Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Jérôme Verlaine

Jérôme Verlaine

dividendes.ch, le spécialiste des titres offrant un revenu solide et croissant sous forme de dividendes.

Inscivez-vous à ma newsletter gratuite et profitez de mon e-Book en bonus "Le chiffre magique" !

Marre de votre job ? Changez de profession en devenant rentier ! 

Participez au forum

promospeciale

Journée d’un rentier

Audience de l'article : 4552 lectures
Nombre de commentaires : 4 réactions

6h00. Il neige à gros flocons. La température est proche de zéro.

 

Dormir

 

Depuis ma chambre je regarde ma voiture couverte de poudre blanche. Je me dis, pauvre titine, tu dois rester là au froid toute seule dehors. Mon voisin lui passe devant et se dirige vers sa voiture, dix mètres plus loin. Il s’excite, dégage la neige, tout en laissant chauffer son moteur. Les gaz d’échappement dessinent un nuage rosé épais autour des feux arrières. Il fait vraiment froid. Je le regarde et je me dis, mon pauvre gars, tu te les gèles, tu vas te farcir la neige sur la route, puis transpirer 10h dans ton bureau, avant de revenir poser cette même voiture, au même endroit, en espérant qu’il ne neige plus ce soir. Je souris, car cela me rappelle quelqu’un, puis je retourne dans mon lit bien chaud, à côté de ma belle.altalt

 

8h30. Malgré la neige, la lumière du jour me réveille et je me lève. Je suis rentier.

 

Travailler c'est trop durIl y a quelques années, j’étais comme mon voisin. Je m’investissais à fond dans mon job, j’alignais les heures et comme beaucoup de ma génération j’aurais préféré pouvoir gagner ma vie autrement, avoir plus de temps pour moi, plus de liberté, d’autonomie… J’aurais pu changer de job et même devenir indépendant, mais le problème aurait toujours été similaire : que ce soit un patron ou des clients, j’aurais toujours dû rendre des comptes à quelqu’un. Il me fallait donc une autre source de revenus qui soit complètement passive, le but n’étant pas de travailler encore plus.

 

9h00. Les bourses européennes ouvrent. On est parti pour une nouvelle journée de panique sur les marchés. Je prends mon café.

 

Fleuve tranquilleCette source de revenus était tout d’abord bien inférieure à celle de mon emploi. Petit à petit, avec la patience, les rentrées d’argent se faisaient plus nombreuses et plus régulières. Ce qui semblait être un petit ruisseau presque asséché se transforma en une rivière pleine de vie, puis en un long fleuve tranquille. Depuis une année je couvre toutes mes dépenses sans travailler une seule minute. Comment est-ce possible ?

 

10h00. Les bourses dévissent de plus de 2%. Je finis de lire Morningbull.

 

CadeauQuand j’étais à l’école, on jouait à l’ami invisible. On tirait un nom au sort dans un chapeau et durant une semaine on devait être gentil avec ce camarade de classe, faire en sorte que tout aille bien pour lui, lui offrir des cadeaux. En retour, un autre camarade faisait pareil avec moi. Notre but était de deviner qui était cet ami. C’était facile bien entendu. Pour nos profs c’était surtout un bon moyen de nous socialiser, de créer des réseaux dans la classe. En définitive je dois dire que c’était assez agréable de sentir qu’une force externe se souciait de notre petite personne.

 

11h15. Ma chère et tendre m’apporte le courrier. Dehors, il neige toujours.

 

DollarAvant je n’aimais pas recevoir le courrier. Mis-à-part mon salaire une fois par mois, la majorité du temps il n’y avait que des factures. Aujourd’hui par contre je reçois mes dividendes de Becton Dickinson, o.45 USD par action, 38e année consécutive d’augmentation des distributions. C’est mon ami invisible de ce jour.

 

12h15. Un filet mignon de porc m’attend sur la table. Il neige toujours et le SMI perd 2.5%.

 

Augmentation de salaireAu début j’avais acheté quelques titres versant des dividendes croissants, sans trop me rendre compte de ce qui allait se passer. Chaque année, en moyenne, ceux-ci augmentaient leurs distributions de plus de 10%. En fin d’année, mon chef me convoquait dans son bureau, m’annonçait que voilà, la situation était difficile, vous comprenez, les affaires vont mal, on ne va pas pouvoir vous augmenter l’année prochaine. Et lui s’achetait la dernière Porsche Cayenne. Là je me suis dit, ici je me crève le cul, je n’ai rien en retour, et avec mes dividendes croissants je ne fais rien, et on m’augmente de plus de 10% par année.

 

14h00. Je me réveille de la sieste. Il doit y avoir au moins 30 cm de neige.

 

FlècheDu coup j’ai commencé à acheter plus de titres, avec mon salaire d’abord, puis directement avec les dividendes que je touchais. Comme ceux-ci augmentaient, tandis que je continuais à acheter, mes revenus passifs prenaient la tangente. Quand je dis passifs, ce n’est pas tout à fait vrai. Il faut du temps et d’efforts pour rechercher et acheter des sociétés de qualité. Mais, d’une fois que le portefeuille est mis en place,  cela prend un minimum de temps pour garder un œil sur les placements et surveiller la progression des dividendes.

 

15h30. Wall Street ouvre en baisse de plus de 2%. C’est la débandade.

 

PlageLe portefeuille mis en place, avec de nombreux titres de qualité versant des dividendes croissants, j’ai été en mesure de me constituer un véritable revenu d’appoint, en y consacrant très peu de temps. Au fur et à mesure, ce revenu a grossi au point que je ne sache plus lequel fait office de revenu principal. Déduction faite des toutes mes dépenses professionnelles, mon travail « conventionnel » n’avait finalement plus lieu d’être.

 

17h00. La neige tombe et tombe encore. Le Dow Jones perd 2.6%.

 

Ying YangJe suis zen. Les sociétés qui composent mon portfolio sont essentiellement de nature défensive, dans des secteurs tels que l’alimentation et la santé. Surtout, ces entreprises sont parvenues à augmenter leur dividende durant plusieurs dizaines d’années consécutivement, malgré de sérieuses crises. Le cours peut bouger, mais les dividendes ne baissent pas.

 

18h00. Mon voisin rentre chez lui, sous la neige, après une dure journée de labeur.

Je me vois encore rentrer à la maison, exténué, n’ayant plus l’envie de rien faire. L’avantage d’être rentier c’est que si je ne veux rien faire, comme aujourd’hui, qu’il pleuve, qu’il neige, ou pour n’importe quelle autre raison, je ne fais rien. Au contraire, si je veux sortir, faire du sport, voir des amis, j’ai tout le temps qu’il me faut. Je me rappelle qu’une conseillère en orientation m’avait fait remplir un questionnaire lorsque j’étais ado. Sous professions recherchées, j’avais écrit « rentier ». Elle avait dit que c’était original, mais étonnamment elle ne m’avait pas conseillé cette voie.

 

19h00. Repas en famille, un Cabernet Sauvignon en accompagnement.

 

Vin rougeL’autre avantage d’être rentier c’est de pouvoir profiter de sa soirée tranquillement, sans penser au lendemain. Pas de boule au ventre pour un travail urgent à rendre, pas de stress pour une séance à animer, pas de crainte par rapport à un chef colérique, rien. Je peux déguster mon Cabernet sans retenue, et je ne pense qu’au bon moment que je suis en train de passer.

 

21h30. Wall Street en chute libre de 3%.

 

BanqueJe me connecte sur ma banque et je fais quelques emplettes. C’est paradoxal, mais j’adore quand le marché s’effondre, puisque le cours de mes titres m’importe peu. J’en profite pour acheter des actions à bon marché. A vrai dire je n’achète pas des actions, mais une rente. Et plus le prix est bas, plus je peux en avoir à partir d’un capital donné.

 

00h30. Miracle, il ne neige plus.

 

SkiJe vais me coucher. Je n’ai pas fait grand chose aujourd’hui, mais j’ai tout de même le sentiment du devoir accompli. En l’espace de quelques minutes j’ai fait progresser ma rente. Demain j’irai skier et sans rien faire ma rentre progressera malgré tout encore.

 

 Ce texte est une fiction, mais qui n’est pas complètement déconnectée par certains côtés de ma réalité actuelle, ou future. Peut-être certains d’entre vous se seront reconnus aussi  dans ce portrait de rentier (actuel ou en devenir).

 

 

Poster un commentaire

4 commentaires

  • Lien vers le commentaire yves mardi, 27 décembre 2011 12:44 Posté par yves

    {{@Breizh29}} si vous êtes en LVC ou BX4, vous offrez gracieusement des dividendes généreux pour l'émetteur (la SG pour ne pas le citer) ... c'est donc tout le contraire de l'approche indiquée dans cet article et sur dividendes.ch ...

  • Lien vers le commentaire yves mardi, 27 décembre 2011 12:39 Posté par yves

    Vous avez tout à fait raison et le marché recherche de plus en plus du rendement plutôt que des plus-values. Ensuite, on met de côté dans des matières premières pour profiter d'un cycle et le stress diminue. Perso, mon meilleur placement, achat d'hydro-electricité en 1991 lors de privatisation de l'électricité en Grande-Bretagne ({{SSE}}) et un système d'achat intensif de ma part lors des 18 premiers mois. Bilan : dividendes en hausse depuis 1991 (20 ans!) et le cours de l'action qui a fait x13 mais cela m'importe peu puisque je garde en portefeuille probablement à vie. C'est mon meilleur placement et en plus celui qui m'a demandé le moins de temps : passé 3x chez Barclays en 1991/92 pour l'achat donc investissement temps de 3 heures.

  • Lien vers le commentaire breizh29 lundi, 26 décembre 2011 22:38 Posté par breizh29

    Génial !!! c'est moi depuis 3 mois
    J'ai beaucoup bossé pour en arriver la(artisan) et passé des heures et des heures à étudier la bourse et les différents indicateurs
    j'en avait aussi marre d'être la vache à lait du système et de voir tout le gaspillage réalisé un peu partout
    maitenant c'est pas gagné et 2012 sera une année très importante pour moi
    par contre je ne compte pas du tout sur les dividendes,ne prenant que du lvc et bx4 et suivant la tendance
    Bonne année 2012 à tous( avec un peu d'avance)