Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT !
Téléchargez le livre
JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE
(10.000 ventes à 40€).
Le lien est ici



----------------------------------------------------


ME SUIVRE PAR EMAIL 
4 THEMATIQUES



==> VIVRE (sens de la vie - oublier le temps qui passe - créer avec passion - se libérer du socialisme asservissant) 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-vivre/



==> BUSINESS ONLINE (enrichissement, l'entrepreneuriat, la création de valeur économique, la vente digitale, la productivité, l'automatisation)  
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-business-online/




==> FINANCE (trading investissement macro économie / niveau intermédiaire ou expert) 
 http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-finance/



==> EXPATRIATION (comment fuir et vivre sur la planète terre en oubliant la notion de pays) 
 
http://formation.objectifeco.com/charles-newsletter-expatriation/

.

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Chaleur estivale américaine au Costa Rica, les hommes sont irrécupérables, mesdames...

Audience de l'article : 4355 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction

Je me promenais sur l'une des seules marinas du Costa Rica. Biberonné depuis mon enfance aux voiliers en Bretagne, j'étais en train de m'injecter un petit rappel de bateau. Comme les vaccins...

Je m'avance sur un ponton et une scène fait tilt dans ma tête : 4 américains, correctement éméchés, sont en train de débarquer. Ce qui m'alerte, c'est leurs apparences physiques qui dénotent totalement avec le programme de la pêche au gros. Ils ont la cinquantaine méga classe. Ca ne colle pas. Je ne sais pas. C'est instinctif.

Je m'approche vu qu'ils se marrent comme des baleines. Je balance une pauvre phrase :

-Alors, vous avez attrapé qqch ?

Ils éclatent de rire, qui sent l'embrouille à plein nez. Cela me confirme que la pêche, que nenni, ces mecs n'en ont rien à taper.

-Rhum ? Whisky... ?

Ils me répondent en coeur : rhum ! On est copain...

Je les appâte en leur disant le fond de ma pensée : ils n'ont pas la tête de gars qui vont pêcher du gros en mer. ils sont trop classes. Pour le français que je suis, je me fais l'image d'Américains gros, balourds... eux, ils mettent à mal mes théories !

Rire généralisé.

Et là, dans ma petite tête, j'ai l'image des Américains de Bangkok, touristes sexuels qui déambulent dans les rues suaves et moites. Ces mecs ont tout de la bande de potes qui se font des vacances de voyous. Pourtant, au Costa Rica, le tourisme sexuel a énormément diminué depuis le changement de cap politique.

Ils finissent par me trouver sympathique bien que je comprenne un mot sur deux avec leur accent. On prend un verre, le dernier pour eux.

J'apprends qu'ils sont tous pères de famille, mariés, avec de belles situations. Du détail... je repars sur mon intuition première de Bangkok. Je ramène le sujet sur les latinas et le cul et je finis par demander cash :

Je n'ai pas l'impression que la pêche soit votre truc. Vous allez faire quoi ensuite de vos vacances ?

-You want to know ?

-moi : yes, I want to know, yes !

Ce qu'ils vont me révéler, va me scotcher au plafond. J'ai halluciné. Ce sera mon édito du jour. Il n'est pas sans me rappeler celui ci : http://www.objectifeco.com/argent/s-enrichir/article/charles-dereeper-strategie-pour-dormir-allonge-en-avion-avec-un-billet-deuxieme-classe

Ces 4 pères de famille, honorables américains, cultivent une double vie. Officiellement, vis à vis de leurs amis et familles, depuis des années, ils apprécient beaucoup la pêche au gros en mer au Costa Rica, pour se détendre la couille... seulement, c'est du pipo en barre chocolatée... sauf l'histoire de la couille détendue !

Les fripouilles !

Ils louent le bateau une journée seulement au lieu de la semaine. Ils apportent leurs vêtements et un appareil photo. Ensuite, ils enfilent à tour de rôle les fringues, 6 maillots de bains et T-shirt différents. Ils se photographient mutuellement, picolent, se marrent comme des gosses. Puis, une fois qu'ils ont leurs stocks d'images qui montrent qu'ils ont passé une semaine entière à pêcher, ils rentrent à la capitale et foncent à un hôtel spécial où pullulent entre 200 et 300 prostituées. Ils s'installent dans des chambres pendant six jours et font un gros trip, femmes, alcool et bouffe.

Puis, ils rentrent paisiblement dans leurs familles respectives... la couille effectivement détendue, mais pas comme ce que leur entourage imagine...

Vicelards non ?

Moi, si j'étais une femme, je me la jouerais parano et intuitive. Ou alors, je renoncerais... car rationnellement, franchement, à moins d'un coup de chance, c'est impossible de choper les hommes réfléchis qui s'organisent stratégiquement comme ces quatre énergunèmes que je viens de croiser.

Je suis rentré en louvoyant. Je ne tiens décidément pas l'alcool...

 

Charles Dereeper

Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire sacha Pouget mardi, 03 août 2010 11:20 Posté par sacha Pouget

    A quand un Investment Postcards From Costa Rica ?

    En référence à Prieur du Plessis :
    http://www.investmentpostcards.com/

    Bon, Charles: il ne te reste plus qu'à te faire pousser la moustache :)