne veux pas vivre la routine quotidienne métro-boulot-dodo jusqu'à mes 65 ans. Je ne veux pas me taper les bouchons du lundi matin alors que je pourrais passer ma matinée à la plage. Sans la liberté financière, vous n'avez pas ce choix. Plus vite vous vous rendez compte que vos dépenses vous enchaînent, plus vite vous voudrez réduire ces dépenses et plus vite vous aurez la liberté !

Sources : 
www.dividendmantra.com/2013/02/the-big-three.html
http://www.lematin.ch/suisse/dixieme-budget-consacre-mobilite/story/14812125
http://www.nyx.net/~anon8248/ret1.htm
https://www.phn.com/Portals/0/PDFs/Francais/Articles/taux_de_prelevement_a_la_retraite.pdf
http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/20/02/blank/key/einkommen0/niveau.html
http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/07/03/blank/ind24.indicator.240105.2401.html
 
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Jérôme Verlaine dimanche, 03 mars 2013 08:12 Posté par Jérome Werlen

    Bonjour constantine. Cela dépend si vous avez la même vision de la vie ou non avec votre conjoint. Qu'est-ce qui est le plus important ? L'argent ou le temps ? Le boulot ou la famille ?